mercredi 7 novembre 2018

[GeeKritique] Ma critique de Dog End Tome 1

J’avais déjà lu les premières pages de Dog End peu de temps après l’annonce des éditions Kana, à savoir qu’ils avaient acquis la licence en France. Ce manga, scénarisé et dessiné par Yurikawa, nous plonge dans un polar sans temps mort où 2 hommes que tout oppose vont devoir unir leurs forces afin de protéger Mana, une jeune ado de 14 ans prise entre les griffes d’organisations mafieuses. Après la lecture de ce premier tome, permettez-moi de vous faire part de mon ressenti.


Résumé de l’éditeur :
Afin d’assurer la protection d’une jeune fille de 14 ans coincée dans une guerre de succession entre clans mafieux et autres puissants conglomérats, le sérieux inspecteur Hatori se voit contraint de collaborer avec le fantasque Kurômaru Wakatsuki, un tueur légendaire, connu dans le milieu sous le nom de « Black Dog ». Ce duo mal assorti parviendra-t-il à s’entendre suffisamment pour tirer la jeune Mana des griffes de la horde de tueurs lancés à ses trousses ?

Quand un flic qui ne jure que par sa carrière doit faire équipe avec un tueur de renom, autant dire que ça fait des étincelles et c’est peu dire. Ce premier tome de Dog End nous place assez rapidement les bases de l’histoire afin que nous puissions sans trop attendre savoir à quoi nous en tenir ! Et en toute honnêteté c’est du tout bon. J’ai apprécié la lecture de ce premier tome qui met donc en avant un duo très énergique. On ne s’ennuie pas et les événements s’enchaînent assez vite permettant au lecteur d’être entièrement saisi chapitre après chapitre. En plus du scénario très intense et bien ficelé, les dessins y sont pour beaucoup. Yurikawa met vraiment bien en avant l’action en cours en nous offrant des vignettes de qualité. Je veux dire par là qu’en plus d’un travail bien appliqué, les vignettes elles-mêmes sont positionnées de manière à ce que l’action soit davantage dynamique au travers d’une découpe saisissante par endroits. 

Nous sommes ici en possession d’un polar qui sait capter notre attention. Outre un scénario intense et des dessins de très bonne facture, nous découvrons que le duo dégage un grand charisme, que ce soit Kurômaru Wakatsuki (alias Black Dog) ou l’inspecteur Hatori, tous deux dégage une certaine « prestance ». J’avoue avoir une préférence pour l’ancien tueur Black Dog, le trouvant davantage badass. Il gère l’action d’une main de maître, surtout lors d’un combat particulier. C’est d’ailleurs là qu’on ressent une certaine démence de sa part émanant de son regard. Par contre, ces deux personnages ne sont pas les seuls à écoper d’une attention particulière niveau design, plusieurs autres personnages reçoivent ce même traitement de faveur : Mana, Mia avec ses formes pulpeuses ou encore Tôko… Bref, je ne vais pas tous les énumérer.


Mais comme je le disais, l’action ne manque pas et il n’y a pas que ça qui rend ce tome intéressant. L’humour tient aussi une bonne place dans ce premier tome, ce qui le rend davantage saisissant. C’est assez drôle de voir le duo travailler ensemble car ils n’ont pas la même façon d’agir ni de penser. Comme on le disait plus haut, il sont vraiment opposé l’un l’autre dans leur nature. Quoi qu’il en soit, le temps est agréable en leur compagnie, mais pas de tout repos donc car la violence n’est jamais bien loin. En parlant de violence, notez que la mention « pour public averti » n’est ici pas spécifiée. Toutefois, on en retrouve pas mal dans ce premier tome ainsi qu’une légère présence de « sexe », vraiment légère mais de ce fait, en plus de la violence, je dirai qu’il ne faut pas mettre ce tome entre toutes les mains.

Vous l’aurez compris, l’action se veut intense et bien que la violence soit ici présente, elle n’est pas non plus abusive et elle s’avère très bien maîtrisée par Yurikawa. Les personnages, qu’ils soient bons ou mauvais, sympathiques ou agressifs, tous écopent d’une attention particulière. La mise en scène est très bien ficelée, on prend vraiment plaisir à découvrir certaines scènes, ou encore à quelle point Yurikawa gère le passage du clair au sombre. Il reste encore un peu de mystère à découvrir autour de certains personnages, histoire de ne pas d’emblée tout dévoiler et c’est avec engouement que j’attends la sortie du second tome !

GeeKritique de Samy Joe


Dog End Tome 1
de : Yurikawa

Date de parution : 5 octobre 2018
Pagination : 200 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire