mercredi 15 novembre 2017

[GeeKritique] Ma critique de Adam et Ève Tome 1 et Tome 2 (FIN)

Faire d’une pierre deux coups en lisant les deux tomes d’Adam et Ève : fait ! Après que Kazé ait annoncé la date de sortie de cette série, qui plus est en publiant simultanément les deux tomes qui l’a compose, je m’étais empressé de lire les premières pages et à ce moment-là j’en étais déjà resté bouche-bée. Depuis le 2 novembre dernier, les deux tomes sont tous disponibles, c’est donc avec un enthousiasme certain que j’ai lu les deux tomes d’une traite et le moins que je puisse dire c’est que je ne m’attendais pas du tout à de tels événements. Mais vraiment pas ! Sachez d’emblée que j’ai apprécié cette série qui n'est pas à mettre entre toutes les mains. Les éditions Kazé m’ont fortement marqué sur ce coup-là, et c’est peu dire. Laissez-moi vous convaincre à mon tour de lire cette série très courte mais très intense !


Résumé de l’éditeur (Tome 1) :
Dans un luxueux club privé, sept yakuzas se sont retrouvés en secret. Sept chefs de clan exceptionnels qui ont réussi à dépasser leurs querelles pour tenter de rénover le monde décadent de la pègre japonaise. Mais leur réunion va être interrompue par deux invités inattendus. Deux êtres invisibles dont seul est perceptible le bruit des pas... et une odeur de violence extrême !

Le premier chapitre démarre du feu de dieu, si je peux me permettre ! On assiste à la réunion secrète entre chefs de clans et ni d’une ni deux un homme accompagné d’une femme, tous deux invisibles, débarquent dans un club privé. Après une belle entrée en la matière, c’est un certain M. Smell qui entre en scène. Ce dernier est un chef assez particulier, son nom « Smell » n’est pas anodin, il est en effet doté d’un odorat très prononcé. Chaque chef de clan a d'ailleurs sa propre humeur, sa propre façon d’agir et certains ne manquent pas de cruauté.

ADAM TO EVE © 2016 Hideo YAMAMOTO, Ryoichi IKEGAMI/SHOGAKUKAN

Chaque chef de clan est spécialiste d’un sens, à savoir le goût, toucher, odorat, vue et l’ouïe. La mise en scène dans la pièce principale, celle où se déroule toute l’action du premier tome est mise à contribution par les sens de chacun et on constate que M. Smell (odorat) est l’un des chefs les plus importants, il est respecté et il ne manque pas de montrer son intelligence. C’est en cours de lecture que l’on découvre le sens dans lequel chacun est spécialisé et je trouve l’approche bien pensée avec une mise en scène à la fois intense et intrigante. Les Yakuzas ici présents ont beau maîtriser leur sens, il n’en reste pas moins que malgré cela ils ont affaire à des adversaires de taille. C’est un peu ce que je disais plus haut, la violence de certains fait rage et c’est peu dire. 

J’aime beaucoup la noirceur qui émane des dessins qui rend cette série très violente et prenante par la même occasion. Non pas que j’aime la violence, mais elle est ici amenée de manière à rendre les scènes vivantes et à montrer le sang qui peut couler dans ce genre de milieu. Les règlements de comptes et autres affrontement sont toujours très poussés, de ce que l’on peut notamment voir dans les livres et autres films traitant des Yakuzas. Le dessinateur d’Adam et Ève, Ryoichi Ikegami, nous offre ici de très belles pages, violentes ou non, avec un trait précis et persistant. Les vignettes ne manquent pas de détails, on profite de belles pages également ainsi que d’une découpe par moments très dynamiques. Nombreuses sont les scènes intenses, en plus d’être violentes, les traits de visage sont bien prononcés, on ressent les expressions qui ressortent de tel ou tel personnage.

ADAM TO EVE © 2016 Hideo YAMAMOTO, Ryoichi IKEGAMI/SHOGAKUKAN

La manière dont se lit le premier tome est assez intéressante, son scénariste, Hideo Yamamoto, nous place l’action principale, puis suite à la tuerie la police entre en jeu. On a donc basculé plusieurs heures plus tard, avant de revenir plusieurs heures plus tôt, c’est-à-dire de nouveau dans le club privé. Entre ces pages, un policier entre en jeu sur qui on se pose une petite question au vue de ce qu’il se passe le concernant et qui a un rapport avec une scène passée lors de la réunion secrète des Yakuzas où plusieurs femmes sont invitées. On nous montre alors comment les choses ont dérapé et c’est sur la fin du premier tome que les Yakuzas commencent à découvrir qui se trouvent en face d’eux et à quoi ils semblent avoir l’air. Smell fait une fois de plus travailler ses méninges, use de sa spécialité et nous laisse sur une fin de premier tome des plus intenses.

Ne perdons pas de temps et évoquons quelques lignes sur le second et dernier tome de Adam et Ève afin de vous mettre l’eau à la bouche, une fois de plus. Le second tome prend directement là où se sont arrêtés les derniers événements, à savoir que les Yakuzas tombaient un après l’autre, ne laissant en vie que la moitié d’entre eux. On entame donc le second tome sur une scène assez perturbante, je dois avouer, entre un Yakuza et Ève. Je ne m’attendais pas à un tel retournement de situation dans le second tome. D’ailleurs en plus de scènes violentes, on écope aussi de certaines scènes à connotations sexuelles dont les vignettes sont floutées. De même que l’atmosphère devient bien plus pesante voire malsaine par moment. J’avoue même avoir trouvé certaines vignettes ou paroles dérangeantes mais c’est là l’une des forces de cette série. Quand on parle d’Adam et Ève, en général c’est de manière religieuse, mais dites-vous que le manga n’a vraiment rien à voir. Leurs attitudes ou autres faits et gestes ne manqueront pas de vous surprendre, voire même de vous choquer. Rappelons que la série n’est d’ailleurs pas à mettre entre toutes les mains de par les propos tenus et la violence des coups portés à autrui.

ADAM TO EVE © 2016 Hideo YAMAMOTO, Ryoichi IKEGAMI/SHOGAKUKAN

Adam et Ève est une série très courte, elle se fini en 2 tomes et le moins que je puisse dire c’est que j’ai vraiment apprécié le temps passé à lire cette série. Je suis resté des nus, notamment tout au long du second tome dans lequel je me posais certaines questions, notamment pourquoi Adam et Ève sont venus précisément dans ce club, et pourquoi visait-il un Yakuza en particulier. Bien évidemment les réponses sont apportées et la surprise est de taille. Le dénouement de la série m’a vraiment scotché ! J’ai vraiment apprécié cette découverte en lisant les 2 tomes coup sur coup. C’est ce que je vous conseille d’ailleurs de faire, le plaisir n’en sera que plus fort !

Aussi, je remercie grandement les éditions Kazé pour leur soutien continuel et leur confiance, ce qui me permet de proposer de nouvelles chroniques ainsi que de poursuivre un grand nombre de séries déjà en cours.

« Adam et Ève est une série dérangeante certes, de par la violence et les propos entretenus, mais au scénario incroyablement bien maîtrisé ! Ponctué par des dessins vifs et percutants, le lecteur ne peut être qu’admiratif devant un tel déluge de coups avant de finir scotché par le dénouement final. Une série sur la renaissance d'autrui à couper le souffle ! »
GeeKritique de Samy Joe


Titre : Adam et Ève T1 et T2 (FIN)
Scénario : Hideo Yamamoto
Dessin : Ryoichi Ikegami

Genre : Seinen
Prix : 8.29€ (le commander chez Kazé)

Lire les premières pages.


Résumé du Tome 2 :
Les yakuzas pris au piège tombent les uns après les autres sous les coups de leurs ennemis invisibles... Seuls Minato, l'expert du toucher, et Smell, le maître de l'odorat, sont encore en état de se battre. Leur affrontement extrasensoriel les mènera aux frontières de la perception ! Au-delà des morts, l'ennemi reste invisible !

Prix : 8.29€ (le commander chez Kazé)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire