mardi 7 juin 2016

[GeeKritique] Ma critique de Red Eyes Sword! Zero Tome 1

Lecteurs, vous suivez peut-être les aventures sanguinaires d’Akame dans Red Eyes Sword – Akame Ga Kill, licence déjà disponible chez Kurokawa. Toutefois, cela vous intéresserait sans doute de savoir comment elle en est arrivée là, à devenir celle qu’elle est aujourd’hui. C’est ce qui nous est donc proposé dans ce préquel intitulé Red Eyes Sword! Zero, qui nous conte la jeunesse d’Akame et de sa sœur Kurome. Découvrons ensemble comment elles ont été embarquées par l’Empire sur un scénario de Takahiro et dont les dessins sont signés Kei Toru. Je vais donc vous exposer mon ressenti personnel après la lecture de ce premier tome de Red Eyes Sword! Zero, disponible aux éditions Kurokawa.


Akame et Tsukushi sont deux nouvelles recrues qui ont rejoints la troupe Sabatini, devenant ainsi des artistes ambulants, voyageant de ville en ville. Alors qu’elles ont terminé leur représentation, elles sont contactées car leur cible risque de se montrer. Alors que la troupe se dirige vers la ville suivante, ils sont attaqués par les brigands du Mont Shiranami. Après les avoir tous exterminer, le chef de la troupe confie à Akame et Tsukushi qu’ils sont en réalité des justiciers qui luttent pour apporter du changement dans le pays car l’Empire serait corrompu. Mais ces derniers ne savent pas à qui ils sont en train de se frotter. Akame et Tsukushi sont des espionnes de l’Empire qui avait justement pour cible la troupe Sabatini. 

Une fois leur mission accomplie, leur « Père » les félicite pour leurs prouesses et les incite à continuer dans cette voie afin de continuer à rendre le peuple heureux. Mais voilà Akame a été achetée par l’Empire afin d’être formée à devenir une tueuse et ce depuis son plus jeune âge. Baignée dans le sang, la mort est son quotidien. Akame a été, comme les autres, endoctrinée et éduquée afin de devenir une véritable machine à tuer. Pensant donc qu’elle agissait pour le bien, de fil en aiguille elle va se rendre compte qu’il n’en est rien et que la vérité est toute autre et qu’un destin cruel l’attend au tournant…

Ce premier tome de Red Eyes Sword! Zero nous plonge, disons-le sans mâcher nos mots, dans un petit bain de sang agréablement mis en scène par des traits efficaces de Kei Toru. D’ailleurs, ce dessinateur n’est pas le même que dans la série Red Eyes Sword - Akame Ga Kill. Kei Toru propose ici son propre chara-design et me concernant je le trouve assez réussi. La violence est bien retranscrite et ne tombe pas dans l’abusif. D’un point de vue artistique, je peux vous dire que cela me plaît assez. Bien que nous soyons ici en compagnie d’assassins, l’histoire ne se résume pas qu’à cela. Takahiro évoque ici la jeunesse d’Akame et passant par son entraînement et ses diverses premières missions mais pas que. Il démontre aussi le détachement fraternel car sa sœur Kurome suit elle aussi un entraînement tout autre afin qu’elles s’endurcissent mais chacune de leur côté, ne laissant pas les sentiments entraver leur éducation. Takahiro amène la joie et la bonne humeur sur ses assassins car on leur dit qu’ils rendent les gens heureux une fois qu’ils ont exécuté leurs cibles. Une façon plutôt originale, je trouve, que de rendre les gens heureux par la mort.

© Takahiro, Kei Toru / Square Enix Co.Ltd

Comme évoqué, Red Eyes Sword! Zero est assez violent et non pas que par la présence de sang ou de carnage mais aussi sur les actions menées sur ces jeunes enfants qui vont subir une série de tests plutôt durs en soi. On se retrouve donc en présence d’enfants qui obéissent au doigt et à l’œil à des adultes afin de tuer tout individu sur commande. À la limite du lavage de cerveau, ces enfants deviennent alors des monstres sans pitié. Il faut d’ailleurs savoir que ce préquel ne met pas en scène que le passé d’Akame. Même si on s’y attarde, elle n’est pas à elle seule le centre d’intérêt dans Red Eyes Sword! Zero, les autres enfants et sa sœur sont eux aussi mis en avant. On découvre donc de nouveaux personnages avec plaisir dont leurs caractères tendent à se développer par la suite. J’ai trouvé par moment certaines situations assez fortes, dures à encaisser même mais il ne pouvait en être autrement quand on est plongé dans l’univers du dark fantasy traitant des assassinats.

Le scénario proposé ici pose les bases avec plaisance et les dessins sont assez réussis. Les vignettes sont bien disposées, les bulles et encadrés aussi. Kei Toru joue également avec des effets plus sombres lors de certaines actions ou situations et nous invite à prendre part à des combats bien orchestrés, au coup de crayon vif et soigné. J’aime le travail accompli ici surtout sur les dessins de pleines pages. Les scènes de combat sont bien dynamiques et j’apprécie de voir que cela ne s’éternise pas. On avance pas à pas vers une intrigue dramatique, force de tourner les pages de bonne qualité, comme l’éditeur a pour habitude de nous fournir.

Ce préquel de Red Eyes Sword – Akame Ga Kill saura satisfaire les fans de la série d’origine de par son côté dark fantasy, sa violence bien menée, son scénario bien posé et son design bien maîtrisé. Comme cela se passe bien avant les événements du manga Red Eyes Sword – Akame Ga Kill, cette série peut être appréciée sans pour autant avoir lu ce dernier titre. Ce qui est d’ailleurs mon cas. Si vous aimez ce genre d’univers, je ne peux que vous conseiller ce premier tome, histoire de découvrir de quoi il en retourne et au vue du final, il y a de fortes chances que la suite vous intéresse.

« Un brin bourrin, Kei Toru n’y va pas de main morte proposant en plus un chara-design soigné. Toujours aux commandes du scénario, Takahiro le diversifie mettant ainsi l’accent sur une ribambelle d’assassins en plus d’Akame. »
GeeKritique de Samy Joe


Red Eyes Sword! Zero T.1

Scénario : Takahiro
Dessins : Kei Toru

Genre : Aventure, Fantastique
Sortie du T1 : Le 12 mai 2016
Prix : 7,65 €

Lire la critique du tome 2 (à venir)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire