mercredi 6 juin 2018

[GeeKritique] Ma critique de Lost Children Tome 1

Nous allons aujourd’hui nous attarder sur une des dernières séries acquises aux éditions Ki-oon avec Lost Children, manga crée par Tomomi Sumiyama qui signe là sa première œuvre. Lost Children est à ce jour, et pour l’année 2018, le troisième titre 100 % création chez ki-oon. Ici, le lecteur se plonge dans un univers dark fantasy où nous allons suivre deux jeunes garçons qui ont été séparés par la guerre.


Résumé de l’éditeur :
Ran, spécialiste de l’arme blanche, est un soldat embarqué dans un groupe de rebelles. Dans une société régie par un système de castes, les Gathiya sont voués à une vie de misère. Ils placent leurs espoirs de changement dans l’armée révolutionnaire à laquelle appartient le jeune garçon. Mais lui rêve d’autre chose : retrouver Yuri, son frère de cœur, sa seule famille… 
Loin des combats qui rythment le quotidien de Ran, Yuri mène une vie de recueillement dans un village sacré caché au cœur de la jungle. Mais il est lui aussi confronté à la violence des hommes qui s’entre-déchirent dans des luttes de pouvoir. Dans toute cette folie, il ne peut oublier l’existence de son ami.

Ce premier tome, composé de 3 chapitres, met en avant les deux personnages principaux que sont Ran (chapitre 1) et Yuri (chapitre 2) avant de proposer un troisième chapitre dont je ne dévoilerai pas le titre. Je ne m’attarderai pas non plus sur ce dernier pour vous laisser un petit effet de surprise. En ce qui concerne les deux premiers chapitres, on s’attarde certes sur nos 2 principaux protagonistes en découvrant une partie de leur quotidien mais on apprend surtout que les riches dépouillent les pauvres. En fait, le scénario met en avant un royaume constitué de plusieurs provinces où un système de castes est mis en place. Du coup, les pauvres donnent aux riches. Ces mêmes pauvres ont du mal à accéder à une place meilleure dans la société ce qui va alors engendrer un certain souci où cette classe de personnes va alors se rebeller.

© Tomomi Sumiyama / Ki-oon

Lost Children nous offre une intrigue assez intéressante mais je dirais que ce qui m’a le plus touché est au niveau de la relation entre Ran et Yuri. Le lien qui les uni est des plus forts, voire une telle amitié est donc ce qui a su me captiver dans ce tome. On les découvre au moment présent mais on ne manque pas d’événements passés montrant que cette amitié n’a fait que grandir au fil du temps. L’un compte beaucoup pour l’autre et ce premier tome nous montre déjà pourquoi, le titre du chapitre 3 nous fournissant déjà un certain indice mais comme je le disais plus haut : motus et bouche cousue à ce sujet. Le troisième chapitre de ce premier tome est, me concernant, le plus intéressant car les événements qui y sont détaillés sauront peut-être vous toucher, du moins d’une certaine manière.



J’avoue avoir mis un certain temps avant de découvrir ce premier tome dans son intégralité malgré que les premières pages, jadis publiées par l’éditeur, aient su piquer ma curiosité. Ce premier tome de Lost Children m’a procuré un certain plaisir de lecture certes, mais j‘avoue ne pas être féru de séries arborant des faits réels ou de dark fantasy, outre quelques exceptions. D’ailleurs, vous pouvez découvrir en fin de tome plusieurs pages bonus évoquant l’univers de Lost Children, une interview de Tomomi Sumiyama ainsi que quelques mots sur divers faites réels. Cependant, la découverte fut agréable d’autant que les visuels sont de qualité. J’aime beaucoup la mise en avant de certaines pages et autres plans sans oublier d’apprécier le charisme de certains personnages. À titre personnel, j’aime beaucoup le style de Yuri. Aussi, on peut soulever que certaines scènes peuvent paraître violentes mais restent cependant assez brèves et peu nombreuses. Tomomi Sumiyama nous offre ici un premier manga dont le premier tome saura à coups sûrs trouver de fidèles lecteurs.

GeeKritique de Samy Joe


Titre : Lost Children T01
Auteur : Tomomi SUMIYAMA

Parution : 03-05-2018
Nombre de pages : 192

Lire les premières pages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire