vendredi 25 mars 2016

[3DS] Le test de Project X Zone 2

Bonjour lecteurs et lectrices, comment allez-vous ? Aujourd'hui, je vous livre mes impressions sur Project X Zone 2, un tactical-RPG baston qui a trouvé LA bonne idée : créer un histoire rassemblant tous vos chouchous des univers SEGA, CAPCOM, BANDAI NAMCO, MONOLITH SOFT et un peu NINTENDO. J'avais la démo du premier opus et je m'étais régalée dessus. Puis, j'ai fais des pieds et des mains pour que le boss me donne l'occasion de tester la suite. Des fois je me demande comment il fait pour me supporter... Quoiqu'il en soit, mon vœu a été exaucé, et j'ai botté l'arrière-train de nombreux ennemis rien que pour vous.



* Le Pitch

Même si l'histoire ne se veut pas être le point principal du jeu, la trame est assez intéressante. L'organisation Shinra, est en conflit depuis toujours avec l'organisation Ouma. Leurs idéaux sont opposés, et Shinra a toujours déjoué les projets d'Ouma.

Project X Zone 2, se situe au moment où Reiji et Xiaomu, nos premiers héros, enquêtent sur la mystérieuse apparition de chaînes dorées géantes dans plusieurs endroits du monde. Un peu comme si le chevalier Andromède ("Ikki mon frère !") s'était amusé à refaire la déco. De plus, une augmentation du nombre de monstres bio-organiques de type arme virologique et d'anomalies spatio-temporelles les inquiètent.

* Atmosphère du jeu

Le jeu est loin de se vouloir sérieux, bien au contraire. On enchaîne les niveaux en naviguant dans des scénettes aux dialogues truculents : taquineries, humour vaseux, ironie, sous-entendus lubriques (assez souvent d'ailleurs, j'ai fait des captures pour Miiverse assez drôles).

On joue de façon assez détendue, même si on aurait pu réduire la longueur des tirades. Mais , il me semble que c'est assez caractéristique des jeux vidéo typiquement japonais. Cependant, TOUS les textes sont en français ce qui est hautement appréciable.


* Gameplay
  • Se déplacer : Vous déplacerez seulement sur les cases des plateaux des niveaux, comme dans tout Tactical-RPG. Rien de bien compliqué donc, à part déplacer votre curseur sur la case où vous souhaiter aller et orienter votre personnage. Celui-ci ayant une zone de déplacement plus ou moins grande, lui étant propre.
  • S'équiper : Le paquetage est une constante relativement limitée : un équipement principal et un accessoire. Il agit sur les statistiques d'attaque, de défense, de technique, de dextérité et aussi sur les points de vie et les compétences. Vous pouvez modifier celui de vos unités (solo, duos ou trio) avant le début de chaque niveau et dans le menu intermédiaire. C'est aussi dans ce menu que vous pourrez vous procurer tous ces objets, y compris pour le soin.
  • Les ennemis : Tout d'abord on a les monstres de base, les larbins des plus costauds. Ces derniers, étant eux aussi des personnages des sagas concernées par ce cross-over. Pour terminer un niveau, inutile de préciser qu'il vous faudra tous les mettre K.O.
  • La Baston : Ouiiiii, mon moment favori ♥. Un combat se déclenche, quand vous choisissez d'attaquer ou quand un monstre décide de le provoquer. Pour se battre rien de plus simple, servez-vous de la liste des attaques et enchaînements (oui, oui comme celle des jeux de baston) pour tabasser (il n'y a pas d'autre mot) ces vilains jusqu'à leur défaite. Si vous votre unité d'attaque était à côté d'autres de vos camarades, vous pourrez profiter de leur présence pour utiliser des combos spéciaux. Et c'est là que le jeu devient jouissif : on appuie sur tous les boutons et gâchettes disponibles comme on l'aurait fait sur une borne d'arcade. C'est le gros bazar à l'écran avec plusieurs membres qui frappent, puis arrive l'animation d'une technique secrète, le tout accompagné de punchlines succulentes.
  • Le levelling : Grâce aux combats, vous gagnerez en expérience et progresserez. Cela vous permettra de gagner des PP, points à dépenser pour améliorer vos attaques et autres combos. Ne négligez pas non plus le choix de votre compétence qui vous permettra de booster vos taux et dégâts.
  • L' Intermède : Il s’agit du menu que vous retrouverez après avoir fini chaque niveau et sachez qu’il est très complet. Comme précisé auparavant, vous pourrez y acheter/revendre vos objets mais aussi personnaliser vos unités. Mais le module d'entraînement vous permettra aussi de tester l'efficacité de leurs techniques, grâce à de nombreux paramètres. Pour les curieux, une grosse encyclopédie qui se remplira au fur et à mesure de votre avancée, vous comblera : didactiels, détails sur les personnages, les monstres et bien d'autres. C'est aussi ici que vous pourrez acquérir du contenu additionnel : codes de téléchargement, achat ou changement de pack.
Bien sûr les options de jeu et la sauvegarde sont de la partie. Enfin, il y a une rubrique secrète, que je n'ai pas encore débloquée. Mystère...


*Chara-design

Le concept de Project X Zone, c'est une méga tambouille de plein de personnages existants dans différents jeux, avec des personnages récurrents ou "invités". Déjà très travaillés à la base, on ne peut que saluer le soin apporté pour mettre ces héros & héroïnes en valeur, tout en gardant leur apparence d'origine.

Je reste vraiment ébahie par les traits précis, les couleurs et les détails variés. Côté nanas, on penche vers le fan-service, et le dénudé (j'ai tout dévoilé en disant : Morrigan), sans pour autant pencher dans les travers de certains jeux de sport de plage. Les héroïnes de base ont été créées ainsi, aussi même si la femme en moi s'agace un peu, je peux tolérer que dans un jeu cross-over elles apparaissent telles que dans leur média originel.

*Les décors

Les décors que vous verrez seront essentiellement ceux des maps de combat, et je ne les ai pas trouvés exceptionnels. Assez dépouillés, ils ne constituent pas le plus beau du travail graphique.


*Musique Maestro!

Ce qui est génial dans ce jeu, c'est que ce n'est pas seulement un cross-over de personnages, mais aussi de styles musicaux. On oscillera ainsi entre des musiques 8-bits, puis de la mélodie épique pleine d'émotions au riffs rocks bien punchy, toujours de façon adaptée à la scène ou étape en cours. C'est assez déroutant au début, mais je trouve ça très original, on se sent comme dans plusieurs jeux à la fois.

*De l'usage de la 3D

J'aime beaucoup l'aspect poly-plans que donne la 3D de la console au jeu. Là encore rien de révolutionnaire, mais je pense que ce n'était pas l'ambition de la 3D stéréoscopique à la base. Mais plutôt de casser le côté plat des images, d'où les superpositions de plans.

*La Geek vs Project X Zone 2

Bon, pour commencer, je lance le jeu. Et bam ! Une cinématique digne de ce nom me met en condition pour ce qui m'attend. Elle m'en met plein la vue, mais déjà je n'ai pas le temps de dire ouf ! Je choisi de créer une nouvelle partie et je suis propulsée dans l'action. Je dois déjà me battre.. Encore heureux que le didactiel est présent pour que j'intègre les basiques du jeu.

Je tape à vitesse éclair sur les touches pour réaliser les combos, et je ris comme une démente pour ma première victoire. Je m'aperçois plus tard que mon premier vrai ennemi est une renarde sexy (mini corset, micro micro short). J'aime beaucoup les renards, mais quand même là, mademoiselle, c'est indécent. Dès lors je n'ai plus qu'un seul souhait : redorer la réputation des renardes ♥.

Allez, envoyez les prochains niveaux !



*Ma note rose

Très enthousiaste à l’idée de tester la suite de Project X Zone premier du nom, cette impression générale est restée. J’ai tout été déroutée par la bande sonore hétéroclite et les dialogues s’éternisant accompagnés par leur humour douteux. Puis, je me suis faite au fun et à l’aspect défouloir des combats, tout en ressentant la joie de revoir des personnages emblématiques.

Ma note sera donc un joli...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire