mercredi 31 octobre 2018

[GeeKritique] Ma critique de Peleliu Tome 1

Après avoir découvert la série « Survivant – L’histoire du jeune S » (dont vous pouvez lire mon avis via ce lien), édité par les éditions VEGA, je me suis cette fois lancé dans Peleliu qui traite d’un sujet bien différent et bien plus violent : la guerre ! Après avoir découvert 2 séries sur les 3 récemment acquises, je dirais que cette nouvelle maison d’édition frappe assez fort offrant déjà 2 séries qui ont su me plaire et me toucher à leur manière. Je vais donc ici partager mon ressenti après avoir lu ce premier tome de Peleliu, une série réservée à un public averti.


Résumé de l’éditeur :
"Eté 1944, à la fin de la Guerre du Pacifique, la section de Tamaru est en poste sur l'île de Peleliu. Ce simple soldat rêvant de devenir un jour mangaka y découvre un paradis, recouvert de verdure et entouré d'une mer turquoise préservée par son récif corallien. Un paradis qui va se transformer en un infernal champ de bataille, où vont s'entretuer 50 000 soldats, japonais et américains, autour d'un aéroport alors considéré comme stratégique. L'armée américaine expédiera 40 000 militaires d'élites, tandis que l'armée japonaise fera front avec une réserve de 10 000 soldats, ayant reçu l'ordre de résister jusqu'au dernier. Voici un document vérité sur le terrible quotidien d'une jeunesse détruite par la guerre."

Mais quelle surprise de taille ! Certes le sujet abordé est assez difficile en soi, on est ici en temps de guerre, mais la manière dont nous est conté cette histoire est assez puissante. J’ai beaucoup aimé la façon dont les événements sont dévoilés, la violence ici présente est camouflée grâce à des personnages dessinés d’une manière intéressante, ces derniers étant au format SD. Pour faire simple, les personnages sont dessinés avec de petits corps et une tête bien plus grande que la normale, ce qui donne justement un aspect « moins sérieux » pour dévoiler des événements qui eux ont une grande importance. Cela sert en sorte de camouflage pour atténuer les choses horribles vécues en temps de guerre.

© Kazuyoshi Takeda 2016 / Hakusensha

On fait la connaissance, dans ce 1er tome de Peleliu, d’un soldat du nom de Tamaru qui se retrouve sur l’île de Peleliu en temps de guerre. Ce jeune homme rêve de devenir mangaka et du coup il en profite par moments pour dessiner ce qu’il voit sur le champ de bataille, des journées très intenses, très rudes sans manquer de tristesse… Il fait cela aussi dans le but de pouvoir montrer à d’autres ce qu’il a vécu de l’intérieur. Comme évoqué, nous sommes ici en pleine guerre, le Japon fait face aux Ricains et on y découvre de nombreux cadavres amassés les uns sur les autres, la violence ne nous est pas cachée mais elle est dessinée d’une manière très propre. Les dialogues entretenus entre soldats sont à la fois grossiers et amicaux, tout dépend de la situation en cours. C’est mêmes très crus par moments. Après la guerre est une chose très difficile à vivre, je verrais mal les soldats prendre des gants pour échanger leurs ressentis. Ici, ces braves soldats ne mâchent pas leurs mots, ce qui se comprend totalement et c’est aussi ce qu’on apprécie !

Ce premier tome va donc nous dévoiler le quotidien des soldats japonais qui font face aux forces américaines. On les voit se cacher des bombardements, mais malheureusement certains périssent de ces attaques. D’autres meurent aussi bien plus bêtement, dans le sens où par exemple pour fuir un événement un soldat tente de se rhabiller mais trébuche s’ouvrant le crâne sur un rocher. On découvre aussi certains autres événements ou autres situations assez tristes, horribles même voyant un soldat récupérer des vivres et autres accessoires d’un de ses compagnons tombé au combat. Et on ne s’arrête pas là... Il y a d’ailleurs une situation qui m’a saisi, quand un soldat fait face à un choix difficile. Il doit alors faire ce qu’il faut pour abréger les souffrances d’un soldat. Je vous laisse imaginer...

© Kazuyoshi Takeda 2016 / Hakusensha

J’ai beaucoup aimé la manière dont les dessins mettent en avant cette histoire difficile. Le coup de crayon est ici très appréciable, écopant d’un style qui lui est propre et qui, bien que particulier, met au final bien en avant le quotidien de ces soldats. Aussi, j’aime la manière dont est narré ce premier tome, cela m’a même fait penser à une sorte de « documentaire » dans le déroulement de certaines situations, où quand on écope de pensées. De même que certaines pages sont dédiées à diverses explications, histoire de mieux informer le lecteur sur tel ou tel événement.

Ce premier tome est assez marquant, très instructif dont le sujet abordé est des plus difficiles à vivre. Et ici notre cher Tamaru tente de le vivre « au mieux ». On lui affectera d'ailleurs une mission particulière, celle d’écrire les lettres aux familles quand un soldat est mort.

J’ai trouvé que ce premier tome de Peleliu était très poignant se terminant par une fin plutôt émouvante… Un tome que j’ai pris plaisir à découvrir ! Mon seul regret est de constater que les pages ne soient pas bien blanches (idem pour Deep Sea Aquarium Magmell), contrairement à Survivant. Mais c’est histoire de chipoter.

Sur ce, j’attends le second tome avec grande impatience !

GeeKritique de Samy Joe


Peleliu Tome 1

de : Takeda Kazuyoshi
avec le concours de M. Masao Hiratsuka

Genre : Drame, Historique

Aucun commentaire:

Publier un commentaire