mercredi 14 novembre 2018

[TEST] Trailblazers sur Nintendo Switch

Un jour certains se sont dit que juste faire la course ça devenait un peu trop banal. Tout comme le fait de concourir seul contre tous. Du coup, les développeurs de Supergonk ont eu la bonne idée de créer un jeu de course futuriste misant sur la coop en y intégrant un système de peinture à balancer sur la piste. À première vue, on se dirait que ce mélange peut paraître étrange mais détrompez-vous, l’idée est ici très originale et après avoir passé plusieurs heures sur la version Nintendo Switch de Trailblazers, je vais vous dire pourquoi on apprécie ce subtil mélange de F-Zero à la sauce Splatoon !


Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à peine lancé on passe de suite aux choses sérieuses. Je veux dire par là qu’on ne perd pas de temps à apprendre les bases de la conduite et du concept à balancer de la peinture sur la piste. Comme évoqué donc, Trailblazers mise sur la coop et de ce fait vous pouvez laisser une trainée de peinture derrière vous qui, non seulement vous servira éventuellement pour plus tard à gagner un boost, mais sera surtout utile pour vos coéquipiers. Il faut savoir que quand votre bolide passe sur cette peinture de couleur, correspondant à celle de votre équipe, vous écopez donc d’une accélération. Chose primordiale ici car c’est ce qui va mettre aussi en avant l’effet de coopération. 

On apprend donc les rudiments du gameplay, comment user à bon escient de sa réserve de peinture, tout en gardant le contrôle de son bolide. Et mine de rien ce n'est pas toujours chose aisée. Il faut avouer qu'il faut un certain laps de temps avant de maîtriser parfaitement son véhicule. Je veux dire par là que cela ne se fera pas sans un minimum d'entraînement. Non pas que la maniabilité n'est pas bonne, car elle l'est, mais c'est surtout dû au fait que les bolides vont vite, très vite. Alors certes l’impression de vite est bonne mais du coup on se prend vite une barrière. Il faut donc penser à ralentir mais pas trop et user avec stratégie de sa peinture sans manquer de recouvrir celle de votre adversaire par la même occasion. Déjà que le jeu est plutôt coloré, du coup avec toute cette peinture on se retrouve au final avec des circuits entièrement repeints. On soulèvera aussi qu'il est possible de balancer un jet de peinture vers l'avant, histoire de mettre en difficulté son adversaire, ou sans mâcher nos mots : l'envoyer paître dans le décor !


Et en parlant des décors, je les trouve réussis. Le rendu graphique est de bonne facture dans l'ensemble, l'effet cell-shading rend agréablement bien pour ce type de jeu. Tout se passe bien en pleine course quand on fonce de manière normale. Il est d'ailleurs difficile d'obtenir une capture d'écran propre, bien nette quand on sait que la vitesse de défilement est assez rapide. Du coup, on soulèvera que par moments on écope d'un effet de flou assez désagréable lors d'un choc sur une barrière ou un autre bolide, comme vous pouvez le constater sur les captures d'écran ci-dessus faites lors de mes diverses sessions de jeu.

Au niveau des courses, certaines sont plus détaillées que d’autres mais dans l'ensemble c'est très agréable à regarder, on ne se sent pas agressé par tant de couleurs. Tout cela offre même un certain dynamisme lors des affrontements et tout cela se marie fort bien à l'univers ici mis en avant, un univers très futuriste.


Et tout ça agrémenté par une bande bande son du genre électro qui intensifie bien l'action dans les divers circuits, nous immergeant davantage dans la course. Par contre, pour ce qui est des courses, je trouve qu'on est assez limitées en nombre, davantage de contenu aurait été le bienvenu. Nous avons ici une dizaine de circuits proposés aussi en mode inversé et miroir. Après, sachez que le jeu se joue en multi local jusqu’à 4 joueurs mais qu'il est aussi jouable en ligne jusqu’à 6. Par contre, le jeu n'étant pas encore sorti officiellement, je n'ai pu tester le mode en ligne. Cela restait constamment sur l'attente de joueurs malgré que j'ai activé le jeu en cross-plateform.

On peut tout de même soulever qu'une fois en réseau on risque de se mesurer à des joueurs bien plus expérimentés car comme je le disais le jeu étant cross-plateform, cela nous permettra d'affronter d'autres joueurs en ligne qui disposeraient d’une version PS4, Xbox One ou encore PC. Et comme le jeu est sorti bien avant sur ces plateformes, ces derniers ont donc un léger avantage... Bref, il ne tient ensuite qu'à vous de rétablir l'équilibre.


Dans Trailblazers, on peut opter pour un Mode Histoire (1J) proposant plusieurs chapitre, puis un mode Coupe (1J), des courses personnalisées (1J à 4J) ou des courses en ligne (1J à 4J depuis la même console). Vous pouvez incarner plusieurs pilotes (parmi 8, puis 9) et opter pour divers bolides, chacun d'entre eux disposant de leurs propres caractéristiques et cela qu'il s'agisse de véhicules ou de personnages. À vous ensuite de montrer ce dont vous êtes capable sur les différentes pistes que compte le titre. Sachez d'ailleurs que chaque course offre un certain degré de réussite car il existe plusieurs défis à réaliser sur telle ou telle course, comme par exemple de boucler le circuit en un temps imparti ou terminer au moins à une certaine place et j’en passe.

Réussir donc à finir premier est bien sûr votre objectif en tant que coureur mais il ne faut pas manquer de marquer des points ! Selon les actions que vous ferez, la surface peinte et sur laquelle vous passerez vous attribuera des points. Du coup, d’une course à l’autre l’intérêt est différent, les objectifs demandés n’étant pas toujours les mêmes. Tout comme les différents univers ici présents, ces derniers variant il faut adapter son pilotage en fonction du terrain. Le style de conduite est alors différent d’un circuit à l’autre cela a donc une influence sur le pilotage et comme je l’évoquais c’est alors qu’il faut faire attention aux chocs sur les barrières car cela vous ralentira de manière conséquente.



Lors de mes diverses sessions de jeu, davantage réalisées en mode TV, j’ai tout de même ressenti quelques baisses de framerate. Rien de bien méchant et infime mais je tenais tout de même à soulever cet incident. Que l’on joue en mode TV ou qu’on opte pour le jeu en mode portable, la fluidité est bien présente. Malgré quelques collisions punitives, le jeu est agréable à jouer et comme je le disais le concept ici proposé est original jumelant la peinture au système de coop. Cela donne même un petit côté stratégique au jeu, tout comme le faut de personnaliser son bolide afin de pouvoir en faire un meilleur usage sur les différents circuits proposés. Trailblazers est un titre sur lequel on se défoule plutôt bien que ce soit seul ou entre amis, bien que je conseille cette dernière utilisation offrant une situation bien plus joviale.

Test de Samy Joe

Ce qu’on a aimé :
  • L’aspect futuriste qui émane du jeu
  • Un concept original et bien pensé
  • La fonction coop et son mode multijoueurs (local et en ligne)
  • De bonnes sensations de vitesses
  • L’ambiance sonore
  • Le cross plateform
  • Le rendu graphique très coloré et de bonne facture...

Ce qu’on a moins aimé :
  • ... mais qui provoque par moments des effets de flou désagréables
  • Légères chutes de framerate
  • Le manque de circuits
  • Pas de capture vidéo


Prix : 29.99€
Genre : Course
Taille eShop : 947.91 MB
Développeur / Éditeur : Supergonk / Rising Star Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l'éditeur. Les images publiées dans ce test sont issues de mes propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire