lundi 29 août 2016

[GeeKritique] Ma critique de Are You Alice? Tome 4

La 89ème Alice (celle qui entame cette traque depuis le début de la série) s’est retrouvée face à la 88ème Alice, celle qui, de force, a dû lui céder son rôle et qui s’avérait donc toujours vivante à ce jour. La 88ème Alice ne souhaitait qu’une chose : récupérer le rôle qui, pour elle, lui appartenait de droit. D’un autre côté, Alice (la 89ème) s’est remise en question à de nombreuses reprises : Quel est son véritable rôle ? Pourquoi la Reine de Cœurs prive-t-elle Alice de son libre-arbitre ? Alice n’est ici qu’un pantin entre les mains de la Reine de Cœurs, au caractère bien trempé, sans réel cœur ou alors un de pierre. Alice continuait donc sa traque pour trouver la Chenille, ce nouveau personnage qu’Alice cherchait en vain. Cette jolie Chenille se montrait enfin sous sa plus belle forme et prenant alors part au voyage d’Alice aux Pays des Merveilles. Voyons donc ce qu’il advient de nos héros lors de cette nouvelle traque au travers de ma critique de ce quatrième tome d’Are You Alice?, disponible aux éditions Kazé.


Toujours à la recherche du Loir, cet informateur qui détient les informations sur l’emplacement du terrier du Lapin Blanc, Alice, le Chapelier Fou et la Chenille continue d’avancer arrivant au Livre de la Patte de Velours. Ce livre invite Alice à faire divers choix en répondant de façon réfléchie aux questions qui s’offrent à notre bon vieux Alice. Fort heureusement, le jeune homme au costume blanc dispose de l’aide de la Chenille afin de suivre le bon chemin jusqu’au moment où une étrange voix retentie. Cette même voix met en garde nos héros et de l’encre noire jaillit de nulle part attaquant ainsi notre trio qui de ce fait se retrouve séparé. Pour une fois, le Chapelier Fou ne vole pas au secours d’Alice, le laissant se débrouiller de lui-même. Pris au piège dans le Passage de la Chenille, Alice n’a pas d’autres alternatives que de continuer son chemin, seul.

Dorénavant, notre jeune héros fait alors face à certaines difficultés d’ordre mentales et psychologiques. Se dressent face à lui moult interrogations de ce qu’il souhaite réellement notamment pourquoi est-il venu au monde ? Alice ne souhaite pourtant qu’une chose : naître et se laisser porter par l’imagination d’un autre, lui dictant donc ses faits et gestes ! Mais à entendre si le jeune homme a tué Alice, le voilà furieux et il se retrouve nez à nez avec le Chat du Cheshire…

Trop de questions une fois de plus pour Alice : Est-il Alice ? Ne l’est-il pas ? L’est-il peut-être ? Peu importe ce qu’il en pense, Alice fait son choix lorsqu’il se retrouve face à ce panneau, où sa décision est pour lui primordiale. Trois possibilités pour un destin qui se veut unique et dont seul Alice souhaite en être le décideur. J’ai apprécié la découverte du tempérament affirmé d’Alice qui n’aime vraiment pas être à la bonne de la Reine de Cœurs et se laisser porter par l’histoire comme la Reine le souhaite. Ici, Alice est maître de ses choix pour éviter une trame narrative déjà écrite. J’ai trouvé très intéressant le fait de voir le Chapelier Fou lâcher du lest, laissant ainsi Alice se débrouiller seul, ce qui n’est pas plus mal pour ce dernier. J’ai bien aimé découvrir une autre face du caractère du Chapelier qui se montre ici au bout du rouleau et il ose d’ailleurs le dire à voix haute. En somme, il en a lui aussi un peu marre de tout ça et de devoir sortir Alice du moindre pétrin.

Autre situation que j’ai appréciée et qui concerne le passage où apparaît un personnage non dévoilé, au visage caché et appelé « le « professeur ». On voit ce professeur discuter avec la 88ème Alice tout en écrivant diverses pages de l’histoire. Dans ce quatrième tome, outre le fait de suivre Alice à la recherche de réponses et du Loir, la Chenille est plutôt bien mise en avant. Je la trouve très intéressante au niveau de son comportement et son esthétique fait plaisir à voir. La Chenille dévoile de beaux atouts, à la poitrine généreuse. D’ailleurs, Ikumi Katagiri indique que ce personnage est et je cite : « le personnage le plus sympa à dessiner. La poitrine est vraiment le prestige des femmes. ». Le lecteur fera lui aussi son choix, d’accord ou pas d’accord avec cette précédente citation, mais je peux vous dire pour ma part que je suis d’accord ! Le corps de la femme est une chose très plaisante à voir, quoi de mieux donc que de profiter de belles formes. Mais passons… J’aime beaucoup le look adopté par la Chenille au décolleté affolant mais qui porte tout aussi bien une capuche. Je trouve vraiment le personnage très original d’un point de vue esthétique, pour ce qui est du tempérament c’est autre chose. Sachez qu’elle est un peu provocatrice mais cela lui sciait parfaitement.

ARE YOU ALICE? © by Ai Ninomiya / Ikumi Katagiri / Ichijinsha Inc.

On parle beaucoup dans ce tome de la Chenille, du Chapelier mais un ancien personnage fait son retour. Ce dernier attend patiemment au bar, là où la Chenille et le Chapelier Fou vont d’ailleurs s’y attarder un peu en attendant qu’Alice les rejoigne. Ce personnage prudent n’est autre que le Loir lui-même qui fournira certaines informations à Alice. Maintenant, rien ne dit que ces renseignements soient de qualités. Toutefois, quand ces trois hommes sont réunis autour d’une table ronde, le Loir confie à Alice un certain point au sujet d’une sortie possible du Pays des Merveilles. Mais n’oublions pas que c’est le Lapin Blanc qui établit les règles par des contrats avec les divers intervenants au cours de ce conte une fois n’est pas coutume scénarisé habillement par Ai Ninomiya. J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce quatrième tome, Are You Alice? est une série coup de cœur au plus j’avance dans les tomes. Sûrement du fait que cette histoire n’est pas juste celle d’Alice aux Pays des Merveilles, j’apprécie d’autant plus la mise en scène des personnages ici présents, leurs comportements et divers faits et gestes de chacun. La complexité scénaristique se fait par moments ressentir mais nous autres, lecteurs, profitons d’une traduction de très bonne facture de la part d’Anaïs Koechlin de Black Studio qui nous aide à rester sur le droit chemin de la compréhension.

La traque du Lapin Blanc se poursuit avec une grande originalité ! J’ai beaucoup aimé le passage où Alice se retrouve seul, totalement à ses dépens. S’en suit d’autres passages qui m’ont davantage plu, notamment les discussions dans le bar, ou encore les divers échanges entre Alice et le Chapelier. C’est toujours un plaisir de profiter d’une certaine noirceur qui a lieu au cours de quelques scènes et j’apprécie toujours autant quand apparaît le Lapin Blanc, je trouve ses mises en avant assez intenses. L’originalité du style graphique, la mise en page, la découpe de vignette, la profondeur de certains dialogues sont divers gros points forts de ce quatrième tome et cela me plaît. Je trouve que les auteurs font du très bon travail et cela nous permet de passer un bon moment à découvrir ce conte revisité avec brio, je trouve. Aussi, une histoire courte nous est proposée en guise de bonus, intitulée « Are You Akuma? ».

L’ouverture de ce quatrième tome est dessinée d’une manière assez originale et peu commune, comme si Ikumi Katagiri dessinait les deux premières pages à la va-vite. Il en va de même pour le chapitre 23 avec les scènes de Dodos, on ne peut plus original en comparaison au trait graphique de la série. Le scénario suit son cours avec Alice davantage déterminé, montrant une certaine motivation à faire comme bon lui semble et qui se dévoile sous un autre jour. Le Loir de son côté m’a surpris de par son attitude en nous offrant une scène finale assez violente. Oui, on parle bien de sang, un véritable bain de sang…

« Quel plaisir que de vagabonder au Pays des Merveilles où les précédentes interrogations laissent place à une détermination intense d’Alice. D’un autre côté, la violence fait rage en compagnie du Loir et la scène finale est des plus palpitantes ! »
GeeKritique de Samy Joe

Note : il est normal que par moments certains termes au sujet d’Alice soient utilisés au masculin ou au féminin.



Are You Alice? Tome 4
de : Ai Ninomiya, Ikumi Katagiri

Prix : 7.99€ (Le commander chez Kazé)
Genre : Aventure, Fantastique
Public conseillé : 12+

Lire les premières pages

Lire la critique du tome 5tome 6, tome 7 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire