mardi 8 août 2017

[GeeKritique] Ma critique de Green Mechanic Tome 1

C’est toujours un plaisir de découvrir de nouveaux talents dans la scène manga surtout quand ces derniers viennent de chez nous. Ki-oon n’en est pas à son premier exploit car en plus de découvrir aujourd'hui Green Mechanic, l’éditeur propose aussi de suivre le mangaka Shonen avec son œuvre Outlaw Players. Mais ici, nous allons rendre hommage à Yami Shin, la grande gagnante du premier Tremplin Ki-oon ! Cette jeune française nous offre avec Green Mechanic une œuvre de grande envergure que je vous invite à découvrir avec moi au travers de cette chronique consacrée au tout premier tome. La série en est à ses débuts, mais des débuts prometteurs !


Résumé de l’éditeur :
Les êtres humains ont fait de leur planète un désert recouvert d’ordures. Le seul endroit habitable est la Mégapole, ville géante où s’entassent hommes et robots, ainsi que les mystérieux Ersatz, créatures monstrueuses pourchassées par la Milice. Dans ce monde en perdition survit Misha, jeune orpheline aux dons d’empathie surdéveloppés. Incapable de contrôler sa capacité à lire les émotions des autres, elle se tient à l’écart de ses semblables. C’est pourtant grâce à ce pouvoir qu’elle trouve Reborn, un robot morphing errant sans mémoire au milieu d’une décharge. 
Cette merveille technologique est capable d’adopter n’importe quelle apparence. Sans hésiter, la jeune fille lui fait prendre la forme de Mickael, son meilleur ami, dont elle est sans nouvelles depuis qu’il a été enlevé par un groupe d’Ersatz il y a dix ans. D’où viennent ces créatures ? Que deviennent ceux qu’elles capturent ? Nul ne le sait… Pour retrouver son compagnon, Misha rejoint les Renforts, un groupe de guerriers et d’enquêteurs hors pair ! En échange de leur aide, elle met à leur service ses capacités psychiques et son aptitude à faire de Reborn une armure surpuissante. Le combat pour la vérité commence !

L’intrigue de Green Mechanic prend vie dans un univers post-apocalyptique avec une planète presque déserte, recouverte de détritus en tous genres où l’espérance de vie n’est plus ce qu’elle était, avoisinant désormais les 35 ans. Nous suivons donc Misha, une jeune télépathe, qui découvre dans une décharge un robot de type « morphing » qu’elle baptise Reborn. Ni d’une ni deux, elle décide de le réparer en lui faisant prendre l’apparence de Mickael, son meilleur ami disparu il y a plus de 10 ans, car cela lui permet de se sentir davantage en sécurité. En fait, Mickael a été enlevé par les Ersatz et Misha ne pouvant se résigner à rester dans cette situation va partir à la recherche de de son ami.

© Yami SHIN / Ki-oon

On assiste ici à un voyage futuriste semé d’embûches où le lecteur en prend pleins les mirettes. Green Mechanic est d’une pure beauté artistique, le coup de crayon de Yami Shin est vraiment soigné, très détaillé et on ressent la petite touche à la française. C’est du moins ce que j’ai de mon côté ressenti, surtout au travers des traits de visages des personnages, ce qui se démarque des autres œuvres. Il en va de même pour la découpe de vignettes. Très bien maîtrisée, elle donne vie aux personnages d’une manière très plaisante et avec un certain charisme. On passe du clair au plus sombre avec aisance et j’apprécie beaucoup la manière dont les personnages prennent vie au cours du tome. Je veux dire par là, que l’on soit en présence d’humains ou d’Ersatz, la vignette ne manque pas d’afficher un décor propre à la scène encourue. Je vous laisse imaginer une scène de combat où la violence est présente et mise en avant d’une manière très propre. Les combats sont très dynamiques, le coup de crayon en attestant !

Green Mechanic est une œuvre originale mettant en scène une jeune héroïne qui a la faculté de rendre humain un Ersatz. Accompagné de Reborn, elle se rend compte qu’elle est bien plus forte qu’elle ne veuille le croire. Au cours de son périple, Misha fait aussi la rencontre d’un groupe de personnes, les « Renforts ». Ces derniers viennent en aide aux humains, les défendant face aux Ersatz. On découvre donc les diverses personnalités de chacun, certains personnages sont bien plus intéressants que d’autres ce qui est normal, on ne peut pas aimer tout le monde. Tout comme le fait que tous ne peuvent être charismatiques, l’œuvre n’en serait pas autant appréciable. Ici, le tempérament des personnages est varié.



J’ai apprécié la découverte de ce premier tome qui offre beaucoup de bonnes choses, de très bonnes choses même mais qui n’innove pas totalement le genre pour autant. Green Mechanic n’est pas sans me rappeler Gunnm, une œuvre que j’apprécie énormément de par son univers et ses personnages, et de ce fait je trouve qu’il manque une pointe de prise de risques pour se démarquer pleinement. Mais attention, je dis bien avoir apprécié ce premier tome où le côté graphique issu de la main de Yami Shin est tout bonnement magnifique ! La narration est elle aussi bien ficelée et devrait, je pense, s’intensifier dans les prochains tomes afin de monter en puissance. Je félicite vraiment Yami Shin pour le travail accompli et lui adresse mes encouragements pour la suite qu’il me tarde de découvrir !

« De la science-fiction dans un univers post-apocalyptique où action, romance et affrontements s’entrechoquent offrant ainsi à son lecteur un premier tome de Green Mechanic intéressant et très percutant ! Qui plus est, le coup de crayon de Yami Shin est d’autant plus attrayant. »
GeeKritique de Samy Joe


Green Mechanic Tome 1
Auteur : Yami SHIN

Sortie : 8 juin 2017
Genre : shonen
Prix : 7.90€

Lire les premières pages du tome 1.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire