samedi 16 décembre 2017

[TEST] Snow Moto Racing Freedom sur Nintendo Switch

Ce jeu arrive pile dans les temps avec la neige et cette fin d’année qui approche. Ce n’est pas tous les jours que nous pouvons jouer à un jeu de Snow Moto, le genre étant assez rare. Sachez que si vous n'êtes pas très scooter des neiges, le développeur Zordix a sorti également sur Nintendo Switch le jeu Aqua Moto Racing Utopia dont nous vous parlerons prochainement mais pour lors, découvrons ensemble Snow Moto Racing Freedom !


Au commencement d’une nouvelle partie il faut se créer son coureur ou coureuse en inscrivant son nom et prénom, sa nationalité et modifiez son apparence. Ce n’est pas forcément important puisque comme vous vous en doutez notre personnage n'est visible qu’au travers des menus. Cependant, cette option a tout de même le mérite d’être là.

Les différents modes sont assez complets. En premier lieu on retrouve les traditionnels championnats, avec un mode sprint qui contient 8 championnats de plusieurs courses chacun, puis le mode Snowcross et Freedom League. Nous avons le droit à de vraies compétitions avec des gains de points à la fin de chaque course. Je trouve que c'est l’endroit le plus intéressant du jeu. La prise en main n’est pas si simple lors des premières minutes d’apprentissage. Il faut un petit temps d’adaptation pour réussir à contrôler son engin. Le jeu s'apparente plus arcade que simulation. Vous pourrez faire des sauts de dingues qu’il est impossible de réaliser en vrai. Ça part même souvent dans tous les sens mais une fois la jouabilité bien prise en main, sachant bien freiner, gérer les sauts en plein vol, adhérez aux bosses ou bien subir les montées sans perdre de vitesse, vous aurez moins de difficulté. 


Dans le mode Sprint, on accède aux courses normales avec huit participants. Le but est de passer entre les nombreux points de contrôles. Mais attention, si vous ne passez pas dans l’un d'eux, cela ne compte pas et il faut revenir en arrière pour passer à l'intérieur et pouvoir ainsi débloquer le prochain sur la piste. Les pistes sont nombreuses et plutôt longues et comme nous ne sommes pas sur un circuit fermé, on peut alors prendre le chemin de notre choix pour aller d'un point de contrôle à un autre. Ce système est assez bon mais ce qui gâche un peu l’expérience c’est l’IA, qui me fait penser à la licence Gran Turismo où les concurrents suivent tous à l’identique une ligne directrice invisible. Jamais ils ne vont prendre un risque ou opter pour un trajet différent. Ils se suivent l’un derrière l’autre et il en va de même ici. Alors à de rares occasions ils arrivent quand même à se planter mais dans un jeu de course, le minimum serait d’avoir une IA un peu prise de tête et qui veut te faire mordre non pas la poussière mais la neige. Alors que là, non ! Ce qui rend les courses monotones et c'est dommage parce que le jeu n’est pas mauvais.

On peut prendre du plaisir à jouer, à faire des figures stylées pour narguer les autres (on peut en compter une vingtaine) et la sensation de vitesse est présente. Comme preuve, si vous roulez à pleine puissance, le personnage peut s’envoler dans les airs comme un pantin tenu par deux ficelles et qui est tiré par les bras en direction de la Lune. C’est aussi pour ça que le jeu ne range pas du tout dans la case « simulation ». Chose qui ajoute un peu de folie dans le jeu.


Le deuxième mode en championnat est le Snowcross. Là ce sont des pistes de trois tours avec un chemin fermé, toujours avec huit coureurs pour un total de huit championnats. Et le denier est le Freedom League avec également huit courses. Mais pour ça il va falloir attendre un peu pour pouvoir les disputer. Comme dans un RPG, notre personnage a un niveau et pour ces dernières courses il faut être de niveau 32 (jusqu’au niveau 105). Oui, il y a du boulot ! Pour souffler un peu et ne plus avoir la pression de la compétition et de ses enjeux, un autre mode est proposé : les événements simples. Ici, on écope des mêmes modes mais un quatrième s’ajoute et c’est de la détente. Les courses y sont personnalisables. On peut choisir la région entre la Scandinavie, les montagnes rocheuses et les Alpes, le nombre de tours, le nombre de participants (de 0 à 7), la difficulté de l’IA (de facile à intermédiaire et difficile) et la météo (entre le jour, la nuit et la tombée de la neige). Si vous aimez le challenge et vous mettre des bâtons dans les roues, vous pouvez aussi jouer en chronométré. Chaque course a trois médailles (bronze, argent et or). Vous pouvez donc constater que le contenu est correct. Mais ce n’est pas tout ! Un mode multijoueur local est aussi de la partie !

Autre bon point, les courses ont des conditions météorologiques. Le temps ne se fait pas en direct mais chaque course démarre à une heure différente. Jouer en pleine journée, au coucher du soleil, en pleine nuit ou lors des flocons qui tombent, c’est possible. Le moteur graphique du jeu est d’ailleurs plutôt appréciable. Ce n’est pas non plus une claque visuel mais il fait le travail. La neige sur notre passage est bien réalisée, suivant l’heure de la journée elle brille, ce qui est assez joli. Et je vous parle ici du jeu en mode portable. On aurait pu avoir pire mais on apprécie que la neige soit bien faite pour un jeu de « snow ». Ce qui aurait été le comble, le cas échéant !



Pour conclure, on peut affirmer que Snow Moto Racing Freedom est un bon jeu. Les courses sont appréciables, les modes de jeux sont nombreux, le système de level donne davantage envie de faire progresser notre personnage, tout en testant l'ensemble des courses possibles. Graphiquement parlant, le jeu est propre. En termes de gameplay, c'est fun et malgré le défaut de l’IA, qui joue sans arrêt de la même façon, on adhère. Qui plus est, c'est le seul jeu de moto neige sur Nintendo Switch, alors on va lui donner sa chance, surtout qu'on ne peut pas dire qu’il soit mauvais.

Test de ToxicGamer


Ce que j'ai aimé :
  • Le contenu solo (plus de 24 tournois et 40 courses, 7 modes de jeu, 12 scooters des neiges, 22 acrobaties) et jouable en local jusqu'à 4 joueurs
  • Les graphismes (la modélisation de la neige), les paysages montagneux
  • Les courses
  • Le gameplay, arcade, mais fun

Ce que j'ai moins aimé :
  • L'IA qui suit une ligne sans prendre de risque rendant les courses trop monotones, sans surprises
  • Il manque un côté simulation
  • La moto neige qui a parfois une adhérence étrange, notamment dans les virages ou dans son contrôle en plein vol

Prix : 34.99€ 
Taille : 1 521,48 MB
Genre : Arcade, Course
Développeur/Éditeur : Zordix/Big Ben Interactive

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire