mercredi 9 mai 2018

[TEST] Wonder Boy: The Dragon's Trap sur Nintendo Switch

Déjà sorti sur l’eShop Nintendo Switch en avril 2017, Wonder Boy: The Dragon’s Trap est de retour cette fois dans une version physique et non des moindres ! Et c’est le studio Headup Games qu’il nous faut remercier pour la distribution de cette édition en Europe. Mais avant de parler plus en détails de cette édition et de son contenu, je tenais à vous livrer quelques impressions sur le jeu, n’ayant pas eu l’occasion de le tester avant ce jour.


Vous connaissez peut-être déjà l’histoire de ce jeu mais si ce n’est pas le cas, sachez que l’on incarne ici un valeureux chevalier (ou chevalière) qui, suite à un affrontement avec Meka-Dragon, va voir son apparence changée en… lézard ! Bien qu’il ressemble davantage à un dragon pour moi, mais soit, je ne vais pas tergiverser sur le nom choisi. Dès lors, vous allez devoir récupérer la Croix de Salamandre afin de mettre un terme à cette malédiction qui ne fait que commencer.

En effet, force d’avancer dans les niveaux, en explorant les divers environnements, vous ferez la rencontre d’ennemis de toutes sortes : du simple crabe, en passant par des grenouilles, serpents, nuages aux lunettes de soleil, fleurs cracheuses de feu, poissons et j’en passe. De nombreux autres monstres, fantômes, chevaliers samouraïs et ninjas sont eux aussi de la partie et ils sont bien plus coriaces d’ailleurs. Mais rien n’est impossible pour notre cher Hu-Man, désormais doté d’une apparence animale. Petit aparté en parlant de Hu-Man, cette version de Wonder Boy offre la possibilité d’incarner Hu-Girl. Rien ne change dans le scénario mais il n’en demeure pas moins un petit plus appréciable.

Le joueur se retrouve donc dans son petit village, faisant office de hub, et pourra accéder à tel ou tel environnement pour avancer dans le scénario. Chaque niveau se conclut par un boss et notre héros se verra alors changé une nouvelle fois en un tout autre animal. Au programme, vous deviendrez donc après Lézard-Man : Souris-Man, Piranha-Man, Lion-Man et Faucon-Man. Chaque espèce est bien entendu dotée d’une caractéristique qui lui est propre et c’est grâce à cela que vous pourrez accéder à divers endroits inaccessibles selon les autres transformations. Niveau prise en main, aucun souci à se faire de ce côté-là. Peu importe l’animal que l’on incarne, la maniabilité est au top. Je relèverai juste que l’allonge de l’épée quand on est en souris est toutefois très courte. Mais ça reste un léger détail en soi. Sinon en ce qui concerne les différentes transformations, j’ai davantage apprécié celle du lion et du faucon. Ce dernier ayant d'ailleurs la capacité de voler permet d’atteindre certains endroits en hauteur (forcément) mais offre aussi des phases de gameplay intéressantes.


On peut aussi ajouter que notre héros dispose de plusieurs armes secondaires, en plus de son bouclier et épée, comme des boules de feu, flèches, tornades et autres éclairs qu’il faudra utiliser à bon escient. Chacun de ces pouvoirs et facilement accessible et donc utilisable en un rien de temps. Pas de menu fastidieux donc, simple pression sur L ou R et le tour est joué. Et en parlant de pression, un simple appui sur ZR permet de passer visuellement en mode rétro et idem via une pression sur le stick droit pour écouter la bande son rétro. Je trouve que les développeurs ont fait du bon boulot à ce niveau, le passage de l’un à l’autre se fait sans accroche, comme vous pouvez le voir dans la capture vidéo publiée un peu plus bas.

On va s’attarder maintenant sur le rendu graphique de Wonder Boy: The Dragon’s Trap qui a été remis au goût du jour et c’est peu dire. Le jeu a donc subit un lifting de grande qualité avec une animation entièrement dessinée à la main et une bande son réorchestrée pour le plaisir des yeux et des oreilles. On ne peut rester de marbre face à une prouesse de cette envergure. Certes, il s’est écoulé un grand nombre d’années depuis la version originale mais il n’empêche que le travail effectué ici est d’excellente facture. Vous pourrez d'ailleurs apprécier ce travail au travers de moult images publiées en fin de test.

Pour en revenir à nos moutons, les univers sont très bien détaillés, très colorés et ne manque pas de petites portes secrètes. Et en parlant de secret, vous pourrez vous amuser à trouver les diverses épées, armures et autres boucliers. On peut donc confirmer que l’animation est ici très fluide, on prend un réel plaisir à jouer même si l’aventure s’avère de courte durée.
Bien que l’aventure soit des plus plaisantes et immersives, la durée de vie du jeu est donc l’un des points qui fâchent, car le jeu peut se terminer en moins de 4 heures si on y va d’une traite et en mode facile. Me concernant, j’ai opté pour la difficulté en mode « normal », ce qui m’a valu plusieurs morts face à certains boss et lors de passages bien plus retords notamment dans les dernières phases de jeu avec les samouraïs en armure et autres ninjas et têtes de pierre crachant des boules de feu. Bref… On aurait aimé que le plaisir soit plus long certes, et bien dans un sens il peut le devenir car une fois le jeu terminé vous pouvez poursuivre votre aventure dans un niveau dit « L’inconnu » qui sera accessible depuis une nouvelle porte apparu dans une maison. Et mine de rien, on en bave à mort dans ce niveau. Bon courage !

Sinon, je vous disais plus haut que je m’attarderais aussi sur le contenu de cette édition physique et c’est ce que nous allons voir de suite. En plus de proposer une cartouche de type Master System, on retrouve une jaquette réversible rappelant l’univers d’antan, un porte-clés, l’OST du jeu ainsi qu’un manuel en anglais. Dans ce dernier on y retrouve le scénario, diverses informations sur l’inventaire, les boutiques de soins/équipements, les divers personnages et autres items et j’en passe… On ne peut qu’apprécier le contenu de cette version et l’effort réalisé de proposer ce genre de goodies, là où d’autres éditeurs vont au plus simple. Aussi, on peut relever que le jeu de base sur l’eShop étant à 19.99€, il n’est pas abusif de voir le prix de cette version physique sur plusieurs sites à 29.99€.


Pour conclure, on ne peut donc que souligner plusieurs bonnes choses comme l’animation très fluide et les décors colorés ou encore un level design de très bonne facture. On ne manque pas non plus d’apprécier les artworks débloqués en cours de jeu que l’on pourra admirer depuis le menu principal, sa bande son toujours appréciable et ce qu’elle soit rétro ou remasterisée. Ces atouts majeurs sont donc les bienvenus par contre j’aurais apprécié une petite chose : pouvoir jouer en co-op. Cela aurait pu être intéressant de proposer ce mode une fois le jeu terminé une première fois par exemple. Outre cela, je reprocherai au jeu sa courte durée de vie mais qui en contrepartie écope de bien d’autres avantages.

Sur ce, je ne peux que vous conseiller cette version au format physique, surtout si vous êtes férus de goodies !

Test de Samy Joe


Toutes les images de gameplay et la capture vidéo publiées dans ce test sont issues de mes sessions de jeu.

Ce qu’on a aimé :
  • Les décors somptueux
  • La musique qui nous transporte à l’ère 8-bits
  • Le passage du remaster au rétro en une fraction de seconde
  • L’animation très fluide
  • La prise en main intuitive
  • Les raccourcis mis en place pour les items secondaires
  • Les goodies de la version physique !

Ce qu’on a moins aimé :
  • Une durée de vie qu’on aurait aimé voir bien plus longue
  • Pourquoi ne pas avoir pensé à un mode co-op ?
  • Certains passages un peu retords (en mode normal)

Prix : 29.99€ (version physique) / 19.99€ (eShop)
Genre : Action, Aventure
Taille : 862.98 MB
Développeur/Éditeur : Lizardcube / DotEmu / Headup Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur.


- Galerie d'images personnelles -




















Aucun commentaire:

Publier un commentaire