mardi 7 mars 2017

[GeeKritique] La critique de Re:Monster Tome 2

Je laisse aujourd'hui la parole à SwitchDadooka qui vous propose sa nouvelle chronique manga consacrée au second tome de Re:Monster. Rappelons que cette série, prenant vie dans un univers fantasy avec présences de monstres légendaires, est disponible aux éditions Ototo.


Résumé de l’éditeur :
Fort de son pouvoir d’absorption qui lui permet d’accaparer les pouvoirs de tout ce qu’il mange, Rô devient rapidement le chef de sa tribu de gobelins. C’est alors qu’il tombe durant une chasse sur le souverain des montagnes, un gigantesque ours rouge. Alors qu’il est normalement impossible même aux ogres de les terrasser, Rô décide de tenter sa chance… 
Un univers fantasy, entre réincarnation et monstres légendaires, régi par la loi du plus fort !

C’est en plein milieu d’un combat difficile contre un énorme ours très puissant que l’on retrouve Rô, notre héros. Mais cette difficulté ne semble pas l’effrayer. Bien au contraire, il est particulièrement motivé à l’idée d’acquérir de nouvelles compétences. À l’issue de ce combat épique, Rô évolue en ogre rare doté de cornes pointues, de longs cheveux gris, d’étranges tatouages et d’une musculature impressionnante. Il a toutefois perdu un bras dans la bataille, mais dans ce monde magique, cela ne pose visiblement aucun problème.

De retour à la grotte où vit sa tribu, ses congénères ne le reconnaissent pas. Passé le choc de cette incroyable évolution, ils reprennent le cours normal de leur vie, et certains continuent à évoluer, à la grande satisfaction de Rô. Lorsqu’une Carbuncle (sorte de petite fée) vient demander de l’aide au personnage principal et à ses compagnons, c’est là l’occasion pour la petite troupe d’acquérir de nouvelles compétences, mais aussi de nombreux trésors.

Ogu-Rô (qui a changé de nom car il est désormais un ogre) ne se satisfait plus de son petit train-train quotidien. Il s’aventure alors un peu plus loin et découvre de nouvelles créatures : dryade libidineuse, araignée dorée géante et hommes-lézards ne le retiendront pas bien longtemps, et la course à l’évolution continue.



On retrouve dans ce second volume le même principe que dans le premier. Ce manga de dark fantasy publié chez Ototo éditions ressemble à un jeu vidéo, comme en témoigne l’affichage des compétences et des informations relatives aux divers objets et artefacts récupérés.

Le dessin est bon, bien que manquant un peu de détails à mon avis (notamment dans les scènes de combat). Je trouve dommage, cependant, qu’il n’y ait pas de véritable histoire de fond, et que les personnages manquent un peu de psychologie et de caractère.

Je m’attendais pour ce second tome, à en découvrir un peu plus sur la raison de la renaissance de Rô, par exemple. J’ai eu l’impression de tourner en rond : combat, évolution, combat, évolution… Je me demande où ce schéma va mener le lecteur. Les amateurs de jeux vidéo apprécieront sans doute plus que moi ce manga, qui n’est, en soi, pas désagréable à lire. Il faut tout de même avouer que ce format n’est pas commun (en tout cas, je n’ai pas souvent eu l’occasion de lire ce type de manga) et a le mérite de changer des mangas plus classiques.

GeeKritique de SwitchDadooka


Re:Monster Tome 2
Auteurs : Kogitsune Kanekiru (scénario) / Haruyoshi Kobayakawa (dessins)

Genre : Dark Fantasy
Parution : 10/11/2016

Format : 12.8 x 17.9
Prix de vente : 7.99€
Tomes parus en VO : 2 (série en cours)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire