jeudi 23 mars 2017

[GeeKritique] Ma critique de Reine d'Égypte Tome 1

Les éditions Ki-oon ont lancé une toute nouvelle collection orientée grand public, Kizuna et ont ouvert le bal avec Reine d'Égypte, un manga de Chie Inudoh. L'avantage de cette collection est donc de proposer des séries manga adaptées aux lecteurs de tous âges, que l'on soit adulte ou enfant, tous peuvent ainsi profiter de cette collection sans craint de restrictions diverses au niveau du contenu. Je vais donc aujourd'hui m'attarder sur le premier tome de Reine d'Égypte et partager avec vous mon ressenti sur cette aventure que s'apprête à vivre Hatchepsout, fille de pharaon.


Synopsis de l’éditeur :
C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Egypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde… Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. 
Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

Ki-oon avait au préalable annoncé la venue d’une nouvelle collection dédiée au grand public, Kizuna, au sein de l’éditeur et ce dernier inaugure cette collection avec la sortie du premier tome de Reine d’Égypte. Ce premier tome met donc en avant Hatchepsout qui est vouée à un grand avenir, celui de devenir la future grande épouse royale. Mais voilà, le souci est qu’il lui faut un mari qui deviendra, de leur union, le futur pharaon. Autre problème, celui qui lui est destiné n’est autre que Sethi, son demi-frère et dieu sait qu’elle ne lui voue pas un amour fou. C’est après plusieurs années, que le moment fatidique arrive mais Hatchepsout ne compte pas suivre un avenir qui lui a été tracé. Le moment est venu pour elle de bousculer les mœurs, se fixant alors pour objectif de devenir elle-même pharaon afin de suivre les traces de son père…

© 2015 Chie Inudoh / KADOKAWA CORPORATION

La collection Kizuna démarre fort bien avec cette nouvelle licence qu’est Reine d’Égypte. Bien que je ne sois pas féru du genre, la découverte de cette série me fut fort appréciable, et ce pour diverses raisons. Tout d’abord, je trouve le côté design très attirant et bien détaillé. Les personnages ne manquent pas d’être expressifs et intéressants. J’apprécie le fait de voir Hatchepsout affirmer pleinement son caractère, elle devient une femme forte et ne manque pas d’exprimer son désir et pour l’époque je ne suis pas sûr que cela pouvait se dérouler de la sorte. Tout comme le fait de voir notre héroïne se couper elle-même les cheveux façon « garçonne ».

N’étant pas adeptes de ce type de contexte historique, c’est avec grand plaisir que j’ai lu le service presse de cette nouvelle série qui offre certaines explications intéressantes sur l’époque. L’auteure Chie Inudoh met ici la jeune fille du pharaon au centre de son intrigue en lui attribuant une certaine force de caractère. Au fur et à mesure de la lecture, nous découvrons et profitons donc de dessins bien affirmés, aussi bien pour la gente féminine que masculine. Je trouve le côté graphique assez réussi, très attrayant. Reine d’Égypte propose aussi quelques planches dévoilant certaines parties intimes chez les femmes, rien de sexuel, soyez rassuré. Comme évoqué, la collection Kizuna est orienté tout public, donc il n’y a pas de quoi s’inquiéter pour les plus jeunes lecteurs.

Reine d’Égypte semble être une œuvre assez enrichissante et bien que l’univers de cette civilisation égyptienne soit attirant, cela reste un genre avec lequel j’ai du mal. D’un autre point de vue, la série offre tout de même un bon premier tome, qui saura je n’en doute pas trouver son public. La série ne manque d’offrir quelques vignettes affichant une petite dose d’humour qui fait plaisir à voir pour l’époque. Par contre, j’ai été surpris de voir la pseudo relation entretenue entre Hatchepsout et Sethi. D’ailleurs, l’attitude de ce dernier est assez particulière et ne manque pas d’être un homme présomptueux.



Ki-oon frappe donc assez fort avec ce premier tome de Reine d’Égypte. Comme je l’évoquais, bien que ce ne soit pas mon genre d’univers favori en manga, cela ne m’a pas empêché d’apprécier pleinement la découverte de ce premier tome tant les dessins fournissent de grands détails, les vignettes sont très propres et l’univers de la civilisation égyptienne bien retranscrite. L’éditeur fourni comme d’accoutumé une édition de très bonne facture avec une attention particulière apportée sur la couverture, tout comme les premières pages dorées. La réputation de Ki-oon n’est plus à refaire à ce niveau et le lecteur appréciera forcément ce souci du détail.

« Reine d’Égypte fait forte impression au lancement de la collection Kizuna et saura nul doute ravir les aficionados du genre. L’univers égyptien est vraiment bien retranscris, Chie Inudoh ne manque pas d’offrir à son lecteur des dessins au détail précis. »
GeeKritique de Samy Joe

Titre : Reine d’Égypte T01
Auteur : Chie INUDOH

Parution : 09-03-2017
Format : 13 x 18 cm
Nombre de pages : 200

Prix de vente : 7,90 €
Tomes parus en VO : 3 (série en cours)

Lire les premières pages du tome 1.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire