mercredi 22 juin 2016

[GeeKritique] Ma critique de Rainbow Days Tome 2

Le quotidien de jeunes lycéens est toujours bien rempli et ce de toutes sortes. Que ce soit au lycée même ou dans sa vie personnelle, il y a toujours une chose à faire ou à raconter. Natsuki, Tomoya, Keiichi et Tsuyoshi sont quatre garçons plein d’entrain, tous forgés d’un caractère particulier, l’un est rêveur, l’autre charmeur, un autre a des penchants sadomaso et le dernier est un otaku. Nous suivons donc cette bande de potes dans leurs quotidiens. Dernièrement, Natsuki s’est fait larguer mais au bonheur la chance il a rencontré une autre fille, alors que Tsuyoshi raccompagnait Yuki la fana de cosplay, Natsu de son côté raccompagnait Anna avec qui il passait une très bonne journée. Tous deux ne laissent pas l’autre indifférent. Le lendemain, tous reprenaient leurs révisions en vue de leur séance de rattrapage qui s’avérait n’être qu’une plaisanterie de leur professeur afin que nos quatre amis révisaient sérieusement pour leurs tests. C’est sur cette dernière scène que prenait fin le premier tome de Rainbow Days, découvrons donc la suite de leurs péripéties dans ce second tome, disponible aux éditions Kazé.


Natsuki, Tomoya, Keiichi et Tsuyoshi sont désormais en classe de première. Natsu devient membre du comité à la propreté, ce qui lui vaut de passer du temps avec Anna qui en fait elle aussi parti. De ce fait Natsu a l’occasion de tenter progressivement son approche afin de proposer un rencard à Anna, pour un tête à tête. Et rien de tel qu’une bonne crème glacée. Tsuyoshi, quant à lui, a aussi rendez-vous avec Yuki, sa cosplayeuse qui lui trouve un petit « on ne sait quoi ». Tomoya de son côté continue de la jouer provoc’ face à Mari et Keiichi se retrouvant seul accepte une petite partie de basket avec Taizo. Mais alors que le destin lui sourit avec la proposition d’une jeune inconnue de son lycée à devenir son petit ami, ce dernier ne cache pas sa nature lui demandant si elle aime la douleur.

Le quotidien de notre quatuor suit son court, l’amitié et leur passion pour la gente féminine ne sont pas prêts de s’arrêter de sitôt…

Ce tome dispose toujours de moments joyeux, d’amour mais j’ai trouvé qu’il propose moins d’action que le premier. Certes, le shôjo n’est pas un genre où l’action fait rage mais le tome 1 était plus pêchu dû au fait de la mise en place de nos héros, je pense. Du coup, pour un shôjo je trouvais le dénouement original avec la découverte de leurs caractères bien affirmés. C’était un bon et grand point dans le premier tome alors qu’ici on a plutôt l’impression de retomber dans le shôjo traditionnel en ce qui concerne surtout la relation « amoureuse » du couple principal, celui de Natsu. Je trouve que cela donne un rythme assez lent au scénario alors qu’au niveau des autres garçons cela est tout autre. Je garde l’exemple de Keiichi, ce pervers SM, qui me plaît toujours autant quant à ces attitudes avec les filles, ou ses pensées. J’apprécie de voir se mettre en place une relation qui tourne autour de Tsuyoshi et qui évolue un peu. Concernant Tomoya, sa provocation fait toujours plaisir à voir.

Comme déjà évoqué sur le précédent tome, j’ai une préférence pour Keiichi, je trouve ce personnage bien plus intéressant que les autres. Cependant, Tsuyohi, l’otaku prend une place plus importante ici. Je n’ai rien contre Natsu mais il est trop le stéréotype du gars tout gentillet, tout doux avec les filles, un peu gêné. Non pas que je n’aime pas ça, mais on aurait pu apprécier d’autres aspects de son caractère qui éviterait à Rainbow Days de tomber dans le simple shôjo. Mais nous n’en sommes pas encore là… La demi-lenteur de ce tome est tout de même sauvée par certaines scènes un peu plus intenses grâce, aux amis de Natsu notamment, mais pas que. Dans ce second tome, on développe davantage la façon d’être de certains personnages, comme je l’évoquais plus haut concernant Tsuyoshi par exemple. Aussi, on découvre dans ce tome des moments que les garçons ont passés, jadis, dans des clubs de sports mais l’histoire s’attarde également sur la gente féminine avec Anna, Mari et Yuki que l’on découvre davantage et où leurs caractères et attitudes commencent à se dévoiler.

NIJIIRO DAYS ©2011 by Minami Mizuno/SHUEISHA Inc.

Du côté féminin, j'ai assez l'attitude, le comportement de Mari. Sa façon d'être avec Natsu est très piquante, elle n'aime pas trop qu'il traîne avec Anna. Son tempérament est très affirmé et elle le fait aussi savoir face à Tomoya. J'ai d'ailleurs bien aimé leurs petits piques l'un envers l'autre. Ce personnage sort un peu du lot, et se distingue des autres personnages tout mielleux. D'ailleurs, en parlant de distinction, j'aime la façon qu'à Minami Mizumo de proposer de petits bonus en cours de lecture. Cela peut paraître anodin mais l'intention envers le lecteur est appréciée. Un petit mot par-ci par-là, ou une petite précision sur telle ou telle chose ou personnage ne se refuse pas.

Ce second tome commence à devenir et à s’orienter vers ce que propose la plupart des shôjo, mais la distinction se fait surtout au niveau du chara-design et de de la qualité des dessins qui est vraiment d’un bon niveau. Je trouve le travail de Minami Mizumo vraiment de bonne facture, bien détaillé avec des personnages riches en émotions. Ce qui vaut à cette série une certaine qualité et richesse de ses protagonistes qui savent nous toucher, l’émotion est au rendez-vous et c’est un peu ce qui sauve ce tome de tomber dans le déjà-vu. Une fois encore, Minami Mizumo nous offre une histoire bonus assez plaisante à lire, alors si vous aimez ce qu'elle propose, n’hésitez pas à lui faire part de vos messages d’encouragements via Twitter sur son compte @Mizuno007.

« Malgré quelques clichés shôjo purs et durs, ce second tome de Rainbow Days est émouvant, touchant et ajoute une pointe de féminité rendant ainsi l’histoire un peu plus variée et intéressante. »
GeeKritique de Samy Joe

Rainbow Days Tome 2
de : Minami Mizuno

Prix : 6.79€ (Le commander chez Kazé)
Genre : Comédie
Public conseillé : 12+

Voir le trailer ou l'épisode 1 de la version animée.
Lire les premières pages du tome 1.

Lire la critique du tome 3tome 4.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire