mercredi 5 juillet 2017

[GeeKritique] Ma critique de Pochi & Kuro Tome 1

C’est en février 2017 que les éditions Kazé ont annoncé cette acquisition, celle de Pochi & Kuro, un manga déjanté mélangeant baston, démons et humains, le tout avec un zeste d’humour. En somme, ce nouveau shonen vient s’installer dès cet été au catalogue des éditions Kazé et s’avère être une série assez courte que vous pourrez donc finaliser cette année, ne comptant un total que de 4 tomes. C'est donc 5 mois plus tard qu les deux premiers tomes de cette série sont enfin disponibles en librairie et après les avoir reçus de l’éditeur, c’est avec grand plaisir que je partage avec vous mon ressenti sur le premier tome de cette série où les démons ont les crocs et sont prêts à tout pour déguster de la bonne chair humaine !


Résumé de l’éditeur : 
Au Royaume des Démons, il existe un mets légendaire capable de conférer un immense pouvoir : la chair humaine ! 
Alors que Kuro, un jeune démon dans la dèche, pêche son dîner en compagnie de son meilleur ami… une lycéenne mort à l’hameçon ! Bien qu'affamé, Kuro tombe sous le charme de son adorable mais incompréhensible prise et ne peut se résoudre à la passer sur le grill… Hélas, les autres démons ont les crocs et, pour les deux compères, il ne va pas être facile de les empêcher de dévorer l’appétissante Pochi !

Nouvelle acquisition chez Kazé avec un bon shonen comme je les aime doté d'un subtil mélange d’humour et une bonne dose de baston. Pochi & Kuro est donc une série qui compte un total de 4 tomes où le scénario prend vie au royaume des démons. J’aime beaucoup l’univers présenté dans ce manga et trouve les personnages assez intéressants, bien qu’ils paraissent à première vue dessinés d’une manière un peu traditionnelle. Mais ce n’est sans compter sur certains petits détails qui rehaussent ce design comme par exemple la chevelure de Kuro qui selon sont humeur est changeante. Naoya Matsumoto, son auteur, explique d'ailleurs que cela n’est pas chose aisée de dessiner sa banane. Ce détail peut sembler anodin pour certain, moi je trouve qu’il a le mérite d’exister. Je me suis ici attarder sur le héros principal mais il n’est pas le seul à profiter de ce traitement de faveur.

Dans ce premier tome, une humaine est donc pêchée par un démon, chose qui s’avère être extrêmement rare et de ce fait elle est considérée comme un met de grande qualité. La manger est donc ce que tout démon souhaite mais voilà, notre cher Kuro est tout autre une fois en sa présence. Il ne peut se résigner à la manger. Quand il s’adresse à elle, ou quand tous deux entrent en contact, son cœur ne répond plus de la même manière. Le jeune Kuro semble être pris de sentiments amoureux pour Pochi. D’ailleurs, Pochi est le nom attribué par Kuro à la jeune héroïne. Mais pourquoi lui donne-t-il un prénom ? Eh bien pour la simple et bonne raison que cette humaine ne comprend pas la langue des démons et inversement. Du coup, elle s’exprime par les gestes ne pouvant annoncer comment elle se nomme.

Vous imaginez bien que les divers échanges entre les deux héros ne sont pas de tout repos, ils apprennent à se comprendre et certaines des vignettes sont assez drôles. J’ai particulièrement aimé quand Kuro et Léo souhaite déguiser Pochi afin qu’elle se fasse passer pour un démon. Par contre, tout n’était pas toujours rose au début. Surtout quant Léo, compagnon de Kuro, met son grain de sel dans telle ou telle situation. Aussi bien il veille sur Kuro, autant il aimerait bien bouffer Pochi.

POCHIKURO ©2014 by Naoya Matsumoto/SHUEISHA Inc.

J’aime beaucoup le coup de crayon affiché dans Pochi & Kuro avec une attention particulière portée aussi sur les méchants démons. Je prends exemple sur Molenaga, premier adversaire dans ce premier tome, que vous trouverez un peu plus bas. Je le trouve imposant, un serpent style cobra à deux têtes. Mais tous ne sont pas des bêtes, vous verrez force d’avancer dans ce premier tome qu'il y en a de toutes sortes. Aussi, la découpe de vignette est assez dynamique avec une bonne disposition des cases principales et de leurs angles d’action.

Le style graphique et l’intrigue sont dignes d’un bon shonen. On retrouve le principal de ce type de manga avec des situations aussi bien drôles que sérieuses et qui ne manquent pas d’afficher des situations explosives. Le côté fantaisie se prête ici fort bien et l’histoire est prenante. Me concernant, j’ai pris plaisir à découvrir ce premier tome tant la protection de Pochi fut  jouissive à découvrir. Dans le royaume des démons, qui trouve un humain ne peut s’empêcher d’en faire son plat et récupère ainsi un pouvoir incommensurable. Alors voir Kuro et Léo cravacher pour tenir Pochi en vie était assez drôle.

La première partie du tome met bien en avant notre trio Kuro/Pochi/Léo mais dans la seconde partie un autre personnage assez important entre en scène. Ce n’est autre que le fils du roi démon, Ishizu, un prince qui refuse qu’on l’appelle de la sorte. Son visage n’est pas sans me rappeler celui de Rin (Blue Exorcist) avec certaines particularité supplémentaires dont une corne sur le front. Je trouve le personnage intéressant à suivre, lui qui a ouïe dire qu’une humaine était présente dans le royaume et que grâce à elle il pourrait devenir lui-même roi, à la place de son père, l’actuel roi démon. À ce moment-là de l’histoire, on ne peut alors qu’imaginer un futur affrontement avec Kuro.

Nos trois gentils héros ont de leur côté appris que jadis un démon avait vécu de nombreuses années aux côtés d’un humain. Ils partent donc à sa rencontre afin d’apprendre à parler la langue humaine. Forcément, cela ne se fait pas sans accroc mais je vous laisse le soin de découvrir cela par vous-même. Ce voyage m'a plusieurs fois fait sourire surtout avec les passages de « la pomme » ou le Kaméhaméha.

POCHIKURO ©2014 by Naoya Matsumoto/SHUEISHA Inc.

L’auteur a ici opté pour un langage très familier que nos deux héros usent et cela sciait fort bien avec leur nature d’être et l'univers dans lequel ils évoluent. De son côté, Ishizu use d'un langage plus soutenu de part son statut. Les vignettes sont bien exploitées, d’ailleurs petit aparté au sujet de la lune/soleil qui m’a fortement fait penser à ceux de Soul Eater, disposant d’yeux et d’une bouche. Certains arrière-plans sont vides de décor mais le principal des scènes disposent bien du nécessaire. Une fois encore, c’est ce que l’on retrouve dans un shonen. La recette proposée ici par Naoya Matsumoto est de bonne facture et ne manque pas d’intéresser son lecteur, fan ou non de ce genre de manga.

« Une très bonne découverte en compagnie de ce premier tome de Pochi & Kuro qui offre à son lecteur le nécessaire présent dans tout bon shonen. L’univers est assez plaisant, l’histoire bien rythmée et drôle à la fois sans manquer de profiter d’agréables dessins. »
GeeKritique de Samy Joe


Pochi et Kuro – Tome 1
Auteur : Naoya Matsumoto

Sortie : 5 juillet 2017
Genre : Shonen, Fantastique, Comédie

Prix : 6.79€ (commander chez Kazé)





Un grand merci aux éditions Kazé pour leur soutien continuel, ce qui me permet de proposer de nouvelles chroniques ainsi que de poursuivre un grand nombre de séries déjà en cours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire