vendredi 3 février 2017

[GeeKritique] Ma critique de Bungô Stray Dogs Tome 1 et Tome 2

Quand j’ai découvert le premier communiqué des éditions Ototo au sujet de Bungô Stray Dogs, j’ai de suite été touché par l’originalité qui semblait en émaner. Pour faire simple, on évoque une aventure fantastique avec des personnages hauts en couleurs dotés de pouvoirs, tout ça alliant une culture pop japonaise à la littérature. Étant doté d’un tempérament assez curieux, je me suis mis à fouiller pour trouver diverses informations mais au sujet de l’animé, car oui Bungô Stray Dogs a aussi été adapté en animé, bref. La série parle d’enquêtes que même la police ne peut résoudre, de surnaturel et de bravoure car oui vouloir venir en aide à son prochain moi j’appelle ça comme ça. Et puis, je découvre les premières pages du manga, puis plus tard une bande-annonce. Je suis intrigué, j’en veux plus et j’ai été servi. Je vous propose donc de découvrir mon avis après la lecture des deux premiers tomes de Bungô Stray Dogs, qui sortent simultanément le 3 février aux éditions Ototo.


Résumé de l’éditeur – Tome 1 :
Après avoir été expulsé de son centre d'accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue... il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d'Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d'enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d'hommes. Atsushi semble avoir d'étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l'initiative de Dazai.

Je fais parti de ces personnes qui ont découvert Bungô Stray Dogs non pas au travers de la série animée cette fois, disponible depuis un moment déjà sur la plateforme de streaming Crunchyroll, mais via le manga récemment acquis aux éditions Ototo. Ce fut donc avec plaisir que je me suis lancé dans cette licence après avoir découvert un plan marketing très complet aux informations plus qu’intéressantes. Étant donné que je ne savais pas vraiment dans quoi je m’aventurais, cela m’a permis de découvrir par exemple qu'ici le scénariste Kafka Asagiri a tiré son inspiration d’écrivains japonais pour le nom de ses personnages et on apprend au travers du tome 2 qu’il va encore plus loin car il offre aussi des noms particuliers aux pouvoirs de ces mêmes personnes via le nom d’une de leurs œuvres respectives. Personnellement, je trouve ce choix vraiment bien pensé, plutôt ingénieux, ce qui insuffle à Bungô Stray Dogs un certain charme et non des moindres. D’autant plus que cela permet au lecteur d’élargir sa soif de connaissance. Rien de tel que de mêler le plaisir à l’apprentissage.

Et en parlant de plaisir, sachez qu’il me fut total lors de ma lecture de ces deux premiers tome de Bungô Stray Dogs. Cela nous plonge tout d’abord dans la peau de Atsushi Nakajima, un jeune homme plutôt déboussolé, au tempérament effacé qui ne sait plus trop si la vie vaut la peine d’être vécue. C’est alors qu’il aperçoit une personne, semblant être en mauvaise posture, dans la rivière. Il prend alors son courage à deux mains et sauve cet individu qui ne souhaitait pas vraiment être secouru, ce dernier cherchant en fait à se suicider. Surgit ensuite une autre personne, une connaissance du suicidaire, qui après avoir remercié Atsushi l’invite à se joindre à eux et se remplir la panse. Ils se présentent, Kunikida et Dazai, tous deux membres de l’Agence des Détectives Armés !

BUNGO STRAY DOGS © Kafka ASAGIRI 2013 © Sango HARUKAWA 2013 KADOKAWA CORPORATION

Ces deux enquêteurs ont d’ailleurs une mission, ils sont à la recherche d’un tigre, ce même tigre qu’Atsushi indique avoir croisé à plusieurs reprises. C’est alors que Dazai lui fait une proposition qu’il ne peut refuser : si Atsushi les aide à attraper ce tigre, alors il pourra récolter tous les lauriers et donc empocher toute la prime. Mais les choses ne sont pas si simples et deviennent même très étranges, Atsushi et le tigre semblent être liés l’un à l’autre. Les membres de l’Agence des Détectives Armés n’avaient pas manqué de constater ce phénomène et propose à Atsushi d’intégrer l’agence. Une nouvelle vie, pleine de pouvoirs, s’offre à lui mais il va devoir rester sur ces gardes car certains ennemis veulent mettre le grappin sur le tigre et par la même occasion sur lui-même.

Une très belle aventure qui s’entame ici dans ce premier tome et qui ne manque pas de s’amplifier dans le second. Je ne préfère pas vous proposer le résumé du tome 2 pour éviter de trop en dévoiler, par contre vous pourrez retrouver le synopsis de l’éditeur du deuxième tome en fin de chronique si cela vous intéresse. Pour en revenir à nos moutons, ou plutôt nos détectives, j’aimerais vous dire que je les trouve dotés d’un bon charisme. Le chara-design est très stylé offrant aux protagonistes des pouvoirs assez impressionnants et j’ajoute que la patte graphique dans l’œuvre complète y est pour beaucoup. Harukawa 35 fait des merveilles avec des dessins très dynamiques, d’autant que le lecteur appréciera sans doute la bonne gestuelle des personnages ponctuant du coup un scénario déjà mené tambour battant. L’intrigue est passionnante et la découverte n’en fut que des plus plaisantes et la lecture très agréable. Les décors restent toutefois assez simples, toutes les vignettes ne disposent pas forcément d’un arrière-plan laissant ainsi un certain vide mais la scène au préalable est assez équivoque pour placer le lieu de la scène en question.

Un rythme énergique, de la baston, une petite touche d’humour pour diversifier les événements et le tour est joué. Comme je le disais donc, il y a pas mal d’action et de bonnes scènes de baston où les affrontements font rages, notamment dans le second tome. D’ailleurs, l’auteur ne manque pas de ponctué certains coups violents par la présence de sang. Rien de bien méchant rassurez-vous, juste la dose nécessaire pour rendre la scène bien plus vivante et réelle. Les mouvements des personnages sont assez vifs et je trouve que les regards entrepris dans diverses scènes sont assez explicites. On ressent alors le message qu’ils laissent paraître, c’est du moins mon ressenti. Le côté un peu plus sombre de la série fait aussi ressortir son côté polar et l'intrigue n'en devient que plus intéressante.



Le premier tome place aisément les personnages principaux, ainsi que la trame de l’histoire avec d’un côté les gentils de l’Agence des Détectives Armés et de l’autre les méchants de la Mafia Portuaire. Certains pouvoirs et traits de caractères de divers personnages sont mis en avant dans le premier tome, mais le second détaille davantage ces premiers constats, tout en plaçant les ennemis et nous laissant sur un final de second tome assez haletant. J’ai hâte de connaître la suite de ces aventures tant le rythme proposé dans ces deux premiers tomes est intense et passionnant. Aussi, le fait de proposer une grande diversité de personnages et de leurs pouvoirs renfonce l’univers fantastique de la série que je trouve au final très originale. Les éditions Ototo ont su piquer ma curiosité et frappe doublement fort en ce début d’année avec cette nouvelle licence proposée dans une édition de grande qualité. Enquête à suivre…

« De l’action, un univers assez riche, un brin de folie avec des personnages à la fois charismatiques et extravagants font de Bungô Stray Dogs un polar intrigant qui renferme encore bien des mystères. Une série qui a tout pour plaire ! »

GeeKritique de Samy Joe


Bungô Stray Dogs Tome 1
Scénario : Asagiri Kafka
Dessins : Harukawa 35

Genre : Thriller, Polar, Aventure

Prix : 7.99€
Date de sortie : 24 février 2017

Lire les premières pages du tome 1.


Bungô Stray Dogs Tome 2

Résumé de l'éditeur : Après avoir été expulsé de son centre d’accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue... il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d’enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d’hommes. Atsushi semble avoir d’étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l’initiative de Dazai. Action et batailles entre illustres écrivains à Yokohama ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire