mardi 22 novembre 2016

[GeeKritique] Ma critique de Real Account Tome 1

Pourquoi faire simple quand on a l’opportunité d’offrir le grand jeu à son public ? C’est ce que Kurokawa a fait afin de mettre en avant son nouveau survival : Real Account ! L’éditeur s’est donné à cœur joie avec une campagne marketing des plus originales jouant sur les réseaux sociaux, le thème principalement abordé dans cette série. Après de nombreux concours mis en place sur Facebook, les lecteurs ont pu mettre la main sur ce premier tome qui a su piquer ma curiosité. Je vous propose donc de faire le point sur cette nouvelle licence, Real Account, scénarisée par Okushô et dessinée par Shizumu Watanabe qui ont d’ailleurs eu l’audace de partager leurs véritables comptes Twitter dans cette série disponible aux éditions Kurokawa.


Résumé de l’éditeur :
Au-delà d’Internet, il y a Real Account, aka ReA. Le Japon entier ne jure plus que par ce réseau social qui rythme l’existence de chaque habitant de l’archipel. Ataru Kashiwagi n’échappe pas à la règle, et ReA lui a permis de s’inventer une vie en ligne sans rapport avec la réalité. Une double identité qu’il gère sans problème jusqu’à ce qu’il se retrouve pris en otage par le réseau. Il n’est pas le seul : 10 000 personnes sont ainsi prisonnières de ReA et de sa mascotte. Et cette dernière a mis au point un jeu qui laisse peu de chances de survie aux participants. 
Que le massacre commence…

ReA est le réseau social le plus en vogue au Japon et il a la particularité d’unir tous les réseaux sociaux qui existent, ce qui fait de ReA le réseau virtuel le plus important. D’ailleurs, dès les premières pages, Marble, la mascotte de ReA indiquent que le réseau compte plus de 50 millions d’utilisateurs, ce qui est plutôt énorme. En plus de cela, ReA est soutenu par l’État et il est le réseau social indispensable, utilisé de manière quotidienne. Et bien qu’Ataru le cache à ses amis, il dispose lui aussi d’un compte ReA qu’il souhaite pour lors garder confidentiel aux yeux de ses camarades de classe pour une raison bien particulière. Pourtant, il s’avère que sur ReA, Ataru dispose d’un bon nombre de followers, 1 540 pour être plus précis, ce qui n’est pas rien. On comprend assez vite pourquoi Ataru garde secret son compte ReA, il n’a pas de réels amis dans la vie réelle, il ne s’ouvre pas aux autres alors que sur ReA cela lui est plus facile, il est d’ailleurs le quatrième meilleur joueur de No Answer, un des jeux disponible dans ReA. Par contre, il avoue lui-même ne pas être honnête sur le réseau, il ment de manière récurrente. En somme, il se crée une personnalité, un caractère qui n’est pas réellement le sien. Et c’est au moment où il démarre sa partie à No Answer qu’Ataru est propulsé dans le jeu, plus précisément son esprit et celui de milliers d’autres sont faits prisonniers de ce réseau. Tout cela se passe en quelques pages, autant dire que le lecteur est vite plongé dans l’univers, le scénario se met en place très rapidement et ça me plaît.

Real Account © Okushou / Shizumu Watanabe / Kodansha Ltd.

Marble explique directement les règles et ce de manière succincte, il choisit un gars, il le bute et montre aux autres joueurs que si leur esprit meurt alors le joueur meure dans la vie réelle mais ses followers meurent aussi. Suite à cette démonstration, on apprend de Marble que le jeu va commencer et que tout le Japon va pouvoir suivre ce jeu en direct. Une issue est toutefois possible mais il faut avant tout franchir tous les niveaux du jeu mais n’oublions pas qu’Ataru est suivi par 1 540 personnes, ce qui ferait un bon paquet de morts. De suite je me suis posé la question à savoir ce qu’il adviendrait si les followers venaient à se désabonner des joueurs piégés. Eh bien Marble apporte la réponse directement dans le premier chapitre.

Au sujet de Marble, je trouve très intéressante sa force de caractère, on découvre une mascotte au tempérament complètement dingue, il fait ce qu’il veut, n’ayant de compte à rendre à personne. On l’écoute, on lui obéit, sinon… c’est la mort ! On ne peut être plus clair. Le plus drôle au sujet de cette mascotte c’est qu’il dispose d’un grand smiley en guise de visage et ce même quand il est en colère. Du coup, le voir agir violemment avec un tel sourire est déroutant mais j’apprécie.

On a entre les mains un très bon survival qui prend vie dans un environnement clos, c’est très violent, sanglant et c’est là une des forces de ce premier tome. L’intrigue mise en place par Okushô met bien en avant certaines spécificités des réseaux sociaux tout en proposant des situations plus que stressantes. Les protagonistes doivent faire preuve de stratégie tout en jouant à ce jeu horrifique, malsain même. Real Account nous interroge sur les véritables dires ou actes des utilisateurs à se faire passer pour des personnes qu’ils ne sont pas vraiment. Toutes ces péripéties sont merveilleusement mises en scène au travers de dessins très précis, gores par moments mais c’est la survie qui veut ça. Shizumu Watanabe nous offre donc un chara-design et des planches bien détaillées avec une dose d’hémoglobine montrant l’horreur de ce jeu. Cependant, la découpe de vignettes reste assez standard, sans trop de prises de risques. L’action est tout de même plus dynamique lors de certaines scènes qui disposent à ce moment-là d’une découpe originale, entremêlée entre elles. D’un autre côté, pour en revenir au détail qui intègre une vignette, on peut tout de même ressentir les sentiments des protagonistes au travers d’expressions de visages réussies.

Real Account © Okushou / Shizumu Watanabe / Kodansha Ltd.

Kurokawa nous offre une édition de bonne facture avec quelques petites spécificités sur la couverture et celles à venir, les numéros de tomes correspondant au logo d’un réseau social. Par contre, j’ai constaté en début de tome qu’une vignette s’interpose sur une autre et le dialogue d’Ataru se voit ainsi coupé sur les bords. Cela reste minime mais je tenais à le préciser et je pensais à une erreur d'impression mais après avoir remonté cette remarque il s'avère que cela est voulu car Ataru se fait couper la parole, c'est l'effet visuel désiré par le graphiste. Real Account est un survival comme je les aime, d’autant plus qu’il aborde un domaine bien ancré de nos jours au sein de notre communauté. Ce premier tome plante bien le décor, nous dicte les règles à suivre tout en invitant même le lecteur à se poser certaines questions. J’espère vous avoir donné l’envie de vous prendre à ce jeu tout comme j’ai moi-même pris au piège et intrigué par la tournure des événements. La suite s’annonce des plus intéressantes et me concernant j’ai été saisi à de nombreuses reprises sur les actions menées aussi bien par les joueurs que par Marble.

« Ce premier tome de Real Account nous plonge en plein cœur des réseaux sociaux, où la survie de soi et de ses abonnés est en jeu. Avec un scénario très prenant et un trait de crayon à la fois précis et violent, Real Account s’annonce palpitant ! »
GeeKritique de Samy Joe

Titre : Real Account Tome 1
Scénario : Okushô
Dessins : Watanabe Shizumu

Genre : Survival
Date de parution : 10 novembre 2016
Pagination : 192 pages

Lire les premières pages du tome 1.

Lire la critique du tome 2, tome 3 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire