dimanche 11 septembre 2016

[Wii U] Le test de Oddworld New'n'Tasty

Après moult péripéties, accumulant de nombreux retards, le jeu Oddworld New'n'Tasty est parvenu à s'installer sur l'eShop Wii U il y a de cela plusieurs mois. Vous connaissez sans doute ce héros de par son passé alors  voyons donc ce qu'est devenu notre petit Abe et comment il s'en sorte sur notre bonne chère Wii U.


« Follow me »

Abe, un employé Mudokon modèle, travaille à Rupture Farms, la plus grosse entreprise de viande de la région, où il a été élu employé de l’année. Leur commerce est tellement florissant, que la viande vient à manquer cruellement, et Molluck le Glukkon, un patron terrifiant, doit trouver de nouvelles idées pour maintenir son commerce. Après les sandwichs aux Meeches, les tartes aux Paramites et les gâteaux aux Scrabs, la promotion de leur nouvelle recette « New’n’Tasty » fera sensation !

Mais voilà, un soir, suite à un malheureux détour dans les locaux, Abe aperçoit Molluck en pleine discussion avec les investisseurs, à qui il révèle le secret de ce nouveau goût : les Mudokons ! Comprenant que lui et ses confrères feront bientôt partis de la future recette de l’usine, il prend peur et cherche à s’enfuir, mais peu discret, il commence à se faire pourchasser. C’est alors le début d’une longue fuite au sein même de Rupture Farms…

Le but du jeu est donc d’aider Abe à s’échapper, en évitant tous les pièges qu’il trouvera sur son chemin, mais aussi à faire échapper tous les autres Mudokons avant qu’ils ne finissent en viande fraîche. Il y a au total 300 employés dans l’usine, Abe compris, et des panneaux de décompte permettront tout au long de l’aventure de savoir combien d’employés il reste à sauver (ainsi que le nombre de victimes et d’évadés), et des plans de l’usine permettent de savoir où ils se trouvent (à part ceux dans les bases secrètes).


Les Mudokons employés sont un peu comme des Lemmings : ils suivent Abe, mais n’ont aucune volonté propre. Ils ne sautent pas, ne font qu’aller à droite ou à gauche et tomber s’il y a un trou. Si Abe leur dit de les suivre, ils suivent, s’il leur dit d’attendre, ils attendent… Dans chaque niveau où se trouvent des Mudokons à faire évader, il lui faudra déjouer tous les pièges et tenir compte des capacités réduites de ses collègues pour les mener jusqu’au portail où ils seront sauvés. Car c’est grâce à des portails disséminés un peu partout dans les niveaux, permettant de se téléporter, représentés par des oiseaux et activés par une incantation d’Abe que les Mudokons pourront se sauver. Les oiseaux bleus permettent de faire voyager Abe tandis que les verts sont pour les autres Mudokons.

Au cours de sa fuite, Abe rencontre de nombreux pièges. L’usine est faite de plateformes, avec des risques de chutes, et machines à découper la viande mortelles, mais aussi de toute sorte de détecteurs de mouvement électrique, sans oublier des gardes (les Sligs), pas très intelligents mais fortement armés, et des chiens de garde affamés (les Slogs) qui se jetteront sur Abe dès qu’ils l'apercevront. À chaque étape, il faut donc faire preuve de patience et de réflexion, mais parfois de rapidité aussi. L’avantage c’est que les points de sauvegardes sont très fréquents, il est donc possible (et quasi obligatoire parfois) de faire des essais avant d’arriver à son but.

À un moment donné dans l’usine, au bout du premier « Zulag » (disons quartier de l’usine), Abe se retrouve bloqué, et doit rebrousser chemin pour sortir de l’usine et fuir loin de cet endroit maudit. Il devra par la même occasion délaisser tous ses compagnons, mais cela n’est que temporaire, car il reviendra ensuite.

Cette période en dehors de l’usine commence dans l’Enclos à Bestiaux, un endroit dangereux, très risqué, mais également très beau, se jouant de nuit sous un ciel étoilé. Ici, le danger est partout, avec plus de gardes, des mines et des détecteurs de mouvement. Le passage ne fut pas facile, d’autant la nuit rendait difficile par moment la visibilité des ennemis au milieu du décor sombre.


En s’échappant de cette zone encore pire que l’usine, Abe se retrouve aux “Crêtes de Monsaic”, un repère d’indigènes Mudokons dans la forêt, où il devra accomplir des exploits pour trouver sa force intérieure et acquérir de nouveaux pouvoirs pour finir de sauver tous les Mudokons et affronter Rupture Farms. Envoûtement et épreuves d’initiation sont de la partie avec 2 mondes différents, Scrabania et Paramonia, dédiés aux Scrabs et Paramites, les précédents ingrédients des recettes de RuptureFarms.

Ici pas d’ennemis venant de l’usine, ou très peu, il s’agit d’une quête distincte mais obligatoire. Autant sur le moment c’est agréable car ça donne l’impression d’une pause dans le jeu, autant sur la fin, les missions deviennent plus compliqué et on a presque hâte de retourner affronter les Sligs, ce qui arrive dès que Abe récupère le pouvoir des Scrabs et Paramites.


Les autres Zulags sont alors accessibles, et Abe doit faire face à de nouveaux dangers, qui deviennent plus présents et compliqués au fur et à mesure qu’il approche du but. Dans les 4 quartiers restants, il devra sauver encore de nombreux Mudokons, avant d’arriver à la salle du conseil pour l’ultime mission. Là, en fonction du nombre de Mudokons sauvés, la fin ne sera pas la même, et il sera possible de revenir sur les chapitres précédents pour essayer de faire un meilleur score afin d’obtenir la meilleure fin du jeu, avec la cinématique complète. La première fois, je n’en avais pas sauvé assez, et je n’ai même pas compris que c’était la scène de fin… Je suis assez déconcertée sur le moment !

Côté gameplay, le début m’a fait un peu peur, car il y a pas mal de commandes à connaître, surtout au niveau des « dialogues », ou des onomatopées et autres bruits corporels devrais-je dire. Car la croix directionnelle permet à Abe de s’exprimer, avec ou sans le bouton ZR enfoncé, soit 8 expressions, parmi des « salut », « suis-moi », « attends ici », mais aussi des rires, des sifflements ou des bruits de pets ! Ces bruitages sont majoritairement utilisés lors d’énigmes dans la forêt où il faut refaire la mélodie de l’indigène…

Pour les actions classiques et souvent répétées, je n’ai finalement pas eu de soucis, surtout qu’au début du jeu, nous sommes assez guidés grâce à diverses indications au sein même du décor, mais pour les bruitages, je dois généralement faire un ou deux essais avant de retrouver le bon bouton.

La première apparition des portails m’a donné un peu plus de fil à retordre, car il s‘agissait d’un passage secret découvert par hasard, et où j’étais sensée connaître déjà les mécaniques du jeu. Mais après plusieurs essais, j’ai pu finaliser cette étape et passer à la suite.



Malgré l’aspect sombre du jeu, et les morceaux de chair qui tapissent l’écran à chaque défaite, le jeu est très prenant, la réflexion omniprésente, et le côté die and retry bien fait, car il permet de tester des actions sans trop le regretter. Toutefois, certains passages donnent plus de fil à retordre, et les faire trop souvent devient vite frustrant. Le titre dispose d’une excellente rejouabilité, que ce soit pour sauver tous les Mudokons (sachant que certains sont dans des zones secrètes) ou pour améliorer son temps. Et si l’envie nous prend de comparer des temps avec d’autres joueurs présents, il y a 3 sauvegardes au total, et la possibilité à chaque fois de choisir le chapitre à refaire, sans que cela n’influe sur la totalité du jeu.

Test de Seilin


Ce qu'on a aimé :
  • Les graphismes
  • Les points de sauvegardes très fréquents
  • La diversité des énigmes pour avancer et sauver les Mudokons
  • Un Die and Retry pas toujours facile, sans être trop frustrant la majorité du temps

Ce qu'on a moins aimé :
  • Les décors chargés où ennemis et pièges se distinguent assez mal
  • Les nombreux bugs au cours de la partie qui font freezer la console
  • L’absence de réelle fin si le nombre de Mudokons sauvés n’est pas assez important

Prix : 19.99€
Taille : 5705,30 MB
Genre : Plateformes, Casse-tête
Éditeur : Oddworld Inhabitants

Aucun commentaire:

Publier un commentaire