vendredi 7 juillet 2017

[TEST] Runbow Pocket sur New 3DS

Le plateformer coloré exigeant de la Wii U revient sur New 3DS (et pas sur 3DS, attention) dans une formule “de poche”. Vous ne connaissez pas encore Runbow ? Ce n’est pas grave, je n’y avais jamais joué non plus avant cette version, c’est donc avec un œil tout neuf que je vous propose ce test.


Une paix colorée menacée
Hue, Val et leurs amis sont tranquillement en train de faire une course pour devenir la plus grande star de poster du Quartier (des Posters). Ils sont chacun fait d’une seule couleur, et se faufilent de couleur en couleur pour arriver au but. Mais Satura, toute en noir et blanc, sans couleur donc, et son armée d’ombres, menacent la paix de ce quartier. Elle est simplement jalouse de son absence de couleur, et fait en sorte que tous les posters deviennent sombres et tristes. Privés de leur loisir, Hue et Val vont devoir courir pour reconstruire les posters de leur quartier petit à petit.

Pour cela, ils vont devoir compléter 145 niveaux, correspondant chacun à des cases des 4 posters existants. Une fois le niveau complété, la case retrouve ses couleurs. Il ne reste alors qu’à faire de même avec toutes les cases du poster pour le rendre comme neuf.


L’avantage, c’est que les niveaux se font dans l’ordre que vous le souhaitez. Tous les niveaux disponibles sont affichés d’une certaine couleur (même si je n’ai pas compris la raison), ceux qui ont déjà été fait sont un peu plus colorés, avec le nombre de médailles gagnées, et ceux qui restent à faire mais ne sont pas accessibles sont plus sombres. À vous de choisir le parcours qui vous mènera aux défis de Satura, ce sont ces cases avec un S au milieu. Il s’agit d’un niveau comme un autre, un peu plus difficile (quoique…), avec Satura présente à la fin. Il suffira de la battre pour terminer le niveau. Compléter les 4 défis de Satura permettra surtout d’atteindre l’affrontement final… 

Une aventure haute en couleur
La vue précédente montrait 2 des 4 posters à compléter. Vous pouvez donc juger que les niveaux sont très nombreux. Mais ils sont généralement très courts. Enfin, à condition d’y arriver d’une seule traite. Le but est généralement d’atteindre le trophée de l’autre côté du parcours, mais pas toujours. Cela peut être également de vaincre un certain nombre d’ennemis ou de ramasser un certain nombre de pièces.


Les premiers niveaux sont plutôt faciles, et apprennent surtout comment fonctionne le jeu. Un genre de tutoriel déguisé. Pour ceux qui ne connaissaient pas encore le jeu, c’est alors une grande découverte. Il faut savoir que dans Runbow, le fond est très coloré mais monochrome, et surtout, il change de couleur de manière très régulière. C’est là que réside toute la difficulté mais aussi la spécificité du jeu. Des éléments du décor (plateformes, lasers, murs…) sont également de couleur. Mais que se passe-t-il quand le fond est de la même couleur que le décor ? Et bien celui-ci n’est plus visible, et c’est donc comme s’il n’existait pas. Là où il y avait un mur, il y a désormais un passage, et sur une plateforme, il n’y a plus rien pour nous tenir.

Dans les faits, les niveaux peuvent se faire en quelques secondes, largement moins d’une minute. Mais plus concrètement, les couleurs passent très rapidement de l’une à l’autre, et vous rappelleront très vite le principe du die and retry ! Parce que non, il n’est pas toujours possible d’attendre patiemment ou de revenir en arrière. Il faudra surtout user de réflexion et de rapidité pour en venir à bout. Vous mourrez un grand nombre de fois, et l’IA sera là à chaque fois pour vous rappeler vos échecs, avec des petites phrases d’humour (à prendre au second degré, toujours).


Petit à petit, vous apprendrez également à utiliser les coups spéciaux qui vous seront très utiles (même carrément indispensables). Attaque en l’air, lourde, double et triple saut… toutes les actions possibles seront à utiliser de nombreuses fois au cours de l’aventure. A vous de trouver quoi, quand et comment pour terminer les niveaux au plus vite car votre chrono déterminera le nombre de médailles que vous pourrez gagner. Elles permettront de débloquer des personnages et des artworks du jeu.

D’autres menaces planent…
Mais ce mode aventure « classique » n’est pas le seul que propose le jeu. Une deuxième aventure vous attend, « L'Aventure Spatiale de Satura », mais celle-ci n’est en fait disponible qu’après achat à la boutique. Un DLC à peine déguisé mais trompeur sur l’écran principal.

Le troisième mode jouable en solo, c’est l’attaque du Bowhemoth. Qu’est-ce donc ? Il s’agit d’un monstre géant qui dévore tout sur son passage, et qui a malencontreusement avalé Hue et Val. Ils vont devoir en sortir, dans des niveaux semblables en tout point à ceux de l’aventure principale. Mais dans le ventre de la bête, les décors rappellent surtout la structure que l’on pourrait imaginer de l’intérieur d’un tel animal. On y retrouve des os, du suc gastrique, mais aussi tout un tas de décors et d’ennemis déjà rencontrés. Il n’y a que peu de nouveautés.


La grosse différence, c’est que tous les niveaux doivent se faire d’une traite, il n’y a aucun point de sauvegarde. Et si l’aventure principale est parfaite pour de petites sessions, prévoyez du temps pour venir à bout du monstre ! Les morts seront très nombreuses, il vous faudra refaire plusieurs fois les niveaux. Pour ma part, j’ai laissé la console en veille plusieurs fois histoire de ne pas trop m’énerver et de repartir du bon pied. Mais c’est un mode très intéressant, et les niveaux s’y enchaînent avec plus de logique et de liaisons que dans l’aventure principale.
  
Enfin, il existe un mode de jeu en ligne, où les joueurs peuvent s’affronter sur une course, dans une arène ou en essayant d’être le Roi de la Colline. Malheureusement, il n’y a qu’une connectivité en ligne, et pas locale, et les serveurs sont assez déserts pour le moment, je ne pourrai donc pas vous parler de ce dernier mode de jeu.

Test de Seilin


Ce que j’ai aimé :
  • Le principe des couleurs qui suppriment une partie du décor
  • Le fun général
  • Les moqueries à chaque échec

Ce que j’ai moins aimé :
  • Le multijoueur uniquement en ligne et désert
  • Le DLC affiché comme un niveau normal

Prix : 13.99€
Taille : 2 175 blocs
Genre : Plateforme
Développeur : 13AM Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire