jeudi 14 décembre 2017

[TEST] Nine Parchments sur Nintendo Switch

Il aura fallu moins d’un an au studio Frozenbyte, à l’origine de la série Trine, pour nous proposer son deuxième jeu sur Nintendo Switch ! Après Has-Been Heroes (lire notre test), les développeurs changent de registre et se recentrent sur l’univers de Trine avec une plus grande pointe de magie mais misant une fois encore sur la coopération. Nine Parchments entre en scène, s’installant sur l’eShop Nintendo Switch pour les plus grands fans du genre action/RPG. Après diverses heures de jeu, et de nombreuses péripéties, laissez-moi vous conter ce que Nine Parchments à de beau à vous offrir.


L’histoire de Nine Parchments est assez simple. On retrouve un groupe d’apprentis magiciens qui partent en quêtes de 9 parchemins afin de compléter leur grimoire. Malheureusement ces derniers ont été perdus lors de la phase d’apprentissage. Le fait est que ces parchemins renferment de puissants sorts, il faut donc remettre la main dessus afin que ces apprentis puissent accroître leur pouvoir et correctement apprendre à les maîtriser. Sans quoi, ils engendreraient de mortels incidents ne mémorisant pas convenablement les mesures de sécurité sur l’obtention des puissants sorts reçus.

On commence donc sa partie avec un premier choix, celui de jouer en solo ou en multijoueurs, et on choisit la difficulté entre facile, normal, difficile et extrême. À noter, et il est important de le dire, que vous pouvez modifier cette difficulté en cours de jeu si vous trouvez que le mode « normal » est trop hardu, et me concernant je l’ai en effet trouvé bien costaud. Vient ensuite le choix de son personnage, avec seulement 2 apprentis magiciens pour commencer, soit Cornelius Crownsteed soit Gislain d’Alcyon, les autres se débloquant au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu. On constate aussi que le début de Nine Parchments n’est autre que la démo du jeu disponible sur l’eShop avec l’examen de sorcellerie. Nous sommes fin prêt, notre quête peut alors commencer. En route, à la recherche des parchemins, sans oublier de trouver dans le niveau des coffres cachés offrant de l’expérience, des bâtons magiques et autres chapeaux pour équiper son personnage améliorant ainsi certains points d’expériences au niveau de tel ou tel sort. Aussi, les niveaux dissimulent 5 plumes que vous pouvez ou non récolter, mais cela va de soi qu’un gamer ne laissera pas traîner une plume s’il l’aperçoit.


La maniabilité n’est pas à refaire, le personnage se dirige aisément. Cependant, il faudra un certain temps d’adaptation afin de bien assimiler le choix de ses sorts mais surtout de bien viser ses ennemis. Le gameplay repose ici sur un système usant des 2 joysticks, celui de gauche servant au déplacement du personnage et celui de droite à cibler correctement. Une fois ce système bien ancré, vous serez amené à tourner autour d’un ennemi usant alors d’un sort sur plusieurs secondes pour lui infliger un maximum de dégâts, comme par exemple geler la bestiole afin de lui asséner ensuite une bonne dose de boules de feu ou décharges électriques. Chose radicale ! Il ne se lèvera pas.

Vous démarrez donc votre partie avec 3 sorts et au fur et à mesure que vous avancez dans l’histoire, vous récoltez des parchemins et pouvez alors agrandir votre panoplie de sorts. Il y en a de toutes sortes : feu, glace, soin, électrique, poison et j’en passe. À noter aussi que chaque sort nécessite un certain temps de chargement et que certains sorts n’infligent aucun dégâts à tel ou tel ennemi, ils en sont immunisés. Par exemple, un sort de feu n’aura pas d’effet sur un ennemi enflammé, un sort de glace n’infligera rien à un ennemis de type glace, un sort électrique n’affaiblira pas un ennemi électrique et ainsi de suite.


Comme je le disais, chaque sort a son propre temps de recharge mais aussi son propre coût en mana. Il vous faudra bien faire attention car certains sorts s’épuisent plus vite que d’autres. Outre les sorts, vous pouvez aussi combattre à mains nues ou user de votre bâton, vous combattez donc au corps à corps. Bien entendu, votre apprenti magicien dispose d’une barre de vie en plus de sa barre de pouvoir magique et celle de mana. Le niveau de chacune est bien visible et se situe juste au-dessus de votre personnage. Rassurez-vous, cela n’entrave en rien la visibilité en cours de combats ou autre. Tout comme le fait que votre personnage soit entouré d’un anneau ce couleur, avec une flèche indiquant la direction dans laquelle vous visez. Chose bien utile en cours de combats d’ailleurs. Vous pouvez épurer l’affichage mais me concernant je trouve que cet anneau est fort pratique.

Nine Parchments prend donc vie dans l’univers de Trine. On écope d’un univers haut en couleurs, avec des éléments du décor vivants, j’entends par là que si l’on passe au travers d’une plante ou autre cette dernière se met à bouger. Petit détail mais on apprécie. On peut aussi détruire certains éléments du décor qui serviront à exploser les ennemis à proximité. Le rendu visuel est vraiment très propre, on apprécie la finesse des textures et on prend plaisir à s’attarder brièvement à certains endroits pour profiter de la vue. Les niveaux sont accompagnés d’une musique entraînante, à la fois discrète et dynamique. Tout dépend de la situation dans laquelle on se trouve mais la bande son se marrie fort bien à l’univers ici présent. Il en va de même pour les sonorités issues des sorts utilisés, personnellement j’apprécie beaucoup le bruit d’explosions des boules de feu. Je pense que vous apprécierez davantage ce type de détails si vous possédez une barre de son ou autre système home cinéma. J’évoquais ici le jeu sur TV mais Nine Parchments s’apprécie tout autant en mode portable, le rendu est très bon et si vous êtes équipé d’un bon casque votre ouïe appréciera à coups sûrs la bande son.


Nine Parchments mélange subtilement action et RPG dans un monde de magie, où la coopération est de mise. Bien que le jeu puisse se jouer en solo, son gros intérêt réside dans le fait qu’il peut se jouer à 4 en local mais aussi en ligne. Il est d’ailleurs préférable de jouer en coop tant la difficulté est assez relevée et ce même en facile. Par contre il faut soulever un point assez important concernant le mode solo et le mode multijoueurs au sujet des sauvegardes. J’ai remonté plusieurs soucis aux développeurs de Frozenbyte qui se sont montrés à l’écoute et m’ont expliqué ce qu’il en était exactement. Me concernant, j’ai démarré Nine Parchments en solo, histoire de découvrir le scénario puis un beau jour j’ai lancé une partie multijoueurs en ligne et une fois cette dernière terminée ce fut le stress. En effet, la sauvegarde du mode solo et multijoueurs ne fait qu’un ! Comprenez bien qu’il est donc dans l’immédiat impossible de récupérer votre progression faite en solo, ce qui engendre donc que vous devez soit recommencer depuis le début en solo, soit finir le jeu en sole avant de jouer en multi, ou alors vous poursuivez votre partie, mais du coup n’importe quel joueur peut alors vous rejoindre car vous êtes dorénavant sur une sauvegarde en mode multijoueurs. Les développeurs ont confirmé travailler sur un patch corrigeant ce souci ainsi que d’autres problèmes remontés par divers joueurs. Il faut donc patienter dans l’immédiat si vous êtes dans ce cas de figure.


Une fois le souci de sauvegarde réglé, proposant de distinguer une partie solo d’une partie multijoueurs, vous pourrez donc choisir diverses options pour le jeu en ligne. De base, le multi de Nine Parchments propose de continuer une partie déjà entamée, de jouer en multi local, en local sans fil, de rejoindre ou d’héberger une partie publique en ligne, de jouer en ligne avec des amis et même de choisir n’importe quelle partie à rejoindre en ligne. En somme, le choix est très vaste, mais suite aux soucis de sauvegardes, vous devez bien faire attention à ce que vous choisissez car d’un mode à l’autre votre précédente progression est perdue. Je rappelle une fois de plus que lors d’écrire ce test les développeurs penchent activement sur un patch proposant de choisir parmi plusieurs sauvegardes.

Outre le souci de sauvegarde, j’ai pris un immense plaisir à jouer à Nine Parchments, retrouvant de bonnes sensations de jeu qui ne sont pas sans me rappeler Trine et Trine 2, tous deux terminés à l’époque de la Wii U. Les mécaniques de jeu sont un peu différentes, légèrement plus difficiles à assimiler, mais le plaisir de jeu est bien là. D’ailleurs, la panoplie de sorts est très complète et bien diversifiées, comme c’est le cas pour les divers bâtons magiques et autres chapeaux. Le petit côté RPG ressort davantage dans l’attribution des points d’expérience récoltés que l’on attribuera à tel ou tel sort magique, appelés "art". Il faudra donc faire évoluer votre personnage en prenant le soin de bien faire attention aux choix que vous ferez et la voie dans laquelle vous souhaiterez vous engager.



Apprendre à maîtriser les divers sorts magiques, faire évoluer son apprenti, débloquer d’autres magiciens, sont vos principales missions. Vous pouvez aussi collectionner les chapeaux et autres baguettes magiques et serez même amené à déverrouiller une cinquantaine de succès. Les adeptes du 100 % se donneront un mal à plaisir à fouiller les niveaux de fond en comble afin de récolter tous les objets, plumes et ouvrir tous les coffres cachés. Nine Parchments a de quoi vous faire passer un grand nombre d’heures dans son mode solo bien que le jeu soit clairement orienté coopération. D’autant que la difficulté est asse corsée et ce même en normal, préférez donc un allié qui vous suivra et vous assistera dans votre quête surtout que vous pourrez joindre certains de vos sorts, les rendant ainsi plus puissants, afin de viser le même ennemi. Nine Parchments est un très bon jeu d’action/RPG qui mise tout aussi bien sur le fun lors de parties en locales. Malgré le souci actuel de sauvegarde, il n’en demeure pas moins que ce jeu est de grande qualité, aussi bien visuel que sonore, où le charme opère à n’en point douter.

Test de Samy Joe


Les images publiées dans ce test sont toutes issues de mes sessions de jeu.

Ce que j’ai aimé :
  • Le rendu visuel de toute beauté
  • L’inspiration de l’univers de Trine
  • Les musiques d’ambiances de qualités
  • Le nombre varié de sorts
  • La durée de vie assez conséquente
  • Le mode coop très appréciable
  • La diversité des créatures et des boss

Ce que j’ai moins aimé :
  • Mauvaise gestion de la difficulté, trop corsée à mon goût
  • Cette histoire de sauvegarde qui sera prochainement réglée mais qui pour lors demeure fâcheuse
  • Trop de créatures à l’écran par moments, du coup c’est un peu le foutoir

Prix : 19.99€
Genre : Action/RPG
Taille : 2 258.63 MB
Développeur/Éditeur : Frozenbyte

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire