mercredi 19 octobre 2016

[GeeKritique] Ma critique de Beyond Evil Tome 4 (FIN)

Gôta découvrait une nouvelle personnalité de lui-même enfouie au fin fond de son âme. Cette même personne, dite le Prince, qui tenait tête à Viktor, a su mettre à part entière la main sur Gôta. Une rencontre plutôt intéressante s’est mise en place avec Lukyan, un ennemi juré de Viktor, qui a su découvrir le potentiel de Gôta au travers de Prince qui aurait aimé faire affaire avec lui afin de nuire à Viktor. Gôta découvrait alors de cette discussion que Viktor avait enfermé dans son âme leur meilleur allié. À qui Gôta pouvait-il vraiment se confier, au Prince qui lui indiquait de se méfier de Viktor ou à Viktor qui disait de même au sujet de Prince ? Le choix fut difficile. Prince n’hésitait pas à semer la zizanie, prenant complètement possession du corps de Gôta. Ce dernier faisait aussi connaissance de plusieurs personnes dont Yûko Ôtani et le retour de Tatsuya qui lui faisait par de nouveaux ennuis d’ordre religieux à venir avec Yûko. Cette dernière en serait l’investigatrice et cela cachaient en réalité un contrat de restitution d’années. Du coup, Gôta et Prince voulaient régler leur compte à cette secte « Lumière Infinie » et ils s’y rendirent. Gôta prenait place pour la cérémonie commémorative et c’est sur cette dernière scène du troisième tome que nous restions bouche bée, je vous propose donc de découvrir mon avis sur le quatrième et dernier tome de Beyond Evil, disponible aux éditions Kazé.


Gôta a réussi à prendre place au sein de la secte pour assister à la cérémonie mais quand arrive Brahmane pour prêcher la bonne parole auprès de ses adeptes, Hiro n'est plus présent sur scène. Gôta fonce alors à sa poursuite n'hésitant pas à user de ses poings provoquant même l'éveil de Prince, sa seconde personnalité, qui se fait alors une joie de prendre le relais face à ce gourou. Au lieu d’en venir aux mains, leur face à face tourne à la discussion et alors qu’Hiro l'invite à rejoindre sa cause, en avouant ses manipulations trompeuses envers Brahmane et ses adeptes, Gôta lui demande une faveur, celle de libérer son amie Yûko. Ce qui pose souci pour Hiro qui lui indique avoir besoin de son intelligence et de sa beauté pour promouvoir son organisation. Pas question donc de la laisser filer surtout qu’elle serait là de son plein gré. De ce fait, Yuko est appelée dans le bureau d’Hiro, s'embrouille avec Gôta et indique n'avoir aucune intention de quitter le culte. Le fait est que Gôta a enregistré les précédentes confidences qu'a émises Hiro au sujet de Brahmane et de ses adeptes. Il se donne alors à cœur joie de les diffuser dans la salle principale sous les yeux de toute la congrégation et par la même occasion ceux de Yuko.

Cet acte de Gôta ne reste pas sans conséquences, le voilà traqué par un puissant adversaire. Prince est alors sa meilleure option mais elle n'est pas sans danger pour son âme. Reste à savoir de quelles manières Gôta compte régler cette situation au risque de ne plus redevenir lui-même...

L'intrigue prend dans ce dernier tome une grande ampleur et Gôta se retrouve à faire un choix d'une importance capitale le concernant. Cette décision peut faire totalement basculer son âme afin de la remplacer par une personnalité toute autre, celle de Prince, et ce à jamais. J'ai particulièrement aimé le dilemme auquel Gôta fait ici face et qui peut engendrer des conséquences toutes autres, sans retour arrière possible. Mais en plus d'affronter cette dure réalité qu'il subit, il va notamment affronter drivers ennemis dont un samurai que je trouve très stylé et Hiro en mode super énervé, enragé même. Le combat contre le samurai est intense, vraiment bien mené et je trouve que Ogino nous offre ici de superbes planches, d'une noirceur bien accentuée qui ponctue davantage la scène. Ensuite, concernant Hiro, ce dernier n'a pas oublié la honte que Gôta lui a mise, le tournant ainsi en ridicule devant toute une congrégation de fidèles. Il existe un proverbe qui dit " la vengeance est un plat qui se mange froid" et Hiro compte bien s'y tenir. On voit donc ce personnage sous un autre jour avec des traits de visage assez prononcés qui tendent vers la rage. Toutefois, en comparaison avec Hiro, je trouve que le samouraï dégage une plus forte présence en combat, là où de son côté, Hiro dévoile une certaine force de caractère.

AKUNOHIGAN © Miura / Ogino / Kodansha Ltd.

Au cours de ce dernier tome, je trouve dommage que Viktor soit si peu présent. Certes, l'histoire se finalise et se focalise sur Gôta, mais j'aurais apprécié une présence plus importante de Viktor. Sachez cependant qu'il est bien là et nous fait grâce de son charisme plutôt en fin de tome. D’ailleurs, le passage le concernant est très intéressant, on revient sur cette porte où il garde enfermé ce qui pourrait lui nuire, on ressasse son passé avec un chapitre très sombre et une apparence bien différente de son costume/cravate actuel bien taillé. Déjà que je le trouvais charismatique, mais l’apparence physique qui nous est montrée à ce moment-là est juste hyper stylée et assez violente. J'aime beaucoup ses apparitions et la façon dont il a de voir les choses. Et en parlant de voir des choses, je n'ai pas trop vu venir certaines scènes de ce quatrième tome en commençant par celle où son physique est tout autre. Cette fin de série propose de petits rebondissement, une révélation et la complicité qui s’établie entre Gôta et Prince fait chaud au cœur. J'aimerais vous en dire davantage à ce sujet mais vous apprécierez par vous-même et à coups sûr ce que vous verrez. Personnellement, je trouve que les gestes entrepris l'un envers l'autre sont très touchant, pour ne pas dire triste par moments. C'est à voir et à profiter pleinement de ses propres yeux.

Que dire de plus sur ce quatrième tome qui vient donc mettre un terme à la série ? Eh bien, la fin de ce tome m'a un peu surpris et j'aurais aimé que cela dure un peu plus longtemps, je n'aurais pas dit non a un tome ou deux supplémentaires. L'intrigue se finalise donc et les auteurs m’ont vraiment fait passer un agréable moment. Le scénario de Beyond Evil est très a la fois intriguant et violent, ponctué par une trame des événements qui s'enchaînent pour ne laisser aucun temps mort a la série. Ça bouge plutôt bien, ici l'ennui n'a pas sa place, cela ne fait pas parti des souhaits de Miura, je suppose. Le lecteur appréciera donc que ce "contrat" soit de courte durée même si me concernant j'apprécierai un peu plus de chapitres, mais cela n'enlève en rien que le scénario soit bouclé proposant une histoire complète. En ce qui concerne les dessins, j'adhère vraiment au travail fourni par Ogino, les vignettes sont très bien détaillés, le coup de crayon est très dynamique et la mise en scènes des actions bien gérées. La découpe met aussi bien en avant l'intrigue qui se place avec de gros plans très appréciables. C'est vif et simple à la fois. Ogino maîtrise à la fois avec aisance et dynamisme son coup de crayon et c'est ce que j'ai apprécié dans ce tome et tout au long de la série d’ailleurs.



Dans l’optique où vous avez lu mes précédentes chroniques, vous avez dû comprendre que j’ai adoré cette série et que je ne peux que vous la conseiller pour plusieurs raisons. Ce fut vraiment une très bonne découverte, très agréable à lire et sans temps mort. Ce quatrième et dernier tome nous offre un scénario assez violent et très percutant, de belles scènes d'action, un combat assez intense et une complicité qui s'accentue jusqu'à... ce que vous lisiez la série pour le découvrir. Je n’ai pas envie de vous gâcher ce plaisir. À vous de jouer !

« Ce dernier tome mêle à la fois action et émotion pour une fin de série inattendue. Beyond Evil est un contrat en 4 tomes, intense, violent, très bien dessiné, que je vous conseille fortement. »
GeeKritique de Samy Joe


Beyond Evil Tome 4 (FIN)
de : Miura et Ogino

Prix : 7.99€ (Le commander chez Kazé)

Genre : Thriller

Public conseillé : 14+

Lire les premières pages du tome 1.

2 commentaires:

  1. J'ai le même avis que toi dans l'ensemble, surtout au niveau du "goût de trop peu" ! J'aurais aussi apprécié un ou deux tomes supplémentaires...
    Je suis aussi d'accord concernant la relation Gôta/Prince <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton comm' ! Oui on en veut plus :)

      Supprimer