jeudi 16 janvier 2014

[Wii U] Le test de Knytt Underground

Knytt Underground… Ce n’est peut-être pas la première fois que vous entendez le mot Knytt. Sachez que ce titre est issu des dernières idées perçues par Nicklas Nygren, qui a justement créé Knytt Stories. Issu du studio norvégien Ripstone, ces développeurs indépendants nous font la grâce de sortir cette toute nouvelle production sur l’eShop Wii U. Alors, que nous vaut cet ovni visuel ?


Pas la moindre seconde de répit, vous êtes immédiatement plongé au cœur du jeu. Ici, il n'y a pas d’introduction, aucun menu de démarrage, vous êtes là et il faut jouer, tout simplement. Votre personnage commence de suite son exploration, à en croire même que la partie était déjà entamée avant que vous ne preniez le contrôle de Mi, votre héroïne. Cette dernière possède un certain pouvoir de base, celui d'escalader les murs, même les plus lisses. Il ne faut pas se demander pourquoi, c’est voulu et c’est très bien ainsi. Le mystère n’a jamais tué personne. Et en parlant de mystère, Knytt Underground est unique en son genre.

Après quelques déplacements avec votre personnage, qui soit dit en passant se déplace un peu trop vite, vous commencerez par le chapitre 1 sans trop savoir ce qu’il vous arrive. Alors vous explorer les diverses images du jeu, toutes aussi fines et belles les unes que les autres. On est plongé directement dans l’ambiance du jeu. Ce genre d’ambiance qui sait vous agripper à votre GamePad et qui ne vous le fera pas lâcher de sitôt, même si on ne comprend pas grand-chose au scénario, ne sachant pas trop ce qu’il se passe et pourquoi. En tout cas, Mi n’a pas froid aux yeux et devra rendre services à certaines personnes afin de pouvoir avancer d’image en image. Elle devra pour cela récolter divers objets demandés par telle ou telle personne, et là après plusieurs pas vous vous rendez compte que le chapitre 1 prend fin et consistait en une sorte de petit tutoriel au jeu.

 

Pas souci le chapitre 2 prend le relais. Vous explorez toujours ce labyrinthe aux énigmes diverses et variées avec cette fois-ci la prise en main d’une balle rebondissante… Pourquoi ? Allez savoir… Mais une fois de plus c’est comme ça et c’est ce qui donne au jeu son originalité. Tout comme le fait qu’il n’y ait aucune cinématique de jeu. Les arrière-plans de Knytt Underground sont toujours très variés et on a la nette impression d’admirer par moment des photos avec certains éléments de celles-ci en mouvement. C’est une sacrée réussite visuelle que nous avons entre les mains même si par moment on peut se dire que certaines images semblent un peu vides. Cela n’enlève en rien le charme du jeu. On continue donc nos quêtes avec une jouabilité assez différente et résoudre les énigmes demandera une tout autre approche, ce pouvoir étant bien différent. Et là… le chapitre 2 prend fin. Mais, l’histoire va enfin prendre tout son sens avec le chapitre 3.

Le titre dispose d’une musique qui se fait plutôt discrète, où certains bruitages d’écoulement d’eau ou de tremblement prendront le relais. On prend plaisir à mal fou à continuer notre avancée, et c’est là qu’on se rend compte que malgré son apparence Knytt Underground est très addictif. Comme nous l'avons précisé, toute l’ampleur de ce jeu prendra vie dans le chapitre 3, car Mi récupère donc cette faculté de se transformer en balle rebondissante tout en pouvant escalader les parois. Il ne tiendra qu’à vous désormais d’utiliser la bonne faculté au bon moment. Tout au long de son avancée, Mi aura aussi la possibilité de récupérer certains pouvoirs temporaires, comme lancer une boule d’énergie, bénéficier d’un super saut, voire même se diriger dans les airs. Sachez que l’utilisation de ces pouvoirs demande une certaine maîtrise par moment car cela ne dure que quelques secondes. C’est après un grand nombre d’images parcourues que l’on comprend la mission de Mi…

 

Notre héroïne doit en fait sauver le monde, et comme tout élu qui se respecte il lui faudra… faire sonner des cloches. Pourquoi ? Disons que c’est le scénario qui est ainsi… Il ne faudra pas oublier d’utiliser votre GamePad qui vous servira à afficher la carte du jeu car ce labyrinthe est des plus complets et cette carte vous sera bien utile pour revenir en arrière afin de débloquer certaines choses. Mais attention l’exploration n’est pas dépourvue d’obstacles, au contraire. Des rayons lasers, robots ou autre ennemis seront là pour vous mettre des bâtons dans les roues. Mais si vous venez à  mourir ne vous en faites pas, Mi apparaîtra de nouveau là où la vie a été perdue. Malgré le fait que le jeu tire tout son potentiel à partir du chapitre 3, il n’en sera pas de même pour le gameplay qui même s’il est varié, il n’en demeure pas moins trop rigide et imprécis lors de certaines phases de jeu demandant une bonne précision.  

À force on s’y fait, et l’aventure vaut la peine d’être vécue.

 

Pour conclure, Knytt Underground est un titre original comme on aimerait en voir plus souvent. Ce côté « photos artistiques » mélangé à une bande son très douce, nous procure une sensation de zenitude absolue. Le level design est très plaisant, la durée de vie est bien plus qu’acceptable pour ce genre de titre car il vous faudra entre 15 et 20 bonnes heures afin de le terminer. On est détendu, on y joue avec plaisir, se posant toutefois toujours la question « pourquoi ». Et si vous souhaitez avoir la réponse, il vous est fortement conseillé de vous rendre sur le Nintendo eShop.

Test par Samy Joe



Ce qu'on a aimé :
  • C’est beau
  • L’ambiance
  • La bande son
  • Très addictif
  • Durée de vie

Ce qu'on a moins aimé :
  • Pas de cinématique
  • Gameplay parfois imprécis
  • Mais pourquoi ?


Éditeur : Ripstone
Genre : Action, Aventure, Plateforme

Voilà des petites vidéos tirées de nos sessions de tests :



Aucun commentaire:

Publier un commentaire