samedi 16 juin 2018

[GeeKritique] Ma critique de Hungry Marie Tome 1

Si je vous dis Beelzebub… Cela vous est peut-être familier. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, sachez que c’est une série écrite par Ryuhei Tamura qui a connu un certain succès. Elle met en avant Baby Beel, le fils du diable envoyé sur Terre pour détruire l’homme. Mais certaines circonstances font que ce bébé va être élevé par Oga, un jeune lycéen plutôt bagarreur. Je vous évoquais vite fait Beelzebub car c’est cette série qui a fait connaître l’auteur. Me concernant, j’ai découvert la série en animé (dont ma chronique est disponible via ce lien) et il est vrai que l’univers est totalement déjanté. Quand j’ai appris que l’auteur avait pondu une autre série du nom de Hungry Marie, ma curiosité a alors été piquée. J’ai donc eu l’immense plaisir de recevoir le premier tome (dont l’intégralité de la série en comprend quatre) de la part des éditions Kazé que je remercie énormément car la lecture fut des plus agréables et des plus drôles. Laissez-moi vous dire pourquoi.


Résumé de l’éditeur :
Taiga est amoureux de sa voisine Anna, dont le père est un prêtre catholique adepte de magie noire… Un jour, il la surprend en plein rituel visant à ressusciter Marie-Thérèse Charlotte, fille de la célèbre Marie-Antoinette et accepte de "collaborer" avec elle. Mais, avant la cérémonie, la foudre s’abat sur Taiga ! Son esprit se retrouve alors enfermé dans le corps de Marie-Thérèse… Et quand la jeune princesse a faim, le processus s’inverse ! Compliqué pour le lycéen d'avoir une vie normale après ça, sans même parler de conquérir le cœur d’Anna !!

Une église serait hantée… C’est ce qu’il se dit et du coup Taiga et son ami Mamoru y vont afin de tirer les choses au clair. Alors qu’ils souhaitaient immortaliser le moment, une personne ouvre la porte. Terrifié, Mamoru prend les jambes à son cou. Taiga, lui, fait alors la rencontre d’Anna, pensant à ce moment-là qu’elle n’était qu’un fantôme. Tous deux sont voisins, Taiga vit avec sa grand-mère et Anna son père mais les deux anciens ne s’entendent pas des masses. Cependant, Anna et Taiga auraient aimé que la situation se passe autrement, Anna ayant reçu l’ordre de ne plus côtoyer Taiga.

Six ans se sont écoulés, Anna et Taiga ont bien muri. Et alors qu’un beau jour Taiga rêvassait, voilà qu’Anna entreprend un rituel à la vue de ce dernier. Cette jeune fille est une nécromancienne et souhaite ramener à la vie Marie-Thérèse Charlotte, dernière héritière du trône de France. De cette circonstance, elle n’aura pas d’autre choix que de faire de Taiga son complice, bien que le terme « sacrifice » soit de conséquence. Vous l’aurez compris, depuis ce jour, le quotidien de Taiga s’est vu chamboulé…

HARAPEKO NO MARIE © 2017 by Ryuhei Tamura/SHUEISHA Inc.

Ce ne serait pas vous spoiler que de vous dire que Taiga et Marie-Thérèse Charlotte ne feront qu’un à un moment donné, cela étant spécifié dans le synopsis de l’éditeur. Mais voilà, il semblerait que Taiga puisse redevenir lui-même par moments. Et tout ça n’est qu’une question de bouffe ! Quoi qu’il en soit, je ne m’attendais pas à sourire autant dans ce premier tome où l’histoire se place très rapidement. On ne perd pas de temps, le rythme est très bien soutenu et on apprécie grand nombre de situations. L’humour tient ici une place importante et Ryuhei Tamura s’en donne à cœur joie, ne manquant pas de faire certaines allusions à Ghibli, Mario (de Mario Bros.) allant même jusqu’à jouer sur certaines parties du corps quand l’esprit de Taiga se retrouve pris au piège dans le corps de Marie-Thérèse !

Comme je le disais donc, l’humour est ici bien représenté, avec des dessins très équivoques et l’action bien menée. Je ne me suis pas ennuyé une seconde lors de la lecture de ce premier tome, loin de là. Le mélange « pseudo histoire d’amour », baston, humour fonctionne très bien et ce n’est pas pour me déplaire. Nombreuses sont les situations déjantées, visuellement parlant, mais c’est aussi le cas dans certains dialogues et autres pensées.

HARAPEKO NO MARIE © 2017 by Ryuhei Tamura/SHUEISHA Inc.

J’apprécie beaucoup le design de la série, bien que les personnages ne soient pas des plus charismatiques mais ce n’est sans compter sur l’arrivée de Kaguya. J’aime beaucoup son style et son allure mais je ne vous dévoilerai pas qui est cette personne ni pourquoi elle apparaît ici. D’ailleurs on ne la voit que très peu. Enfin bref… Pour continuer sur ce qui m’a plus, je dirai que les 3 derniers chapitres sont les plus intéressants car on y découvre des situations plus compliquées à gérer que dans l’église. Sachez par exemple que Taiga se change en Marie-Thérèse en deux temps trois mouvements et qu’une fois au lycée les choses se compliquent davantage. C’est aussi sur la fin du tome que l’action se veut bien plus présente, on écope d’ailleurs de quelques combats où Marie-Thérèse se trouve au centre de l’action ! Et j’avoue que cela a plus d’allure que si c’était Taiga lui-même bien qu’il soit à ce moment-là enfermé dans Marie-Thérèse. Vous m’avez compris, enfin j’espère…

Je vais pour lors m’arrêter là en ce qui concerne ce premier tome, ne désirant pas trop vous en dévoiler, histoire que vous preniez plaisir à découvrir telle ou telle situation. Sachez que ce premier tome met en avant les personnages principaux, certes, mais qu’il en intègre d’autres en fin de tome. La panoplie de personnages est ici bien garnie, la relation entre notre trio (duo en fait mais bon) Taiga/Anna/Marie-Thérèse fonctionne très bien et c’est ce qui offre au lecteur la bonne humeur nécessaire pour apprécier pleinement ce tome. Une fois terminé, un bref aperçu de ce qu’il vous attend dans le second tome est annoncé et je pense que les futurs événements risquent de bien nous faire marrer quand on aperçoit l’endroit où Anna et Marie-Thérèse se rendront, ce qui risque de faire des étincelles !

Affaire à suivre donc et rendez-vous fin août (le 22) pour la sortie du second tome !

GeeKritique de Samy Joe


Hungry Marie Tome 1
De : Ryuhei Tamura

Date de sortie : 20 juin 2018
Genre : Action, Comédie, Fantastique
Public : 12+

Lire les premières pages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire