lundi 27 mars 2017

[GeeKritique] Ma critique de Platinum End Tome 4

Mirai et Saki faisait la connaissance de Nanato Mukaidô, un candidat au poste de Dieu à qui le temps est compté. Ce candidat est atteint d’un cancer, il lui reste donc peu de temps à vivre. Il s’adressa alors à eux pour unir leurs forces et leurs savoirs afin de mettre un terme aux agissements de Metropoliman. Pour leur montrer son gage de bonne foi, Mukaidô leur demanda de lui décocher une flèche rouge, mais Nasse savait que ce candidat était digne de confiance. Ils élaborèrent un plan, Mukaidô ayant repéré un autre candidat au stade avant qu’il ne puisse prendre la fuite. Ils se mettaient alors à sa recherche, tout en apprenant le retour de la tueuse de collégiennes, une fille qui use d’un couteau pour tuer ses victimes se faisant appeler Micubic. L’une de ses œuvres fut déposée sur le haut d’une tour, qu’elle s’empressa de partager sur le net et une fois la police sur place elle usa des flèches rouges pour que ces deniers lui obéissent. De leur côté, Mirai, Mukaidô et Saki élaboraient un plan prévoyant même l’utilisation d’armes à feu. Aussi, Mukaidô et Mirai vêtirent alors une combinaison spéciale en vue d’affronter Micubic mais une fois sur place leur plan fut contrecarré par Metropoliman qui attendait justement la venue d’un candidat ailé. Une explosion fut alors émise détruisant le haut de la tour, Mirai parvint toutefois à sauver la vie de Mukaidô avant de se retrouver tous deux face à Metropoliman. Découvrons donc ce qu'il en découle de cet affrontement avec ce quatrième tome de Platinum End, disponible aux éditions Kazé.


Mirai et Mukaidô font face à Metropoliman et ce dernier n’est pas prêt de lâcher prise. Il souhaite faire une victime malgré les belles paroles reçues de Mirai lui expliquant que ses actes ne sont pas dignes d’un être humain. Mais voilà Metropoliman voit les choses d’un autre œil, son but étant de devenir Dieu c’est pourquoi il est prêt à tout et ne reculera devant rien. De leurs messes basses, Mirai et Mukaidô mettent en place un certain plan pour stopper les plans de leur adversaire mais notre duo n’est pas au bout de leurs peines. Metropoliman possède un détonateur, il est prêt à raser tout un immeuble, se moquant totalement de faire de nouvelles victimes innocentes. Il ne suffit que d’une seule pression pour qu’un nouveau massacre ait lieu mais Nasse indique à Mirai que Metropoliman ment sur ce coup-là. Toutefois, Mirai n’en a pas vraiment le cœur net. Metropoliman leur laisse alors un choix : celui de mourir où alors de laisser mourir les pauvres innocents de l’immeuble.

Mirai et Mukaidô se retrouve donc dans une position délicate, mais l’un d’eux se manifeste avec une proposition. Metropoliman fait alors part de son choix à certaines conditions…

Cette pression dès le premier chapitre ! Une tension pesante pour un face à face très intense. Alors que nous terminions le précédent tome sur une scène haletante, ce quatrième tome démarre du feu de dieu avec Mirai qui tente de tenir tête à Metropoliman par de belles paroles, tout en cherchant une solution. Le fait est que leur adversaire a plus d’un tour dans son sac et c’est peu dire car au moment de sortir son détonateur Mirai et Mukaidô sont restés de marbre.

Ce premier chapitre démarre donc avec une grande hâte et je ne m’en plaindrai pas. Dès les premières pages on profite de la force graphique de Takeshi Obata où Mirai ne manque pas de montrer sa grande classe, vêtu de son armure les ailes déployées. Cette scène en particulier m’a déjà bien fait plaisir, comme divers autres passages dans ce tome très impressionnants eux-aussi.

PLATINUM END © 2015 by Tsugumi Ohba, Takeshi Obata / SHUEISHA Inc.

Toujours aussi vif et intriguant, Platinum End ne manque pas de me subjuguer à chaque nouveau tome. Je suis toujours autant emballé de lire cette série et de découvrir, en plus des dessins somptueux, la force du scénario proposée par Tsugumi Ohba qui ne manque pas d’être violent tout en proposant divers rebondissements. D’ailleurs, la fin du 10ème chapitre (premier du tome 4) est une pure merveille. À un moment précis Mirai affiche une certaine émotion que je trouve magnifique, le détail sur les traits de son visage et de la conséquence de cette émotion et d’une pure qualité visuelle. C'est vraiment jouissif !

Quelles prestances aussi du côté des anges, même quand l’un d’eux est allié à un candidat sans cœur. Je prends l’exemple de l’ange de Metropoliman qui affiche des postures d’une grande élégance malgré qu’il soit l’ange d’un être machiavélique. Le chara design de cet ange en question est magnifique je trouve.

Au cours de ce quatrième tome, Mirai découvre une certaine chose sur Metropoliman, que je me cacherai toutefois de vous dévoiler, mais sachez que cela se produit dans le chapitre 10, c’est-à-dire au cours du premier chapitre de ce tome et que cette scène est d’ailleurs assez importante.

Si on fait un point dans l’ensemble de ce quatrième tome, on ne peut qu’apprécier le travail de ce duo Ohba/Obata qui continue de surprendre le lecteur tant par une intrigue intéressante et posée que par des dessins d’une grande qualité. Déjà que les mouvements sont très dynamiques lors des combats, on les apprécie tout autant si ce n’est plus lors de certaines phases plus posées, plus calmes. Ce qui est notamment le cas dans le chapitre 11 par exemple avec une remise en question de la part de Mirai, Metropoliman, lui, ne manque pas de montrer sa barbarie envers autrui quant à Saki elle se résigne enfin à parler à Mirai d’un souhait assez particulier et non des moindres.

PLATINUM END © 2015 by Tsugumi Ohba, Takeshi Obata / SHUEISHA Inc.

Pour en revenir au dernier point évoqué au sujet de Saki, la scène aux côtés de Mirai est assez particulière d’un point de vue graphique car en effet, la scène se déroulant la nuit fait que toutes les vignettes sont assez sombres et la découpe se démarque de d’habitude. Il est alors question de souvenirs en plus de révélations. Je suis resté surpris par certains événements passés et de la manière dont les choses sont ici comptées par Saki à Mirai. On sent bien le sentiment de culpabilité envahir Saki et vous comprendrez pourquoi en lisant ce quatrième tome qui se finit bien plus sagement que son prédécesseur.

Dans ce tome, l’action se fait moins présente pour laisser place à une intrigue plus calme, à des souvenirs qui ressassent une certaine période du passé. J’ai vraiment apprécié une fois de plus la lecture de ce tome où je n’ai pas manqué d’être surpris de la tournure des événements dont la scène nocturne entre Saki et Mirai, et croyez-moi ce n’est pas forcément ce à quoi vous vous attendez une fois les premiers dires évoqués par Saki. Hâte de découvrir la suite avec impatience !

« Que d’émotions ressenties et de bonnes surprises présentes dans ce quatrième tome de Platinum End. Entre légère action et révélations, le duo Ohba/Obata a encore de quoi nous surprendre, tout en nous en mettant plein les yeux, et c’est peu dire ! »
GeeKritique de Samy Joe

Platinum End Tome 4
de : Tsugumi Ohba et Takeshi Obata

Prix : 6.99€ (Le commander chez Kazé)
Genre : Suspens, Fantastique

Lire les premières pages du tome 4.
Voir la bande-annonce du manga.
Accéder au mini-site.

Lire la critique du tome 5 (à venir).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire