vendredi 15 juin 2018

[TEST] Manticore - Galaxy on Fire sur Nintendo Switch

Parmi tous les genres de jeu disponibles sur la Nintendo Switch, il y en a un qui me fait toujours de l’œil, je parle des Shoot‘Em Up (Shmups pour les intimes). Il suffit de mélanger Space Opera, vaisseaux personnalisables et combats spatiaux pour piquer mon intérêt. C’est le cas ici avec Manticore - Galaxy on Fire.


La série des Galaxy on Fire arrive directement sur l’eShop avec sa troisième itération, mais pour les amateurs de jeux mobiles (Android et iOS), il est tiré d’une série qui est déjà bien connue, le premier épisode étant sorti sur smartphone il y a plus de 12 ans maintenant. Celle-ci s’est d’ailleurs créer une très bonne réputation de jeu mobile solide au contenu plutôt étoffé pour le support. Les deux premiers de la série ayant attirés vers eux un public pris par le genre (peu représenté sur mobile), les dogfights nerveux et les jeux à l’esthétique léché.


Avec ce troisième épisode, la série nous emmène dans une nouvelle partie de la galaxie ou se mélange mercenaires et criminels de tout poils. Une rencontre au sommet entre les différentes conglomérations qui veulent toutes s’approprier l’extraction du « Mhaan-tiq » (ressource à la fois rare et précieuse). Ce sera alors l’occasion d’organiser un sommet (à hauts risques) réunissant les responsables des différents consortiums afin de voir qui parmi eux pourrait se tailler la part du lion quant à l’exploitation de la précieuse ressource. C’est à ce moment-là que tout dérape et qu’une suite d’événements fera en sorte de nous plonger au cœur d’une situation qui nous dépasse de la tête et des épaules…

Personnellement, je regrette le fait que le protagoniste principal des deux épisodes précédents (Keith T. Maxwell) ait laissé place à un simple avatar sans nom, ni visage. Je reconnais à ce procédé des avantages quant à l’implication du joueur dans l’aventure, mais il introduit plutôt pour moi une distance qui n’est pas souhaitée. De plus, et c’est sûrement un problème plus lié au support qu’au jeu en lui-même, le scénario ne sert malheureusement que de prétexte à enchaîner les missions qui s’étalent complètement sur la longueur.


Il est également très triste de constater que dans ce troisième opus, le jeu s’est vu amputé de deux éléments fondamentaux qui faisaient en très grande partie l’intérêt des précédents opus : le système de commerce et l’exploration libre… On se retrouve ici cantonner à enchaîner les missions depuis le Manticore (vaisseau servant de hub), via une map galactique et le rythme s’en trouve complètement « saccadé ». C’est très regrettable…

Répétitive, sans intérêt réel (si ce n’est pour certaines d’entre-elles) ces missions ont au moins le bon goût de nous servir des dogfights bien nerveux et la personnalisation de notre vaisseau ne sera pas de trop pour faire face aux vagues d’ennemis et autres boss que nous rencontreront sur notre route. On enchaîne les missions qui suivent toutes un schéma très classique. Un gunfight, un combat de boss et une exploration « libre » de la zone qui permettra de recueillir quelques éléments servant pour le développement du Lore, ainsi que des pièces de vaisseaux à reconstituer afin d’en obtenir de nouveaux.


Chaque mission nous récompensera à sa manière. Tantôt d’une arme pour notre vaisseau, tantôt d’une compétence passive à équiper. Clairement, l’accent est mis sur les combats et je dois bien avouer que pour le coup, ceux-ci sont plaisants. Les ennemis sont réactifs et retords et les combats n’ont rien d’évident. Beaucoup de missions intégrant des boss (pratiquement à chaque mission) sont parfois très punitives, sa barre de bouclier et de vie fondant de concert comme neige au soleil. On se retrouve également accompagné dans chaque mission de combat de deux partenaires qui sont plus ou moins réactifs et servant plus comme des « pod de dégât » que comme de réelle aide.

La durée de vie quant à elle se trouve artificiellement gonflée avec toutes ces missions sans intérêt qui servent juste de prétexte à nous envoyer au combat. Le tout s’étire bien trop en longueur et on se perd rapidement dans le scénario tant celles-ci se ressemblent, que ce soit sur le fond ou la forme.



Techniquement, le jeu est plutôt agréable à l’œil, même si la sensation de voir un portage directement issu de l’univers mobile est très présent. Certaines textures font tâches et même le design parfois très sommaire des hyperstructures au milieu desquelles on se déplace laisse aussi à désirer. De plus, que ce soit lorsque la console est sur son dock où lorsque l’on joue en portable, le jeu se permet des ralentissements parfois à la limite du raisonnable. L’optimisation aurait vraiment mérité d’être mieux travaillée. C’est très regrettable là aussi car la Nintendo Switch est capable de bien mieux.

Je ne pouvais pas finir ce test sans parler de la multitude de bugs auxquels j’ai été confronté. Frustrant et pénalisant pour certains, ils rivalisent même en diversité. Bugs sonores, freezes multiples, traduction plus qu’hasardeuse… Allant même jusqu’à m’obliger à revenir sur le menu de la console afin de quitter le jeu et le relancer. Clairement Manticore - Galaxy on Fire n’a pas bénéficié du soin qu’on pourrait attendre d’un jeu disponible sur l’eShop. Et aucun nouveau patch en vue à l’horizon, car oui un premier patch a été de mise avant la sortie du jeu, ce pourquoi il avait été repoussé…


Tout est dit, mais Manticore - Galaxy on Fire n’est pas un ratage complet. Il montre parfois de bonnes choses : des dogfights solides et une esthétique parfois plaisante entre autres… Mais clairement, il est très loin de ses deux aînés sur tout les autres points et c’est bien dommage car c’est aujourd’hui cette épisode qui nous intéresse. Truffés de bugs, mal fichu tant sur sa réalisation que son level-design très sommaire, il est bien plus proche du jeu mobile à l’état brut que d’un portage digne de ce nom. Bourré de bonnes intentions, il finit malheureusement par s’écraser en plein vol. Et dans l’espace, personne ne vous entend crier…

Test de Le Gamer Barbu


Ce qu'on a aimé :
  • Des dogfights nerveux et plutôt plaisants
  • Des graphismes « parfois » jolis
  • Une maniabilité au top

Ce qu'on a moins aimé :
  • Un titre qui fait vraiment trop « jeu mobile »
  • Des graphismes souvent sommaires
  • Une OST mi-figue mi-raisin
  • Des bugs en pagaille
  • Une durée de vie gonflée artificiellement
  • Des ralentissements parfois à la limite du supportable (essentiellement hors dock)

Prix : 19.99€
Genre : Actio, Jeu de tir
Taille : 2 845.84 MB
Développeur/Éditeur : Deep Silver Fishlabs / Koch Media

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire