mercredi 13 janvier 2016

[Wii U] Le test de Canvaleon (avec MàJ du 7/01/2016)

Ce que j'aime dans le jeu vidéo actuel, c'est l'existence des indépendants. Sans les contraintes qu'ont les gros studios, ils peuvent se permettre d'être originaux. J'avais repéré Canvaleon dans les annonces de sorties, et ma joie fut immense quand le boss m'a proposé de le tester. Venez avec moi, je vous emmène en balade entre toiles et palettes, dans ce jeu du studio espagnol catalan OXiAB.


* Le Pitch

Vous incarnez un caméléon albinos. Blanc, et incapable de changer de couleur naturellement. Vous êtes rejeté de votre entourage, même de vos parents, qui n'ont pas pris la peine de vous nommer. Malheureux, votre vie n'a aucun sens jusqu'au jour où Doodle, un Caméléon Da Vinci, vous considère comme une toile vierge et vous appelle "Canvas". Vous découvrez le bonheur, en l'aidant dans sa quête de papillons colorés. Entre-temps votre village est attaqué par des aliens agressifs. Allez-vous venir en aide à ceux qui vous ont rejeté ? Vous le saurez en jouant à Canvaleon.

* Gameplay

Jeu de plateforme à la Rayman, vous aurez besoin du joystick pour vous déplacer, des boutons et gâchettes pour sauter et vous camoufler. Car, oui, un de vos atouts principaux dans ce jeu sera le camouflage. Pour cela vous devrez fabriquer des pigments grâce aux papillons que vous écrabouillerez ou que vous attraperez dans chaque niveau. Une fois les pigments obtenus, vous pourrez les combiner et acheter vos camouflages.

L'idée de survivre en se camouflant et de devoir gérer soi-même son camouflage est très intéressante et prenante. Les ennemis pompeurs de couleurs sont d'ailleurs vicieux, l'IA ayant oublié d'être bête, en plus de la multitude de pièges.

Allons, n'hésitez plus, prenez-vous pour Snake.


*Chara-design

J'apprécie beaucoup le design bien cool des caméléons. Mention spéciale à notre héros, Canvas, qui semble bien naïf avec son petit regard doux. Les aliens sont classes, avec un design idéal de méchants qui n'ont pas l'air de vouloir rigoler ou s'amuser.

Pas de fioritures graphiques, c'est simple et efficace.

*Les décors

Dans chaque niveau on distingue les décors principaux et les décors de fond. Les décors principaux en 2D me font penser à ce que l'on trouvait dans les bons jeux de la SNES, avec des couleurs et des détails améliorés avec les possibilités de notre époque. Les décors de fond semblent peints, comme si le niveau avait été posé sur une toile. Les couleurs sont moins criardes et plus dans la nuance.

Incongrue au départ, l'alliance de ces deux styles est réussie.

*Musique Maestro !

La musique correspond bien aux niveaux, elle est complexe avec des sonorités de synthé et de batterie. Assez funky, elle est cependant gâchée par l'omniprésence des bruitages : ceux de Canvas sont sympas mais les autres sont agaçants. Pensez à régler leur niveau sonore dans les options, conseil d'amie.


*La Geek vs Canvaleon

J'aime les caméléons : fascinants avec leur capacité à pouvoir changer de robe pour s'adapter à leur environnement. C'est donc toute heureuse que je lance Canvaleon sur le GamePad de ma Wii U : Oh! pauvre caméléon on le rejette, il est pas aimé. Ses parents sont indignes.

Après avoir essuyé une larmichette, je me chauffe pour le premier niveau qui est là pour nous initier aux bases du jeu. Pas d'ennemis, seulement moi, les papillons, les plateformes et les pièges. J'apprends d'ailleurs à la fin du niveau qu'on s'est fait dézinguer par des aliens, je vois mon village qui brûle au loin. Je les aimais pas , mais quand même...

J'entreprends alors de faire leur fête aux envahisseurs, sauf que j'ai pas d'arme, seulement mon camouflage de fortune. En plus, à chaque fois que je me fais tuer, je reprends au début du niveau... Rahhhhhhh... Ce jeu aura ma peau. Je décide alors de tracer, avec sauvetage express de mes compatriotes pour voir ce que je vais y gagner.

Qui vivra, verra !

*Ma note rose + conclusion

Canvaleon est un jeu qui reprend les codes des jeux rétros qu'on aime : histoire simple mais cohérente, gameplay intuitif, des concepts originaux et compréhensibles et de la difficulté (un peu trop parfois, mais vous comprendrez ci-dessous).


Les missions SP permettent d'apprendre à maîtriser les basiques et subtilités du jeu, et vous tester sur des défis, afin d'être paré au mode principal. L'environnement de jeu est plaisant, les niveaux sont bien pensés (avec des endroits cachés, merci !), et le système de score donne envie de se dépasser. Le tableau des statistiques a été revu depuis le DLC du 7 janvier et de ce fait il clarifie sa visibilité.

Un des reproches majeurs que j'aurais à faire est l'absence de checkpoint dans les niveaux, si vous perdez, vous devrez tout recommencer. De plus, on ne sait pas trop dans quel ordre faire les niveaux : beaucoup sont accessibles au départ et on n'a pas forcément les bons camouflages.

Cependant le problème de la difficulté est dorénavant gérable dans les options, car dorénavant (impossible avant le DLC du 7 janvier) on peut choisir sa difficulté : Original, Radar Mode ou Hardcore.

Test de La Geek En Rose

Mon verdict...

À la fois agréable et relevant du défi !

Prix : 9.95€
Genre : Aventure, Plateforme
Développeur : OXiAB Games Studio

Aucun commentaire:

Publier un commentaire