vendredi 23 mars 2018

[GeeKritique] Ma critique de The Promised Neverland Tome 1

Il y a plusieurs semaines déjà, j’ai eu l’immense honneur de recevoir des éditions Kazé la magnifique box presse de The Promised Neverland, dont vous pouvez d’ailleurs découvrir mon unboxing sur mon profil Instagram. Les jours ont passés et Kazé a frappé un grand coup en organisant mardi 20 mars une soirée de lancement à laquelle j’étais convié (vous pouvez découvrir mon article via ce lien). J'y étais donc présent et ce en compagnie de Kakashi (autre chroniqueur manga et testeur jeux vidéo). Nous ne pouvions pas manquer le lancement de cette série phare qui a déjà atteint plus de 3 millions d’exemplaires au Japon et ce rien qu’avec les 6 premiers tomes. C’est donc avec grand plaisir que je m’attarde aujourd’hui sur le premier tome de The Promised Neverland qui sortira aux éditions Kazé le 25 avril 2018 !


Résumé de l’éditeur :
Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de “Maman”, qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Emma nous conte donc un peu son histoire, elle a 11 ans tout comme Ray et Norman. Elle fait parti des plus âgées de l’orphelinat. Elle est appréciée d’un grand nombre d’enfants surtout pour la gentillesse et la tendresse dont elle fait part aux autres. Emma nous explique à quel point leur quotidien est bien huilé et paisible. En tout cas de prime abord car force de lecture on découvrira qu’il en sera bientôt tout autre mais nous y reviendrons un peu plus tard. Chaque enfant de l’orphelinat est marqué d’un numéro et chaque jour ils subissent tous un test, un processus qui est censé remplacer les cours normaux enseignés à l’école. Comme bien souvent, Emma, Norman et Ray obtiennent d’excellents résultats, des sans faute même.

Emma continue alors de nous conter lors des premières pages ce qui s’en suivait après ces fameux tests, les enfants avaient ensuite le droit d’aller jouer dehors pour se détendre. Tous en profite donc pour faire une partie de Loup, la bonne humeur et l’amusement entre tous se fait donc ressentir, les enfants montrent qu’ils se sentent bien là où ils sont. Toutefois, ils existent deux règles à respecter à l'orphelinat quand ils jouent dehors : ils ne peuvent en aucun cas s’approcher du portail d’entrée vers l’extérieur ni franchir la barrière de la forêt. Et on comprendra pourquoi ces règles ont été mises en place plus tard dans le tome.

YAKUSOKU NO NEVERLAND © 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc.

Ce premier tome se focalise sur le trio composé d’Emma, jeune fille très agile aux facultés d’apprentissages exceptionnelles, de Norman, jeune garçon extrêmement intelligent et perspicace et de Ray, autre jeune garçon tenace dont les connaissances sont fortement étendues. J’aime beaucoup le caractère de chacun, ils se complètent et font preuve d’une grande complicité mais pour lors ma préférence va pour Emma et ce pour diverses raisons.

On apprend dans ce tome que les enfants sont mis en famille d’accueil avant leur 12 ans au plus tard et la jeune Conny s’apprêtent à y être placée. Cela arrive même que par moments, de plus jeunes sont admis en famille d’accueil avant les plus anciens. Le scénario se place tranquillement durant le premier chapitre et c’est d’ailleurs en fin de chapitre que la « vérité » éclate. Suite au départ de Conny, Emma et Norman décide d’aller lui rendre une peluche qu’elle a oublié. Tous deux s’approchent donc du portail et la découvre morte dans un camion. Puis des démons arrivent et entament une discussion avec « Maman » de son véritable prénom Isabella. Emma et Norman ont tout vu et tout entendu, ils découvrent alors qu’ils ne sont que du bétail destinés aux démons. Dès lors, ils décident que la meilleure chose à faire et de s’échapper de Grace House Field et qu’ils ne peuvent plus faire confiance à leur soi-disant Maman.

Le premier chapitre met déjà très bien en avant les bases du scénario, c’est au travers des dires et du vécu d’Emma qu’on apprend comment la vie se déroule à l’orphelinat jusqu’à ce fameux soir où Emma et Norman découvrent une vérité inattendue. Dorénavant, ils doivent faire profil bas, continuer à vivre comme si de rien n’était. Il ne faut en aucun cas éveiller le moindre soupçon. On suit donc le trio dans leur quotidien, mais plus précisément celui d’Emma et Norman, qui pour lors n’ont rien dit à Ray et qui réfléchissent en même temps à la meilleure stratégie possible afin de mettre leur plan d’évasion à exécution ! Et pour cela, ils pensent avoir 2 mois devant eux avant l’éventuelle prochaine « livraison », surtout que les démons ont demandé à Isabella ses 3 meilleurs éléments.

YAKUSOKU NO NEVERLAND © 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc.

J’aime beaucoup l’atmosphère pesante de ce premier tome. Au fur et à mesure d’avancer dans les chapitres on apprend certaines choses, dont une assez surprenant à la fin du troisième chapitre concernant Isabella. Cette dernière sait d’ailleurs garder son sang-froid et n’arbore pas ses sentiments. Elle sait rester de marbre tout en menant sa petite enquête car oui elle sait qu’une chose se trame dans son dos. Les chapitres deviennent de plus en plus intenses au cours de ce premier tome et me concernant j’ai beaucoup apprécié la manière dont les choses évoluent. Surtout que de base, Emma et Norman faisaient cavaliers seuls avant que Ray ait compris qu’une certaine chose ne tournait pas rond dans leurs comportements. Ce dernier prend alors part au plan une fois qu’Emma et Norman lui ont tout raconté.

Après un bon scénario offert par Kaiu Shirai, on peut s’attarder sur le niveau graphique. J’apprécie le coup de crayon affiché par Posuka Demizu, les décors sont bien réalisés, et certains dessins assez poignants. Ce que j’apprécie davantage dans ce tome, c’est le regard qu’affichent certains personnages dans certaines situations, que ce soit Isabella, Emma, Norman ou Ray et même d’autres « nouveaux » personnages. En ce qui concerne les démons, ils sont ici peu à l’honneur pour le moment, mais c’est une bonne chose car l’intrigue se penche davantage sur les enfants, le principe de marchandise et du choix du bétail. Cependant, bien qu'on les voit peu, Pozuka Demizu ne manque donc pas de nous éblouir avec précision les concernant.

L’atmosphère qui règne dans l’orphelinat est des plus oppressantes, l’univers qui nous est ici montré est assez cruel même. J’aime beaucoup les diverses tournures que prennent les événements dans ce premier tome, un coup c’est bon enfant puis on passe vers un côté plus obscure. On passe donc d’une situation à l’autre de manière bien maîtrisée. Tout comme l’intrigue ici mise en place, qui ne manque pas de rebondissements surtout sur les deux derniers chapitres. J’aurais aimé vous en dire davantage à ce sujet mais ce serait vous gâcher un plaisir énorme de découverte. Sachez que ce premier tome introduit de nouveaux personnages et se termine sur un échange assez intéressant, où le suspense saura vous tenir en haleine jusqu’à la sortie du second tome.



En conclusion, je dirais que les éditions Kazé tiennent à coups sûrs une nouvelle acquisition qui va faire parler d’elle en 2018 ! Le scénario est assez riche et intriguant, qui plus est le lecteur apprécie aussi un rendu visuel de grande qualité. Je ne peux donc que vous conseiller de découvrir ce premier tome de The Promised Neverland qui sera disponible en librairie dès le 25 avril 2018 ! Et si l’attente vous paraît trop longue, n’hésitez pas à visiter le mini-site de la série où vous pouvez découvrir le premier chapitre, des fiches de personnages, des trailers, quelques mots sur les auteurs et j’en passe…

Sur ce, j’espère que la visite de Grace Field House vous plaira et que vous donc apprécierez autant que moi cette lecture du premier tome de The Promised Neverland ! 

GeeKritique de Samy Joe


The Promised Neverland Tome 1
Scénario : Kaiu Shirai
Dessin : Posuka Demizu

Date de parution : 25 avril 2018
Genre : Shonen, Fantastique, Thriller psychologique

Lire les premières pages.
Visiter le mini-site officiel.



Je vous laisse aussi découvrir mon unboxing de la box presse.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire