mardi 27 mars 2018

[GeeKritique] Pourquoi il faut regarder l'animé Gambling School

Je vais aujourd’hui vous proposer une nouvelle chronique d'une série animée en m’attardant sur Gambling School (Karegurui), issue du studio MAPPA et disponible exclusivement sur Netflix. Le synopsis de cette série m’avait déjà interpellé, mais c’est après avoir découvert la bande-annonce que j’ai décidé de porter à Gambling School une plus grande attention. L’histoire prend vie dans une école où ce qui compte le plus c’est l’argent, le pari et le fait d’être un joueur hors pair ! Dans l’école privée Hyakkaou, les faibles sont considérées tels des esclaves et une fois qu’on touche le fond il est quasiment impossible de s’en relever. Mais il semblerait que tout cela soit sur le point de changer dès lors qu’une nouvelle étudiante débarque dans cette école très particulière. Elle, ce n’est pas l’argent qui l’intéresse, elle n’est pas non plus attirée par le pouvoir. Toute ce qu’elle souhaite c’est juste prendre du plaisir à gagner. En fait, c’est sentir l’excitation l’envahir qui la motive. Tout ce qu’elle veut c’est prendre son pied et comme elle le dit si bien elle aime jouer jusqu’à l’extase. Son nom : Yumeko Jabami ! Voyons donc ce qui m’a poussé à regarder Gambling School.


Dans l’école privée Hyakkaou, les jeux d’argent font fureur. Ce sont d'ailleurs les élèves qui ont mis en place ce petit jeu. Enfin, il est ici question de plusieurs types de jeux tant que les paris sont à l'honneur. On est dès le début mis dans le bain avec Mary, l'une des plus fortes lycéennes, qui affronte sans tarder la nouvelle venue, à savoir Yumeka Jabami. Cette première partie se joue sur le jeu pierre-feuille-ciseau et les sommes mises en jeu sont colossales. On découvre alors une partie intéressante, et on apprécie de savoir comment Yumeka Jabami déjoue la supercherie de Mary. Sachez-le de suite, chaque épisode où Yumeko affronte une personne il y a toujours de la triche dans l’air de la part de son adversaire. Nombreux sont les joueurs à tricher d’ailleurs, et il fallait bien que quelqu’un prenne les choses en mains. Yumeko a l'œil pour distinguer les tricheurs et ce même avec les personnes hautement placées dans l'école et même dans le conseil ou le club de culture. Elle déjoue un grand nombre de supercheries et elle nous détaille bien chaque stratagème utilisé.

Comme je le disais les jeux sont divers. Par exemple, dans le second épisode on assiste à une partie de cartes contre une joueuse prestigieuse et pleine aux as. Pour elle, 20 millions de yens ce n’est que de l’argent de poche. Rien qu’en la voyant, Yumeko s’extasie déjà de l’affronter. Puis on arrive à l’épisode 3, où est mis en place un jeu de « la vie ou la mort », genre la roulette. On découvre à quel point Yumeko n’a pas froid aux yeux en voyant les mises qu’elle souhaite jouer face à la présidente du club. On découvre une Yumeko provocatrice, véritable perverse même. Je vous citais là quelques exemples, mais les affrontements sont de toutes sortes. Certains défis mettent même la vie des joueurs en jeu, comme pour le jeu du pistolet avec une seule balle dans le barillet ! La tension est souvent à son comble et on se demande bien comment Yumeko va faire pour s’en sortir.


Dans Gambling School on donne même des surnoms aux losers, les garçons sont des toutous et les filles des minous. Ils se doivent de porter un badge autour du coup sinon leur dette actuelle augmentera. Ce qui est drôle ici c’est de voir une personne très haut placée dégringoler au statut de minou en un rien de temps. Dès lors, ses amis la considèrent autrement. Telles sont les règles du jeu. Il faut savoir aussi qu’à l’école Hyakkaou il y a une hiérarchie précise où ce ne sont pas les bonnes notes ni les exploits sportifs qui priment. En effet, la réussite de l'élève dépend tout d’abord de ses talents de joueurs.

L'animation de Gambling School est de bonne facture, j’aime le design des personnages, il est très bien réalisé et j'aime assez les divers passages où les expressions faciales qui basculent dans le plaisir et même dans la provocation. Les traits du visage sont alors tout autres ! On s’attarde sur Yumeko, une fois encore quand elle prend un mal fou à ridiculiser ses adversaires, peu importe leur statut social, et elle ne manque pas d'afficher un air totalement barje, au regard surexcité ! Elle est tellement pleine de pognons que perdre de la thune lui importe peu, sa défunte famille étant vraiment pétée de blé.


La série est vraiment intéressante et ne propose pas que de simples paris. Ici, le conseil de l'école contrôle la vie à part entière d'un élève qui doit de l'argent et s'il ne paie pas ce qui est alors écrit sur son projet de vie se réalisera. Son seul moyen de ne pas voir ces pires choses écrites se réaliser : s'acquitter de sa dette ! En fait, le projet de vie est un planning tout tracé de ce que sera la vie de la personne concernée et après en avoir découvert un avant-goût mieux vaut faire son possible pour s’en acquitter. On découvre alors de quoi certaines personnes sont réellement capables, et en parlant de capacités, je suis resté surpris de voir jusqu’où un certain membre du conseil est allé pour intégrer le conseil. Je parle de Midari Ikishima qui est toute aussi barrée que Yumeko, elle kiffe toutes les deux les défis et l'extase que cela peut provoquer. On en apprend d'ailleurs davantage sur elle dans l'épisode 6.

En plus d’une légère violence dans ce dit épisode, on assiste par contre à plusieurs scènes assez osées, très tendancieuses même pour un animé classé en 13+ et ce dans tous les épisodes quasiment. Sans oublier que Gambling School dispose aussi de dialogues assez crus.


Le rythme soutenu des épisodes est appréciable, pas de temps morts donc mais beaucoup de scènes haletantes, assez intrigantes, et ce aussi bien en termes de paris que des joueurs. Certaines épisodes sont bien plus intenses que d’autres mais dans l’ensemble la série est menée tambour battant. Par contre, j’étais légèrement déçu de l’affrontement final. Pour moi, il était bien trop calme alors que l’enjeu était des plus intéressants, surtout que le jeune Ryota est davantage mis à l’honneur. Ce jeune garçon est celui que Yumeko a sorti du pétrin au premier épisode, mais je ne vous en dit pas plus. Sachez juste qu’ils traînent toujours ensemble…

Pour conclure, je dirais que le doublage de Gambling School est très réussi, la version française est vraiment appréciable, les intonations sont bien gérées et participent pleinement à l’intensité des situations dans laquelle la personne concernée se trouve. Force d’avancer dans les épisodes, je me suis à plusieurs moments demandé quel était l’objectif de Yumeko à défier la présidente du conseil. Veut-elle prendre sa place ? Pourquoi fait-elle réellement tout ça ? Eh bien certaines réponses sont dites, d’autres pas, mais une chose est sûre, la saison 2 risque d’être palpitante car certains membres du conseil n’ont pas encore été exploitées dont une que j’attends de découvrir.

Alors oui, selon moi, il faut découvrir Gambling School !

GeeKritique de Samy Joe

Trailer et images ci-dessous.
































Aucun commentaire:

Publier un commentaire