jeudi 13 septembre 2018

[TEST] Ghost 1.0 sur Nintendo Switch

« Un homme qui reste homme, mais qui se transcende en utilisant de nouvelles possibilités de et pour sa nature humaine. » de J. Huxley. C’est sur cette citation que je souhaite commencer le test du jeu d’aujourd’hui, car oui, il va être question de transhumanisme, présenté aujourd’hui avec la toute première définition de ce terme. Ghost 1.0 est un jeu indépendant, dans le sous-genre du Metroidvania, plus précisément un jeu d’action-aventure, où pour pouvoir avancer dans l’histoire, il faudra passer et repasser dans des endroits déjà visités, mais grâce aux nouvelles capacités que l’on récupère sur notre trajet de nouvelles zones seront accessibles.


Ghost 1.0 est développé par Francisco «franfistro» Téllez de Meneses, et édité par unepic fran. Le jeu est sorti initialement sur Steam en 2016 mais la plateforme qui nous intéresse aujourd’hui est la Nintendo Switch.

L’histoire nous est introduit par une cinématique réalisée en dessin-animé, ce qui, je trouve, donne beaucoup de charme à la scène, à vrai dire, aux scènes mais on y reviendra. Deux hommes, visiblement des hackers professionnels, discutent avec un robot, ou devrais-je plutôt dire "une" robot. En effet, ce robot est une I.A. féminine, répondant au doux nom de Ghost.

La conversation des ces trois personnages tournent autour d’un job, les deux hackeurs, Boogan et Jacker ont embauché Ghost afin de se rendre dans une station spatiale, le Nakamura, pour y dérober un grand secret caché dans la station la plus protégée de l’espace ! Bien sûr, le gouvernement n’a pas l’air tout rose dans l’histoire et veut à tout pris garder sous silence ce qui se cache dans la station.


Le début de l’histoire est très simple, mais diablement efficace. Tout comme des très bons films de science-fiction, le scénario commence très vite. Nous sommes introduits dans l’action directement en arrivant dans le Nakamura. En effet, malgré une petite attente dans la première salle pour découvrir les bases du gameplay, à savoir comment tirer, sauter... D’ailleurs ça me fait penser que j’ai changé certains boutons d’action pour une aisance dans ma façon de jouer, notamment le bouton de saut qui est de base sur une gâchette que j’ai ramené sur le bouton B qui pour moi est bien plus pratique ! 

Nous enchaînons les pièces de la station spatiale en tombant sur nos premiers ennemis, nos premiers défis... Mais surtout ce qui m’a marqué ce sont les interventions de Boogan et Jacker qui sont souvent très hilarantes, à base de références et autres bris de 4e mur, ce qui fait toujours mouche me concernant je dois l’avouer ! Cependant, cela ne casse en rien l’immersion dans l’histoire ! Bien au contraire, je trouve que cela apporte beaucoup de matière et de profondeur aux personnages. Ils en deviennent très sympathiques et au vu des références utilisées, nous projette plus facilement dans l’univers, pas si éloigné du notre !


Quelques questions doivent vous brûler les lèvres... Que cache la station Nakamura ? À quel point le gouvernement est-il impliqué ? Mais surtout, est-ce que Ghost est bien la personne qu’elle prétend être ? Pour répondre à toutes ces questions, je vous invite à vous lancer dans l’aventure, car elle est vraiment sympathique mais... l’histoire ne fait pas tout ! Bien évidemment ! Qu’en est-il du gameplay ?

Le gameplay me fait beaucoup penser un à Super Metroid, on avance avec le stick gauche, un bouton pour le saut, un pour tirer, d’ailleurs on vise avec le stick droit, ce qui avouons-le doit être très bien à la souris (au vu de la sortie initiale du titre), mais avec une manette, je trouve ce système un peu archaïque, cependant, il faut bien avouer que cela a bien été adapté. Autrement, pour le reste, il s’agrémentera d’améliorations à récupérer le long de votre périple, un double saut, une tourelle volante vous suivant et tirant avec vous ! Du assez bon dans l’ensemble, mais il faut l’avouer, pour le sous-genre auquel appartient le jeu, c’est très classique !


Mais le point le plus intéressant du gameplay de ce Ghost 1.0 c’est le pouvoir principal de notre protagoniste ! Le fait de pouvoir sortir de son corps robotique, devenir une sorte de fantôme et errer en flottant dans les airs pour entrer et contrôler les ennemis et ainsi résoudre des énigmes, mais aussi de pouvoir abattre les autres antagonistes proche du personnage que nous contrôlons ! C’est ainsi que le nom du jeu et de notre personnage prend tout son sens ! Oui, pas besoin d’en dire davantage, vous avez compris !

La carte du jeu se dévoile petit à petit, tout en dévoilant des petits passages permettant de gagner du temps, lorsqu’il vous faudra revenir sur vos pas ! Un petit plus bien agréable, c’est que le jeu a nativement des succès ! Pour un fan de trophées comme moi, avoir des succès sur Nintendo Switch c’est du pain béni ! Je vous parlais tout à l’heure des cinématiques réalisées dans un style de dessin-animé, avec un style de dessins bien particulier, que vous pourrez voir dans les images tirées de mes propres sessions de jeux ! Et bon dieu que ce style est cool ! Pas forcément d’une grande beauté, mais cela fait tout son charme ! Les personnages, Boogan et Jacker, sont les premiers que l’on voit. Ils ont un style assez caricaturale, tout comme les autres personnages d’ailleurs, mais malgré leurs style, leurs chara-design est tout bonnement cool !


Tout le jeu est doublé en anglais, des sous-titres français sont disponibles mais il ne faut pas oublier de les activer ! Et les acteurs se donnent à cœur joie dans leurs exagérations des archétypes des personnages qu’ils incarnent ! L’animation, en revanche, est, elle, très basique. Cela m’a fait penser aux « vieux » dessin-animé japonais des années 80/90. Je pense que ce jeu a été réalisé, de par ses graphismes, son humour décalé, son gameplay et son histoire, comme un immense hommage aux jeux Metroid, mais également aux séries animées japonaises et aux films de SF des années 90.

Le tout étant savamment bien réalisé, ce mélange de genre tombe totalement dans la « Suspension consentie de l’incrédulité », c’est une expression qui est utilisée pour toutes les œuvres de fictions existante. Elle implique qu’une sorte de contrat est passé entre le spectateur, ici le joueur, et le réalisateur/écrivain, pour que nous acceptons ce que nous propose l’histoire, même si celle-ci se passe dans un univers différent tant que le tout reste cohérent.

Pour continuer la comparaison avec Super Metroid, Ghost 1.0 est un scrolling 2D, les décors ne sont clairement pas dingues.. En même temps on se trouve dans une station spatiale donc le tout est très gris.. Assez terne, dommage pour cet aspect surtout quand on voit la qualité certaine des cinématiques.



Pour conclure Ghost 1.0 est un bon petit jeu dans le sous-genre Metroidvania, il n’est pas exempt de défauts, les graphismes in-game, la musique aussi n’est pas excellente, ce que je trouve un peu dommage pour un titre se passant dans l’espace Il y aurait eu moyen de faire quelque chose d’autre, mais ici qu’on soit bien d’accord ce n’est que purement subjectif. Mais je n’oublie pas tous les bons côtés, qui m’ont fait passer un excellent moment devant ce Ghost 1.0. Je retiendrai surtout cet humour, les cinématiques dans un style particulier et très appréciable, sans oublier le gameplay qui fait clairement le café pour un jeu de ce genre !

Aussi, vous pourrez retrouver ce titre sur les plateformes de téléchargement de votre choix, à savoir Nintendo Switch, Xbox One et PC au prix de 9,99€.

Test de Mystic Falco


Ce qu’on a aimé :
  • Les personnages qui nous accompagnent lors de notre périple et leurs interventions
  • Son trait d’humour savoureux
  • Les succès in-game
  • De bonnes cinématiques de part le style (dessin-animé)

Ce qu’on a moins aimé :
  • Des graphismes un peu passés, fades...
  • L’OST vraiment pas immersive

Prix : 9.99€
Genre : Metroidvania - Action/Aventure
Taille eShop : 327,16 MB
Développeur/Éditeur : Unepic Fran

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire