vendredi 20 janvier 2017

[GeeKritique] Ma critique de Le Garçon et La Bête Tome 3

Kyûta entamait son entraînement auprès de Kumatetsu qui ne sait faire sans hurler. Les choses n’étant pas si simple, Kumatetsu décida de partir quelques jours. Kyûta se retrouvait alors seul, ce qui lui permettait de se laisser aller à certaines tâches ménagères afin de rendre plus convivial et ordonné le logement de Kumatetsu. Le comportement l’un envers l’autre faisait tellement d’étincelles que le Grand Maître leur offrit alors des invitations à découvrir les autres Grands Maîtres des autres régions. Ce voyage initiatique avait pour but de les aider à trouver des indices pour acquérir la véritable force. Leur voyage fut alors de toute beauté et rempli de savoir. Une fois de retour à Jûtengai, la relation entre Kyûta et Kumatetsu devenait tout autre, nos deux compères s’entraînant ensemble afin de mieux progresser. La relation naissante d’un père et de son fils prenait alors le dessus et les sentiments prenaient une autre forme. Après plusieurs années d’entraînement, Kyûta était devenu un jeune homme. De retour au pays des humains, il faisait la rencontre d’une jeune fille, Kaede, qui lui venait en aide afin d’entrer à l’université. De son côté Kumatetsu apprenait le départ de Kyûta et mettait la main sur un livre universitaire. Telle est la dernière scène qui mettait fin au second tome de Le Garçon et La Bête, découvrons donc la nouvelle vie de Kyûta et celle de Kumatetsu dans ce troisième tome, disponible aux éditions Kazé.


Kyûta est de retour parmi les hommes … Il est en compagnie de Kaede qui souhaite lui apporter de l’aide afin qu’il puisse intégrer l’université. C’est alors que pour s’y inscrire, il doit confirmer l’adresse de son père, et le sort lui est plutôt favorable car il ne connaissait pas son adresse et de ce fait cela lui permet de le retrouver. La rencontre est brève dans un premier temps, avant que Kyûta ne retourne dans le monde des bêtes afin de mettre Kumatetsu au courant de sa décision, celle de vivre aux côtés de son véritable père. De son côté, Kumatetsu a du mal à accepter cette décision mais continue d’entraîner tous ses autres disciples.

Ren et son père se préparent à dîner ensemble, mais Kyûta se rend compte que son père semble vouloir aller un peu trop vite dans leur relation tout juste naissante alors qu’il ne connaît rien de son fils. Kyûta décide alors de partir et c’est peu de temps après qu’il aperçoit un trou dans sa poitrine sur le reflet d’une vitre. Le doute s’installe alors dans son esprit, il ne sait plus ‘il est une bête ou un être humain normal, mais il trouve le réconfort auprès de Kaede.

Kyûta se rend de nouveau dans le monde des bêtes, où le rituel pour désigner le nouveau souverain de Jûtengai s’apprête à débuter. Un combat de taille entre Kumatetsu et Iôzen est sur le point de faire des étincelles…

Ce troisième tome démarre exactement là où le second prenait fin. Ici, Kyûta est pris par le doute. C’est surtout après la rencontre avec son père que ce sentiment est né et de ce fait il en vient à se demander au fond de lui s’il a vraiment sa place dans le monde des humains. Ses sentiments sont alors chamboulés, n’ayant pas l’habitude d’une telle attitude de la part d’un humain. Kyûta ne connaît que le monde des bêtes où il a vécu depuis tout petit et dont la nature d’être est toute autre. Mais dans le monde des humains, il peut compter sur son amie Kaede qui saura lui venir en aide et le motiver à aller de l’avant, à écouter ce que son cœur lui dit.

Kyûta n’est pas au bout de ses peines et va être surpris par la tournure de certains événements qui se dresseront devant lui. Les ténèbres sont à portées de main et il en sera le premeir témoin. La trahison d’un certain « ami » lui sera aussi fatale et engendrera de lourdes conséquences. Les ténèbres s’apprêtent à jaillir et la violence de certains actes n’est pas très loin. Ce tome monte d’un cran niveau « violence » tout en restant assez soft.



Nous assistons enfin au fameux duel qui oppose Kumatetsu et Iosen, tous deux souhaitant devenir le prochain souverain de Jûtengai. L’affrontement est très intense, bestial (elle était facile celle-là) et magnifiquement mis en scène. L’affrontement est d’une grande vivacité, la gestuelle des deux combattants agréablement bien maitrisée. Les coups portés sont très vifs et le regard de chacun est du même acabit, un regard très perçant qui montre leur détermination cherchant la victoire à tout prix.

Les sentiments jouent ici encore un rôle très important et cela ressort davantage lors du combat final où Kumatetsu semble perdre un peu de sa motivation sur la fin. Après avoir été aidé par Kaede, c’est au tour de Kyûta de venir en aide à Kumatestu, lui remontant le moral. La relation entre nos deux héros fait chaud au cœur et malgré les hurlements de Kumatetsu envers Kyûta, l’amour est bien présent et c’est une des choses les plus importantes entre un père et son fils. Cette partie de l’histoire est davantage plus mature, ne serait-ce que par l’âge de Kyûta, mais aussi par l’ampleur que prennent les événements. La violence est ici légèrement plus présente notamment sur la scène finale de ce tome, que je ne détaillerai pas pour respecter les personnes n’ayant pas vu le film et qui s’attardent sur les sorties manga.

La maîtrise des sentiments de chacun est ici des plus présentes et Renji Asai parvient à nous toucher en plein cœur. C’est du moins mon cas ! Le travail est très abouti, j’aime le regard entrepris par les personnages, la force de caractère dont chacun dispose ou encore la relation qui prend vie entre tel et tel personne. Cette série est vraiment très touchante et je l’apprécie tome après tome. Le scénario évolue d’un cran, laissant place aux ténèbres que tout le monde craignait lors de l’arrivée de Kyûta à Jûtengai étant enfant. Toutefois, ce dernier n’en est pas l’investigateur contrairement à ce que l’on pourrait croire. La suite des événements s’annonce tout aussi prometteuse que les trois tomes déjà disponibles. Comme déjà évoqué lors de la première chronique, Le Garçon et La Bête est une série qui se termine en quatre tomes et qui vous réserve encore de belles surprises pour le tome final.

« Les émotions sont au centre de ce troisième tome de Le Garçon et La Bête. En plus de cela, le doute s’installe dans l’esprit de Kyûta ne sachant plus vraiment à quel monde il appartient. Renji Asai nous offre une très bonne mise en scène du scénario tout en jouant avec merveille sur les expressions faciales des protagonistes ! »
GeeKritique de Samy Joe

Le Garçon et La Bête Tome 3
Œuvre originale : Mamoru Hosoda,
Adaptation manga : Renji Asai

Prix : 8.29€ (Le commander chez Kazé)
Genre : Aventure, Fantastique, Action

Lire les premières pages
Voir la bande-annonce du manga

Lire la critique du tome 4 (FIN - à venir)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire