jeudi 2 novembre 2017

[GeeKritique] Ma critique de Lîle errante tome 1

Quand le réel ne semble être qu’illusion, des questions se posent et c’est ce que la jeune Mikura Amelia va vivre dans cette série poétique qu’est L’île errante. Son auteur Kenji Tsuruta, connu pour Spirit of Wonder et Forget-me-not, nous offre ici un voyage de toute beauté dans une édition qui l’est tout autant, celle de la collection Latitudes proposée aux éditions Ki-oon. Je vous invite donc à me suivre dans cette aventure passionnante et pleine d’entrain aux côtés de Mikura à la recherche d’Electriciteit, une île qui n’ont cartographiée qui a la particularité d’apparaître, puis de disparaître.


Résumé de l’éditeur :
Mikura Amelia est une des rares pilotes à s'occuper des livraisons entre les îles éloignées de la préfecture de Tokyo. À bord de son hydravion, elle est un lien précieux entre les villages de pêcheurs et connaît la mer environnante comme sa poche.

Élevée par son grand-père, elle se retrouve seule après sa mort, avec pour seul héritage sa maison et ses affaires personnelles. Mikura y découvre une pile de carnets de notes et un courrier adressé à une Mme Amelia, sur l'île d'Electriciteit. Sauf que cette île n'existe sur aucune carte ! Certains affirment l'avoir vue apparaître tout à coup au milieu de la mer et disparaître aussi vite, comme par enchantement...

Réalité ou illusion ? Peu importe ! Mikura décide de reprendre le flambeau de son grand-père : elle se donne pour mission de retrouver l'île et de livrer le mystérieux courrier coûte que coûte !

On ressent bien que Mikura était proche de son grand-père, la mort de ce dernier l’a fortement affectée mais ce n’est pas pour autant qu’elle baisse les bras. Au contraire, elle est bien décidée à faire tourner l’entreprise et s’apprête à se diriger vers Electriciteit, une île située dans l’Océan Pacifique. Selon les dires de certains, cette île n’est pourtant pas cartographiée. Toutefois, certains marins auraient eût vent de son existence, mais de manière éphémère semble-t-il. Elle serait d’ailleurs surnommée « L’île errante ». Après avoir fouillé dans les divers documents de son papy, elle décide d’entreprendre un petit voyage.

Pendant plusieurs jours, Mikura navigue à la recherche de cette île. L’auteur nous montre à quel point elle est déterminée, on est en présence d’une jeune fille au fort caractère, très bornée même, qui malgré certaines péripéties et autres dangers ne va pas battre en retraite. On la suit de très près dans ses recherches et par moments elle n’en dort pas de la nuit.

BOUKEN EREKITE TOU © Kenji Tsuruta / Kodansha Ltd.

J’aime beaucoup le côté graphique de cette œuvre, la gestion des ombres et autres décors. L’encrage est ici un point important et qui permet à l’auteur de se démarquer des autres. Tout est mis en place pour offrir au lecteur un plaisir de lecture et de découverte totale. Le lecteur est lui-même transporté et prend part au voyage aux côté de Mikura. J’ai apprécié les divers plans en vol, les angles de caméra et les paysages marins. Kenji Tsuruta ne manque pas de partager des très beaux dessins, c’est vraiment bien détaillé, très précis.

Ce premier volume se lit assez vite, on n’est pas surchargé de bulles, ce qui est appréciable car cela permet de profiter davantage des paysages. Le format « Latitudes » est d’ailleurs lui aussi apprécié tirant profit de son grand format pour de plus belles vignettes et de plans bien plus larges. Aussi, on ressent bien le moment retranscris par l’auteur, je parle notamment des passages de nuit où les vignettes sombrent ponctuent ce moment particulier de la journée.

J’ai beaucoup aimé le passage avec les « baleines », ce qui découle de cette scène prend une grande importance dans l’intrigue de ce premier tome. C’est aussi après cet événement que Mikura se verra davantage motivée pour mettre la main sur cette île errante. D’ailleurs en parlant de scènes, à plusieurs reprises on se voit être ému. Selon la sensibilité de chacun, vous pourrez être touché émotionnellement de bien des manières. Préparez-vous à vivre une belle expérience en accompagnant Mikura dans sa quête de l’île errante.



Qualité de papier irréprochable, une couverture à l’effet aquarelle de très bonne facture, font de cette édition un tome irréprochable. Je trouve la couverture très bien faite, dans le sens où elle me fait penser à un tableau qui vient d’être peint à la main sur le bord d’une digue. Et c’est en ouvrant totalement le tome que l’on découvre que la face arrière est la continuité de la face avant. Un détail non négligeable à mon goût. Ce premier tome laisse présager une suite de bonne augure qu’il me tarde de découvrir !

« Mikura dévoile ici une forte personnalité et s’apprête à vivre une aventure palpitante. Du réel à l’illusion, ce voyage vers l’île errante est des plus captivants, qui plus est subjugué d’une qualité graphique irréprochable ! »
GeeKritique de Samy joe


Titre : L’Île errante - Latitudes T01
Auteur : Kenji TSURUTA

Parution : 07-09-2017
Format : 17 x 24 cm
Nombre de pages : 192

Prix de vente : 15 €
Tomes parus en VO : 2 (série en cours)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire