mercredi 2 novembre 2016

[3DS] Le test de Ninja Usagimaru - The Mysterious Karakuri Castle

Dans les temps anciens, une légende raconte l’histoire d’Usagimaru, un héros qui errait sur les terres, jusqu’à ce qu’il reçoive un message apporté par le vent. Celui-ci l’amène dans un village qu’il avait autrefois bien connu, le village de son enfance, qu’il avait même déjà sauvé une fois (dans un précédent opus que je n’ai pas eu l’occasion de faire). En y allant, le jeune homme découvre Toyoukebime, un lapin grièvement blessé, qui lui explique que son village a été attaqué et que ses habitants furent kidnappés. Il doit alors partir à la recherche de ces villageois disparus et des raisons de cette attaque…



Il faut sauver les villageois !
Sous cette description digne d’un jeu d’action et de combat se déroulant dans les temps anciens se cache en fait un jeu de réflexion type puzzle. Car il faudra venir à bout de diverses énigmes sous la forme de casse-têtes pour terminer chaque niveau. C’est notamment ce que nous présente le tutoriel au tout début du jeu, avec les différentes commandes, qui restent assez simples. Les niveaux sont sous la forme de tableaux figés, il n’y a rien de plus sur les côtés de l’écran, ce qui permet de voir tout de suite où il faut aller et réfléchir à comment y aller… Usagimaru peut se déplacer de droite à gauche, sauter (mais pas très haut), s’accroupir, ramper, et porter des pierres qu’il pourra déplacer, lancer ou reposer. Au final, 5 tableaux de tutoriel sont présentés pour montrer plus ou moins rapidement les capacités du ninja.


Le principe est relativement simple : à chaque tableau, il faut soit sauver le villageois et rejoindre la pierre sacrée, soit rassembler 2 morceaux d’un rocher magique (pour l’un des lieux). Pour cela, Usagimaru dispose de quelques objets d’utilisation très simple, qui ont auparavant été testés lors du tutoriel. Son aventure commence dans la Forêt d’érables (Maple Forest sonne mieux, le jeu étant tout en anglais) proche de son village attaqué, où quelques villageois se trouvent, mais il va s’en éloigner petit à petit pour se diriger vers le château de Karakuri où devrait se cacher le responsable de tout cela. Chaque lieu correspond à un niveau avec une certaine difficulté, mais surtout avec son propre univers, ses ennemis et son décor spécifiques. Ainsi, Maple Forest est plutôt dans les tons orangers avec de grands érables en fond de tableau, alors que sur le Chemin Enneigé (Snowy Path), on retrouve le blanc immaculé de la neige, un fond avec un igloo et une femme des neiges qu’il ne vaut mieux pas approcher…



Des tableaux de réflexion.
Chaque niveau correspond à un lieu précis et est introduit par une cinématique mettant en scène Usagimaru, Toyoukebime et parfois un des villageois sauvé. Un niveau contient 10 tableaux, qui deviennent disponibles une fois que les précédents ont été terminés.

Pour réussir un tableau, il faut dans un premier temps libérer le villageois (ou le rocher), puis le rejoindre, et l’amener à la pierre sacrée. L’écran du bas permet d’avoir un aperçu des commandes, ainsi que des conseils de Toyoukebime, ces derniers étant parfois très évasifs…


Le temps défile au cours de la partie, mais il n’y a pas de limite. S’agissant d’un casse-tête, il est possible de refaire le tableau autant de fois que nécessaire si on se retrouve bloqué. Mais la petite option en plus non négligeable, c’est la possibilité de mettre en check point à l’endroit de son choix, pour éviter de tout refaire à chaque fois. Celui-ci prend la forme d’un petit moulin à vent coloré, à placer n’importe où sur le sol, tout au long du tableau Chaque activation annule la précédente, il n’y a donc qu’un seul check point par tableau possible. Toutefois, il est préférable de bien réfléchir avant d’en placer un, car si les précédentes actions nous ont au final bloqué, il faut ensuite tout recommencer !


Chaque recoin du tableau doit être au préalable analysé, pour situer le villageois et la pierre sacrée, évaluer les rochers à déplacer, les ennemis qu’il faudra éliminer, ceux qu’il vaut mieux éviter ou encore ceux qui pourront servir d’une manière ou d’une autre. Il ne faut donc pas trop faire attention au temps qui défile, mais plutôt prendre son temps pour réfléchir à l’avance aux actions à mettre en place, un peu comme aux échecs. Cela rend chaque tableau particulièrement prenant, même s’ils ne sont pas très longs au final (une fois que la solution a été trouvée).


Un univers médiéval et féerique.
Les graphismes sont simples mais très beaux. Les tableaux sont dessinés selon 2 plans : à l’arrière en fond fixe une image très belle symbolisant le lieu du niveau, et sur le devant, le tableau en lui-même, avec les divers éléments du décor, les rochers, les ennemis et Usagimaru, le tout sur une trame carrée (sauf les personnages). Chaque élément du décor est fait de carré d’une unité, qui a son importance quand on a besoin de sauter ou d’utiliser les rochers. Par exemple, Usagimaru fait 2 unités avec ses oreilles. Il peut donc se déplacer dans cet espace, ramper dans les couloirs d’un carré, et pour porter un rocher, il faut au moins une hauteur de 3 carrés, sinon ça ne passe pas.

Autant le décor au premier plan est plutôt brut, surtout à cause du peu d’arrondis, autant l’arrière-plan est d’une douceur extrême, avec une image fixe qui semble dessinée à l’aquarelle, avec des couleurs pastel. Ainsi, même les couleurs les plus sombres ne semblent pas agressives, comme sur l’image du dessus. De plus, les personnages sont également très attrayants, avec des couleurs similaires, sans contour en noir, et ils disposent tous d’un attribut animal (oreilles de lapin, de loup…), ce qui accentue le côté féérique.


Cette vision, associée à la musique du jeu, est très apaisante. Il s’agit en effet d’une mélodie assez douce, dans les tons aigus, qui rappelle le Japon médiéval, plutôt du côté ninjas et samouraïs. Elle peut toutefois paraître répétitive sur le long terme, mais en général j’aime revenir sur le jeu pour cette musique pendant un petit moment.

Test de Seilin


Ce qu’on a aimé :
  • Des niveaux courts
  • L’ambiance et les graphismes
  • Les conseils du lapin

Ce qu’on a moins aimé :
  • L’absence totale de tactile
  • Au lancement de la partie, le fait de se retrouver au tutoriel à chaque fois
  • La frustration de certaines énigmes

Prix : 5.99€
Genre : Stratégie, Casse-tête
Taille : 425 blocs
Éditeur : Aksys Game

Aucun commentaire:

Publier un commentaire