mercredi 7 septembre 2016

[GeeKritique] Ma critique de Black Clover Tome 1

J’apprécie toujours l’annonce d’un nouveau shonen et d’autant plus quand ce dernier met en scène un héros qui n’a pas peur de tout donner et qui cherche à se surpasser. On qualifie ce genre de shonen nekketsu, c’est un terme que vous connaissez peut-être tant il existe un grand nombre de séries cultes. Mais ne parlons pas des séries passées car le présent nous apporte une nouvelle licence et qui arrive à point nommé avec Black Clover, scénarisée et dessinée par Yûki Tabata. D’ailleurs, le lancement de cette série a été des plus ambitieux avec une première présence à Japan Expo 2016, soit 2 mois avant sa sortie officielle en libraire, sans compter une bonne communication sur le web de la part de Kazé avec des fiches de personnages ou encore via la bande-annonce des deux principaux héros. Le lancement est assez médiatisé et le deuxième tome accompagne la sortie du premier le 7 septembre. Je vous invite donc à découvrir mon avis sur ce premier tome de Black Clover, disponible aux éditions Kazé, qui mêle fantasy médiévale à un univers où réside la magie.


Jadis, un être démoniaque voulait anéantir l’humanité mais ses plans furent mis en échec par un mage qui se dressa devant lui, faisant de lui le légendaire Empereur-Mage. Au royaume de Clover vivent notamment Asta et Yuno, deux jeunes adolescents, qui ont pour objectif de devenir le prochain Empereur-Mage. Ces deux jeunes garçons sont orphelins, ils ont été abandonnés le même jour au pied de la même église. Depuis leur plus jeune âge, ils font vraiment tout ensemble, se considérant même comme des frères mais aux caractères bien différents. Asta est plutôt du style impulsif mais déterminé tandis que Yuno est un garçon bien plus posé et réfléchi mais voilà le destin a décidé qu’Asta serait dépourvu de toute magie contrairement à Yuno. Il est difficile pour Asta d’atteindre son rêve dans ces conditions. De ce fait, il n’attend qu’une chose, c’est de recevoir son grimoire en espérant qu’à ce moment-là un déclic se produit. En attendant ce jour fatidique, il passe ses journées à s’entraîner dans l’espoir que la magie lui parvienne. Toutefois, lors de cette fameuse cérémonie qui rassemble les jeunes de 15 ans pour recevoir leur grimoire, et alors que Yuno reçoit le sien, un fameux grimoire au trèfle à 4 feuilles, il n’en est rien pour Asta qui devient une fois de plus la risée du royaume. Ne s’avouant pas vaincu, Asta annonce devenir le rival de Yuno et qu’il le surpassera.

Recevoir un grimoire à 4 feuilles est une aubaine pour Yuno qui fera la mauvaise rencontre de Lebuty L’Enchaîneur, ancien membre d’une compagnie de chevaliers mages, devenu aujourd’hui brigand, qui veut lui dérober son grimoire. Ce bandit parvient à enchaîner Yuno mais tel un missile, Asta débarque, tient tête au malfrat et n’hésite pas à foncer sur son ennemi sachant qu’aucun pouvoir n’émane de lui. Mais force de courage et de persévérance un grimoire lui apparaît. Asta parvient à en faire jaillir une épée mais il s’avère que ce grimoire a une particularité, son trèfle a 5 feuilles. Alors que la quatrième feuille a pour signification la chance, la cinquième abriterait le démon. Asta écope alors d’un grimoire d’anti-magie et s’apprête à suivre une grande destinée…



Lecture de ce premier tome terminée, on ne peut pas passer à côté du constat suivant : Black Clover imite les plus grands tout en proposant sa propre identité. Ce tome m’a immédiatement fait penser à Naruto et Fairy Tail. Un héros qui souhaite devenir Hokage dans Naruto mais qui souhaite devenir Empereur-Mage dans Black Clover où régissent magie et compagnie de chevaliers mages là où prenaient vie les guildes dans Fairy Tail. Je ne dis pas cela pour m’en plaindre car au contraire j’ai adoré l’univers qui émane de Black Clover avec deux héros complètement à l’opposé l’un de l’autre niveau tempérament. Commençons par faire un petit point sur Asta, jeune orphelin plein de vie, il n’hésite pas à foncer dans le tas pour affirmer ses choix et défendre ses amis. Son rêve, identique à celui de Yuno, est de devenir Empereur-Mage et le fait d’être dépourvu de magie est loin de le décourager. De son côté, Yuno, orphelin lui aussi, est un garçon bien plus posé, il n’ira pas à l’encontre du défi et tous dans le royaume l’idolâtre. Un point commun les unis, leurs rêves et de ce fait tous deux deviennent rivaux.

J’ai trouvé que ce premier tome de Black Clover est une très bonne mise en bouche de ce que peut proposer la série à long terme. Certes, ce genre de shonen propose du déjà-vu mais il parvient tout de même à tirer son épingle du jeu de par la force de notre duo et de leurs grimoires. Le fait que leurs grimoires soient totalement à l’opposé cela ajoute une bonne diversité au niveau de l’intrigue et je trouve que l’univers proposé n’en devient que plus riche. J’aime la relation établie entre Asta et Yuno qui sont à la fois rivaux et grands amis, leur amitié et leur courage sont vraiment de très grands atouts pour parvenir à leur rêve. Ici, Yûki Tabata m’a plutôt fait plaisir avec un trait très dynamique et agréable à l’œil, une belle insistance au niveau faciale et sur de gros plans rendant ainsi les portraits minutieusement dessinés. Je trouve la réalisation de ce premier tome très complète et j’ai apprécié l’ambiance dégagée pages après pages. L’univers me plaît assez et j’ai hâte de lire le second tome pour me replonger dans cet univers aux décors bien fournis et à l’humour bien dosée.

J'ai pris plaisir à voir que les principaux ingrédients d'un bon shonen sont parti intégrante de ce premier tome. L'humour ici présent est bien représenté et ce aussi bien de manière visuelle qu'écrite. J'ai particulièrement aimé les petites provocations envoyées à Asta tout comme les légères exagérations graphiques affichées par-ci par-là. J'ai, à plusieurs reprises, souris et cela fait du bien. Ce premier tome vous invite aussi à découvrir certains descriptifs de personnages, histoire d'en savoir davantage sur les principaux protagonistes du tome.


Découvrez aussi en vidéo mon unboxig de la box presse ICI.

Qu’ajouter de plus ? Si ce n’est partager avec vous que je trouve très stylé le personnage Magna Swing, à la chevelure si particulière. Aussi, Black Clover embarque quelques vignettes aux allures de fan service, mais rien de bien érotique ne vous inquiétez pas. Pas de quoi être choqué. L’action est bien présente au long du tome avec des combats bien pêchus, on apprécie le dynamisme qui en ressort et les dessins y jouent un rôle important. Je conçois que certains lecteurs diront que Black Clover est une copie de plusieurs grosses licences, toutes intégrées ne faisant ici qu’un et que la relation de notre duo ressemble à celle de Naruto et Sasuke. Mais à l’époque de Naruto on n’évoquait pas la ressemblance des comportements et affrontements entre Naruto et Sasuke à celles de Goku et Vegeta, si ? Sur ces paroles, je ne peux que vous inviter à découvrir ce nouveau shonen qu’est Black Clover, qui saura vous intéresser si vous aimez l’univers et l’ambiance qui règne dans les licences précédemment citées au long de cette chronique.

« Laissez-vous ensorceler par l’univers magique de Black Clover où vous découvrirez des scènes d’action bien rythmées , des mages aux tempéraments affirmés, drôles et le tout dessiné avec une grande passion. Alors pourquoi ne pas tenter l’aventure ? »
GeeKritique de Samy Joe

Titre : Black Clover Tome 1
Scénario et dessins : Yûki Tabata

Genre : Action, Aventure, Fantastique, Heroic Fantasy
Date de sortie : 7 septembre 2016
Prix : 6,79 € (le commander chez Kazé)

Découvrir un extrait du tome 1 et visiter le mini-site.
Découvrir mon unboxig de la box presse.

Lire la critique du tome 2 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire