samedi 10 février 2018

[TEST] Shu sur Nintendo Switch

Souvent, on décide de se lancer dans un jeu par rapport à son nom, une attente, voire même une vidéo. Mais parfois, on se laisse tenter par une découverte totale sans quasiment avoir glaner aucune information au préalable, n’ayant rien vu ou presque, si ce n’est un artwork deux semaines avant sa sortie. C’est ici mon cas avec Shu sur Nintendo Switch… Bien sûr, il y a toujours le risque d’être déçu et celui-ci est encore plus grand lorsqu’on fait ce genre de saut en avant, mais cela fait partie du jeu et personnellement, j’aime ce genre de titre qui tombe du ciel. J’ai fini le jeu il y a seulement quelques heures, et il est déjà temps pour moi de vous en parler. Si certains conviendront que l’important n’est pas la Shu(te) mais l’atterrissage, qu’en est-il ici ?


Une histoire de circonstance
En effet, Shu n’est clairement pas un jeu à scénario. Il s’ouvre sur une cinématique qui enchaîne les plans fixes afin de nous en apprendre plus sur ce qui va se dérouler ici. On y voit des villageois vacants à leur occupation, lorsqu’il apparaît au loin un orage annonciateur de malheur. Malgré les efforts de « l’ancien du village » afin de le repousser, un monstre énorme surgissant dédît nuages viendra alors occire notre pauvre papy et ravager le village. Il conviendra alors pour Shu, notre héros du jour, de fuir et de retrouver ses compagnons disséminés dans les différents mondes du jeu et de trouver l’autel qui permettra de repousser la créature…


Un gameplay à la fois fluide et plaisant
Toute la force de Shu réside ici. Dès le premier niveau, on virevolte, on saute, tout s’enchaîne parfaitement et les speedrunners en herbe et autres adeptes de plateformers rapide seront aux anges. Shu ne s’encombre pas de commandes compliquées ou de multiples interactions environnementales et c’est ce qui fait sa plus-value. Malgré cela, il recèle en lui une vraie profondeur de jeu. En plus du saut et de la capacité de planer, on (re)trouvera dans chaque monde deux villageois qui nous rejoindront de manière éphémère et qui nous conféreront pour un temps, deux compétences indispensables pour la progression. Tantôt, un double saut, une autre fois un dash permettant de casser certaines structures, etc…


Il y aura aussi ces moments récurrents ou l’immense créature tentera de nous rattraper et transformera alors le jeu en runner implacable, où le moindre saut manqué pourra nous ramener vers le dernier checkpoint. Des moments stressants, il est vrai, mais aussi très exaltants et satisfaisants. Pour être clair, Shu se veut simple dans sa conception et sa manière d’appréhender son gameplay très minimaliste mais ça ne lui enlève en rien sa profondeur et le plaisir que l’on ressent à parcourir les différents niveaux qui renouvellent sans peine à la fois leur mécanique de progression et les challenges qu’ils nous proposent.


Le joueur est libre de parcourir le jeu avec les attentes qu’il souhaite. En effet, chaque niveau comporte des collectables (1 fragment de tablette, 6 créatures et des papillons en nombres) qui pourront soit être ramassés par le joueur, soit complètement ignorés et laissés de côté. Personnellement, j’ai fait l’effort de fouiller dans chaque niveau pour palier un peu au principal (et peut-être le seul) défaut du jeu : sa durée de vie.

En plus de ça, une fois un niveau terminé, nous avons la possibilité d’y retourner en mode « Time Attack » afin d’essayer de battre notre temps de référence. Malgré cela, Shu se finit très rapidement et la frustration est d’autant plus grande qu’on aurait aimé prolonger un peu plus l’expérience tant celle-ci est plaisante. Malheureusement, avec 5 mondes et seulement une quinzaine de niveau, on en fait vite le tour.


Afin que le jeu ne soit pas trop « suffoquant », les développeurs ont eu la bonne idée de multiplier les checkpoints dans les niveaux, ce qui aura pour effet de faire en sorte que chaque mort ne soit pas trop pénalisante pour le joueur. Mais attention, le nombre de réapparitions à chacun d’entre eux n’est pas infini et lorsque qu’on aura atteint la limite, il faudra recommencer le niveau depuis le début. Ceci a pour effet de mettre le joueur constamment sous pression, car certains passages sont vraiment costauds (par exemple le dernier niveau, qui m’a vraiment fait transpirer).

En toute sincérité, le challenge n’a rien d’insurmontable et n’est jamais frustrant. Le parfait équilibre entre exigence et promenade de santé en somme. Une vraie réussite sur ce point !


Un univers charmant
Techniquement, Shu n’a rien d’impressionnant, sa force vient là aussi d’ailleurs. Sa direction artistique et son game design sont un régal pour les yeux. Bénéficiant d’une 2.5D au charme certain, il nous propose un univers qui tire ses références du coté de l’Amérique du Sud d’antan et plus particulièrement de la culture Inca… Le jeu est coloré, vivant et le chara-design des quelques protagonistes que nous croiseront fait mouche. Il fait montre également d’une vraie diversité car chaque nouveau chapitre de l’aventure nous emmènera dans un lieu diffèrent qui sera toujours diffèrent du précèdent à la fois d’un point de vue influence et visuel. Shu est charmant parce que sans en faire trop, il sait déjà se montrer bien séduisant et clairement, sur moi, la magie à complètement opérer.

En outre, il bénéficie d’une bande son remarquable et d’un habillage sonore soigné. Les bruitages et autres sons d’ambiance sont également d’une grande qualité et s’adaptent parfaitement aux montées et baisses de rythme. Rien d’inoubliable, certes, mais ça fait complètement le café.


La Shute
Shu n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais… Les premiers visuels me faisaient penser à un runner bête et méchant avec pour lui une DA séduisante. Mais en vrai, il est bien plus que ça, c’est un plateformer plaisant, fluide, avec des variations de rythmes dans son déroulement qui apportent de la diversité sur le fond et la forme. Il apporte également avec lui quelques bonnes idées (les pouvoirs spéciaux, les phases de rush…) qui lui rajoutent des éléments de gameplay fort appréciables et renouvellent constamment en profondeur l’aventure.

Je ne lui trouve pas de défauts majeurs, si ce n’est sa faible durée de vie mais ses multiples qualités ont su prendre le pas sur ce détail. Encore une belle pépite indépendante qui Shute (de fort belle manière) sur l’eShop de notre chère Nintendo Switch.

Test de Le Gamer Barbu


Toutes les images publiées dans ce test sont issues des sessions de jeu de Le Gamer Barbu.

Ce qu'on a aimé :
  • Un gameplay fluide, plaisant et qui se renouvelle constamment
  • Une direction artistique séduisante et colorée
  • Une bande son qui fait le boulot

Ce qu'on a moins aimé :
  • Une durée de vie un peu faiblarde (on en veut plus !)

Prix : 8.49€
Genre : Action, Arcade, Plateformes, Aventure
Taille : 3 299.87 MB
Développeur/Éditeur : Coatsink

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire