vendredi 15 décembre 2017

[TEST] MXGP3 - The Official Motocross Videogame sur Nintendo Switch

Quelques mois après sa sortie sur PC, PS4 et Xbox One, voici que le 3ème volet de la franchise lancée en 2014 par Milestone s’invite sur Nintendo Switch. Si comme moi, vous êtes un amoureux des sports mécaniques et notamment du Motocross, c’est avec beaucoup d’émotions mais aussi d’appréhensions que vous avez dû voir arriver MXGP3. Ce portage sur la petite dernière de Nintendo sera-t-il un chef d’œuvre ou laissera-t-il un goût d’inachevé ? C’est ce que nous allons voir immédiatement.


UN CONTENU GÉNÉREUX
À n’en pas douter, le fait de s’appuyer sur la licence officielle permet de proposer du contenu alléchant pour les afficionados de courses MX puisqu’il sera possible d’évoluer sur les circuits officiels, de côtoyer les plus grands sponsors et de chevaucher les montures des plus grandes marques. Mais la générosité du contenu ne s’arrête pas là puisque dans le jeu, les possibilités de customisation sont tout bonnement phénoménales. Plus de 300 composants que vous pourrez acquérir avec vos récompenses de courses sont disponibles et n’attendent que vous. Ceci permet au joueur de personnaliser son expérience grâce à un équipement et une moto unique. Dès le début du jeu, il est possible de personnaliser son équipement parmi différents modèles, d’en choisir la couleur, les monogrammes et le numéro de pilote. Il est également possible de modifier les réglages de sa moto afin d’adapter son comportement à notre style ou en fonction des circuits. Milestone met ainsi tout en œuvre pour que l’immersion soit la meilleure possible dans l’univers très disputé des courses MX.

Bien que le mode multi-joueurs soit passé à la trappe lors de ce portage, il n’en reste pas moins que le mode Solo s’avère relativement complet. Hormis le classique mode « Carrière », on trouve un mode « Grand Prix » qui permettra de concourir sur un des 18 circuits officiels de la saison 2016 avec votre pilote préféré. Si vous vous vous sentez prêt à enchaîner les courses alors pourquoi ne pas vous laisser tenter par le « Championnat » qui vous fera parcourir le monde afin de découvrir l’intégralité des circuits. Enfin, pourquoi pas terminer par le « Monster Energy FIM Motocross of Nations » ?

Avant de devenir un pilote aguerri, il convient de s’entraîner et c’est le mode « Compound » qui vous permettra d’effectuer vos premiers tours de circuits, seul, afin d’apprendre à dompter votre machine et sa prise en main quelques peu délicate. Pour être honnête, les premiers tours de piste s’avèrent déroutants, tant le comportement de la moto peut paraître étrange, celle-ci réagissant parfois de façon contre-intuitive mais avec un peu d’entraînement, on parvient à mieux maîtriser sa bécane et à se laisser surprendre par l’impression de vitesse qui est belle et bien présente. Une fois prêt, il vous viendra alors peut-être l’envie de battre des records dans le dernier mode de jeu disponible à savoir le « Contre-la-montre ».


UN GAMEPLAY PLUS ARCADE QUE SIMULATION
Bien que le jeu ne soit pas vraiment orienté simulation contrairement à ce que l’on pourrait penser, exceller dans l’art de la course n’est pas simple et un temps d’adaptation plus ou moins long sera nécessaire afin de ne plus chuter, rater les virages ou se prendre des bottes de paille. En d’autres termes, le prise en main est relativement rapide mais la maîtrise, elle, ne l’est pas et il faudra donc s’entraîner afin de pouvoir obtenir des résultats qui vous permettront de gagner un maximum de réputation et les meilleurs contrats de sponsoring en mode « Carrière », le jeu étant assez exigeant. En effet, chaque choc, chaque erreur de trajectoire pourront vous coûter extrêmement chers.

Bien que les contrôles soient très nombreux, on se rend vite compte que tout réside dans le fait d’être à fond dès que possible et de placer son freinage au bon moment et avec parcimonie. On pense en général que gameplay orienté arcade dit « dose massive de fun », ce n’est malheureusement pas le cas dans ce MXGP3. Certes, les sensations de vitesses sont bonnes mais l’atmosphère fait qu’on ne s’éclate pas. On pourrait dire que c’est dû à la très mauvaise gestion des collisions ou à quelques comportements de la moto pouvant être source de frustration mais il n’en est rien. Le plus gros problème de MXGP3 c’est sa réalisation graphique.


TECHNIQUEMENT À LA TRAÎNE
MXGP3 avait tout pour faire un très bon jeu mais il a été trahi par sa technique. En course, le flou est omniprésent, tout comme l’aliasing, les graphismes sont ternes et le rendu météo est assez mauvais (catastrophique en mode TV). À cela s’ajoute un problème avec le rendu de la profondeur qui fait qu’on a (souvent) beaucoup de difficulté à voir correctement le tracé des circuits et les virages semblent parfois surgir de nulle part. Dans ces conditions, il est difficile d’anticiper les virages et les trajectoires. Le salut viendra alors de la répétition des courses dont le tracé finira par s’imprimer dans notre mémoire, nous permettant d’améliorer drastiquement nos résultats.

C’est d’autant plus dommage que, comme indiqué précédemment, la sensation de vitesse est là et qu’il y a de bonnes idées comme le terrain qui se déforme en fonction du passage des motos ou la pluie qui rend la piste plus brillante mais aussi plus glissante.

En ce qui concerne la bande son, ne comptez pas sur elle pour relever le niveau, car elle est relativement insignifiante et n’a pas d’impact positif (pas plus que négatif) sur l’expérience de jeu. À noter qu’on constate de temps à autre une petite perte de framerate en mode portable mais rien qui ne puisse gêner outre mesure la prise en main du jeu.



EN CONCLUSION
MXGP3, premier jeu de sa catégorie, aurait pu laisser sa marque sur Nintendo Switch mais cela ne sera pas le cas, la faute à une réalisation technique décevante qui en fait tout juste un jeu moyen alors que son contenu est généreux et ses éléments de customisation pléthoriques. Vous l’aurez compris, à la question posée en préambule, la réponse est : non, ce portage n’est pas exemplaire, Milestone aurait pu faire largement mieux. Espérons que les leçons seront retenues pour la sortie d’un futur MXGP4.

Test de Ikekreham


Toutes les images publiées dans ce test sont issues de nos sessions de jeu.

Ce qu’on a aimé :
  • La customisation qui permet d’avoir un pilote et une moto unique
  • La multitude de réglages permettant de modifier le comportement de la moto
  • La licence officielle (circuits et marques officielles)
  • La sensation de vitesse est bien rendue
  • Le terrain qui se déforme suite aux passages des motos

Ce qu'on a moins aimé :
  • Les graphismes ne sont pas à la hauteur
  • L’ambiance sonore sans grand intérêt
  • La gestion des collisions
  • Difficile de distinguer le circuit
  • Quelques pertes de framerate en mode portable

Prix : 49,99 €
Genre : Course, Sports
Taille : 7 016.02 MB
Développeur / Éditeur : Milestone

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire