mardi 14 juillet 2015

[Wii U] Le test de Nihilumbra

Êtes-vous prêt pour une quête initiatique, une route vers la sagesse suivie de puzzles qui mettront cette même sagesse à rude épreuve ? Je l’espère car c’est ce que nous propose le jeune studio espagnol Beautifun Games, fondé en 2011, avec le titre Nihilumbra sur Wii U.



DIS NIHILUMBRA, RACONTE-MOI UNE HISTOIRE...
Dans Nihilumbra, vous incarnez Born, petite boule cherchant à s’extirper du vide, à exister mais le vide ne compte pas laisser s’enfuir cette chose et lui laisser acquérir une matérialité, développer une conscience et poursuivre sa quête d’humanité. Le Vide va alors essayer, tout au long du jeu, de vous rattraper, de vous envoyer ses sbires pour vous arrêter.

Dans un premier temps, en forme de boule, vous ne pouvez que vous déplacer de gauche à droite et sauter, ce qui ne vous laisse guère d’autre choix que de fuir ce vide qui est à vos trousses. Mais une fois arrivé dans le monde, vous allez très vite adopter une forme humaine qui vous permettra d’apprendre, au fil de niveaux, différents pouvoirs basées sur des couleurs. Au début de chacun des 5 niveaux, vous allez découvrir une fleur d’une couleur que vous n’avez jusqu’alors jamais rencontrée et qui vous mènera dans un lieu où son pouvoir vous sera transmis et où vous pourrez rapidement vous familiariser avec votre capacité fraîchement acquise avant de reprendre votre voyage, là où vous vous étiez arrêté. Parmi les 5 couleurs dont vous disposerez à la fin du jeu, il y a, par exemple, la couleur bleue qui permettra de geler le sol. Cela permettra à loisir de faire glisser des objets/ennemis ou de glisser soi-même afin d’acquérir plus de vitesse et de sauter plus loin. Il existe également une « couleur » représentant le vide qui vous permettra d’effacer tout ou une partie des couleurs appliquées en cours de jeu. Pour avancer et résoudre les énigmes, il vous sera parfois nécessaire de combiner diverses couleurs et plusieurs combinaisons menant au succès pourront être disponibles.


Les niveaux ont tous une thématique spécifique permettant ainsi à Born d’évoluer dans des environnements aussi variés que des montagnes enneigées, des forêts ou une ville. Chaque couleur que Born obtiendra sera en lien avec la thématique et chaque niveau se terminera invariablement par une phase de scrolling automatique où vous devrez échapper à nouveau au Vide qui a réussi à vous retrouver. Le reste du temps, les déplacements dans les niveaux se font de façon libre, le seul impératif étant de résoudre des puzzles d’une difficulté globalement abordable et d’éviter ou détruire divers types d’ennemis dans le but de poursuivre la progression.

Beautifun Games a réussi à créer une ambiance vraiment particulière. En effet, que ce soit les graphismes, les effets sonores ou la musique, tout pousse le joueur dans une sorte de rêverie et de quête initiatique. À cela s’ajoute un élément très important qui va parfaire cette ambiance, le narrateur. C’est est une voix-off presque omniprésente et omnisciente qui va s’adresser à Born pour le déstabiliser afin de le persuader de retourner dans le giron du vide mais aussi le questionner sur la finalité de sa quête, ses impacts et conséquences mais également sur la découverte du monde, des sensations, des sentiments, et sur la finalité de la vie. La voix est en anglais mais les propos sont intégralement traduits en français à l’écran et intégrés avec brio dans les décors dans un but esthétique.


La quête de Born se termine assez rapidement et devrait demander 2 à 3 heures en moyenne. Cette durée pouvant varier en fonction de votre habileté mais également en fonction du temps que vous prenez pour lire les textes.

TROIS PETITES HEURES ET C’EST FINI ?
Initialement le jeu devait effectivement s’arrêter là mais Beautifun Game a rajouté le mode « Vide » qui allonge assez drastiquement la durée de vie du titre. Ce mode de jeu, qui se débloque une fois le « mode histoire » terminé, vous permet de retourner avec Born dans les différents niveaux et sous-niveaux précédemment visités afin de le refaire mais avec une difficulté accrue. Au programme : beaucoup plus d’ennemis et des puzzles bien plus difficiles avec parfois même l’interdiction d’utiliser certaines couleurs qui auraient rendues trop aisée la résolution de l’énigme, plus d’interrupteurs ou d’ascenseurs à activer et plus de dextérité pour éviter les pièges de l’environnement. Ce ne sont pas les seuls changements puisque dans ce mode les niveaux contaminés par le Vide arborent des teintes violettes et noires, rendant l’atmosphère bien plus sombre. Enfin, le mode « Vide » ne bénéficie plus de la narration.

L’ensemble de ces changements donnent l’impression d’avoir deux jeux différents. Le premier plus axé sur l’histoire, l’aspect philosophique et le second sur un gameplay de puzzle game pur et dur. Et dans le cas de Nihilumbra, le terme « dur » n’est pas galvaudé car la difficulté est extrême et risque de décourager plus d’un joueur tant la différence entre le mode « Histoire » et le mode « Vide » est importante.


Malgré la difficulté, je ne saurais que vous conseiller de vous accrocher car les développeurs ont prévu une surprise si vous terminez ce mode et celle-ci se révèle plutôt sympathique. Je ne vous en dévoilerai pas plus dans ce test afin de ne pas vous gâcher la surprise mais si l’envie de la découvrir cette surprise est trop forte, une courte vidéo dédiée est disponible ici.

AU FAIT, QUID DE LA JOUABILITE ?
Nihilumbra est tout d’abord sorti sur iOS en 2012, ce n’est que plus tard que la sortie sur Wii U fût annoncée. Initialement prévue pour 2013, cette version fait finalement son apparition en mai 2015, la raison officielle étant que Beautifun Games souhaitait faire une adaptation d’excellente facture qui exploiterait au mieux le GamePad. La tache ayant été semble-t-il plus difficile que prévue, le jeu pris du retard. La question est alors : l’attente a-t-elle apporté un excellent gameplay ? La réponse est globalement oui ! La prise en main est facile, les contrôles bien pensés et efficaces. En mode « Histoire », impossible de la prendre en défaut. À quelques reprises par contre, l’utilisation du gameplay ne sera pas forcément des plus confortables et nécessitera une prise en main acrobatique du GamePad mais cela reste très rare.


Autre vidéo de gameplay ici par Samy Joe

Pour conclure, Nihilumbra est vraiment un titre à découvrir pour son gameplay mais surtout son ambiance. Les amateurs d’atmosphère poétique et philosophique ne pourront qu’être conquis et les férus de puzzle trouveront, dans ce titre, des énigmes à leur hauteur.

Test de Ikekreham

Born... Born... Born to be alive.

Ce qu’on a aimé :
  • Le côté onirique et philosophique du mode « Histoire »
  • Les graphismes, musiques et narrations combinées créent une atmosphère particulière.
  • Les pouvoirs reposant sur un jeu de couleurs.
  • Quand il n’en a plus, il y en a encore : une fois les modes « Histoire » et « Vide » terminés, les développeurs nous ont réservé une surprise.
  • Les bonus à débloquer : nouveaux modes de jeu, galerie d’art et succès.

Ce qu'on a moins aimé :
  • La grande difficulté du mode « Vide » qui ravira les afficionados du genre mais rebutera à coup sûr les moins téméraires.
  • L’absence de continuité entre le mode « Histoire » et le mode « Vide » avec, notamment, la disparition de la narration.
  • Certains passages du mode « Vide » pas toujours évidents à faire avec le GamePad où l’on doit le tenir de façon acrobatique pour réussir à passer une section délicate.
  • Le mode « Histoire » un peu court.

Prix : 8,99€
Genre : Action, Aventure, Puzzle
Développeur & Éditeur : Beautifun Games

Aucun commentaire:

Publier un commentaire