lundi 5 février 2018

[TEST] Dimension Drive sur Nintendo Switch

Dans l’océan du « Schmup », il s’avère parfois difficile pour les petits poissons de se faire une place. Pour les membres de 2Awesome Studio, il fallait avec Dimension Drive proposer aux joueurs un shoot diffèrent, qui inciterait à nous lancer dans l’aventure en quête de quelque chose de sensiblement diffèrent. Pour ma part, c’est aussi ce qui m’a amené à « essayer pour voir ». Explication un peu plus bas…


Un « socle narratif » plaisant
Contrairement à beaucoup de shoot 'em up qui se contentent d’un scénario qui tiendrait sur un post-it, il est plaisant de constater que Dimension Drive, au contraire de ses aînés, a bénéficié d’un traitement bien plus riche à ce niveau.

À l’aide de cutscenes et d’écrans fixes de toutes beautés qui viendront se glisser entres les niveaux, il nous est ici raconté l‘histoire des Ashajuls, peuple conquérant qui possède, en plus d’une armada impressionnante de vaisseaux spatiaux, la capacité de voyager entres des infinités d’univers parallèles. Cette race de guerriers sanguinaires ne s’embarrassant point de négociations futiles, asservira chaque planète et/ou peuple qui se trouveront sur sa route.


Heureusement, c’était sans compter sur Jackelyne Tywood, qui enfant verra sa planète attaquée et dévastée par les mêmes Ashajuls. Il n’en faudra pas moins à cette « résistante » pour vouloir se venger et tout mettre en œuvre afin de contrecarrer leur plan. On se retrouve donc plusieurs années plus tard aux commandes du Manticore, vaisseau qui possède lui aussi étrangement la capacité de voyager à travers les dimensions. Bien aidé par l’IA V.E.R.A., qui prodiguera de temps à autre conseils et directions à suivre, il sera alors temps de montrer aux vilains méchants du jour que même un tout petit grain de sable peut parfois venir gripper une énorme mécanique (de conquête) aussi bien huilée soit-elle…

Classique dans son déroulement, diffèrent dans son gameplay
C’est bien ici que Dimension Drive prend ses distances avec le genre et propose aux joueurs quelque chose de résolument diffèrent pour le genre. Même si sa progression se déroule comme n’importe quel Shmup, ici l’écran est scindé en deux dans la hauteur et la capacité du Manticore à voyager entre les dimensions prend ici toute son importance. En effet, il nous est permis à chaque moment de passer d’un écran à l’autre et cet élément de gameplay apporte avec lui de multiples intérêts et interactions : un item à récupérer dans une dimension au détriment de l’autre, un obstacle à éviter d'un coté, des ennemis plus abordables de l’autre, etc. Cet élément est au centre même du gameplay et confère au jeu cette petite feature inédite qui lui apporte quelque chose de différent et de frais.


Ralenti, possibilités de retourner son vaisseau pour tirer vers le bas et j’en passe, sont aussi d’autres bonnes idées qui ont été injectées dans les mécaniques à la fois diverses et plaisantes du jeu.

En dehors de ça, Dimension Drive ne renie en rien son héritage et mettra en avant l’aspect scoring avec une note qui nous sera attribuée à la fin de chaque niveau en fonction de nos performances. Il faudra également collecter dans les différents mondes des « Data Cube » qui nous permettront une fois un nombre suffisant en notre possession d’acheter de nouvelles attaques.

Afin d’éclaircir tous ses éléments, et pour plus de clarté, je ne peux que vous enjoindre à regarder la vidéo de gameplay qui suit qui est tirée d’un live de l’amie « Seilin ». Vous pourrez y voir toutes les interactions, la prise en main pas forcement évidente aux premiers abords et la richesse du gameplay qui nous est proposé ici.



Un mot sur la durée de vie : elle n’est pas très importante mais c’est aussi un problème inhérent au genre qui peine à proposer des aventures à la fois scénarisées et qui tiennent sur la longueur. Dimension Drive se termine en une poignée d’heures à peine, et en dehors du scoring bête et méchant, il n’y a pas ou peu de choses qui vous inciteront à retourner dans l’aventure. Heureusement, et c’est un bon point à souligner, les développeurs ont eu la bonne idée d’inclure un mode deux joueurs plutôt plaisant qui permettra donc à deux joueurs de parcourir le mode Campagne en coopération. C’était à souligner.

Techniquement irréprochable, esthétiquement discutable
Si on se penche sur le jeu d’un point de vue purement technique, Dimension Drive est un sans-faute. Que ce soit en version dock, nomade, en solo ou à deux, peu importe, le framerate ne vacille pas d’un pouce. Là où je me montrerai plus perplexe, c’est quant à la direction artistique dont a bénéficié le titre. En effet, je trouve celle-ci plutôt fade, les textures sont parfois très grossières et le choix des couleurs est plus que discutable. Le jeu manque clairement d’identité et il est triste de constater le contraste évident entre les cutscenes, de toute beauté et les phases de jeu qui manque d’envergure à ce niveau. C’est bien dommage, la Nintendo Switch est capable de bien mieux.


L’habillage sonore du jeu à lui aussi bénéficié d’un soin remarquable. Les morceaux choisis collent parfaitement à l’action et s’autorisent même quelques moments plutôt épiques. Rien de mémorable, c’est certain mais on est complètement dans le ton.

Malheureusement et c’est un autre point très discutable là-aussi, le jeu est intégralement en anglais (voix et textes). Et même si cela ne posera pas ou peu de soucis une fois que le joueur reprend le contrôle, les cutscenes elles, sont parfois très bavardes et cela peut donc poser des soucis de compréhension à certains joueurs pas vraiment adeptes de la langue de Shakespeare. Il fallait que ce soit dit.

Conclusion
En tant que grand amateur de shoot, je pense sincèrement que Dimension Drive devrait plaire aux afficionados du genre. Tout en restant sur des bases plutôt classiques, il sait également être surprenant par son gameplay « à niveaux » qui apporte au genre, un vrai vent de fraîcheur. Sans une technique décevante et une durée de vie un peu chiche, il aurait même pu devenir un des incontournables indés de la Nintendo Switch. Avec des niveaux courts et qui s’enchaînent, il se prête parfaitement aux sessions de jeux en nomade... Non, vraiment, il ne lui manque pas grand-chose.

Test de Le Gamer Barbu


Toutes les images publiées dans ce test sont issues des sessions de jeu de Le Gamer Barbu.

Ce qu'on a aimé :
  • Un gameplay solide et surprenant pour le genre
  • Une OST punchy comme il faut
  • Un scénario qui tient la route

Ce qu'on a moins aimé :
  • Des choix esthétiques discutables
  • Une durée de vie un peu faiblarde
  • Intégralement en anglais (selon les joueurs)

Prix : 12.99€
Genre : Action, Arcade, Jeu de tir
Taille : 440.40 MB
Développeur/Éditeur : 2Awesome Studio

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire