vendredi 21 décembre 2018

[TEST] Bendy and the Ink Machine sur Nintendo Switch

Connaissez-vous l'angoisse... Cette peur permanente qui stagne autour de vous, qui ne vous quitte jamais et qui vous force à trouver la cause de votre tourment par tous les moyens ? Eh bien c'est ce qui risque de vous arriver si vous jouez à Bendy and the Ink Machine, en plus de risquer de détester à tout jamais les cartoons en noir et blanc ! Enfin c'est ce qu'ont voulu faire les développeurs de Joey Drew Studios Inc et nous allons voir s'ils ont réussi leur pari, ici même sur Nintendo Switch, si le cœur vous en dit bien sûr...


Vous incarnez Henry, ancien dessinateur de cartoons en noir et blanc, qui après avoir reçu l'invitation de son vieux collaborateur d'il y a 30 ans, Joey Pal, va se retrouver plongé dans une aventure qu'il n'imaginait pas, et nous non plus d'ailleurs ! Et j'espère que vous aimez l'encre, car c'est le moteur principal de cette histoire, il va y en avoir énormément, elle va couler partout et être aussi bien votre meilleure alliée que votre pire ennemie... Au moins vous êtes prévenus !!!

L'ambiance sombre et sépia des screens que vous allez voir ne doit pas vous rebuter car elle est totalement adaptée au style graphique du jeu. Plutôt que de proposer de simples graphismes en noir et blanc pour s'adapter aux dessins animés de l'époque, cette petite touche chaleureuse, si je puis dire, va procurer au titre son aspect assez unique et encore plus vous plonger dans son monde fantastique. Car en effet les lieux arpentés seront à l'image d'un vieux cartoon dont la pellicule brunie par le temps vous aurait happé. D'ailleurs, la vue à la première personne est celle qui a été choisie pour vous immerger encore plus dans l'aventure. Et même si au final les commandes restent simples (avancer, sauter, attaquer et valider), elles suffisent amplement à tout ce qu'apporte le jeu, à savoir, angoisse, réflexion, action et le plus important c'est que tout reste totalement jouable.

J'espère aussi que vous ne souffrez pas de claustrophobie parce que vous serez pour la majeure partie du temps enfermé entre 4 planches, si je puis dire, car le bois fera partie intégrale du décors que vous allez traverser, renforçant d'autant plus le choix de la couleur principale du jeu. Mais n'oublions pas l'encre, cette seconde donne indispensable au bon déroulement de celui-ci. Elle prendra vie dans différents personnages, éléments du décors et créatures que vous allez croiser, affronter ou peut être simplement fuir... Elle est omniprésente et aura toujours quelque chose à vous apporter dans les différentes énigmes ou à vous faire combattre quand les ennemis sombres viendront vous surprendre. Car comme souligné précédemment, ce jeu n'est pas qu'un simple voyage où résoudre quelques énigmes suffiront à vous faire avancer. Certains instants bien trouvés sauront vous faire sursauter, cogiter et même vous forceront à parfaire vos réflexes dans des situations bien plus périlleuses et souvent mortelles...


Ceci dit, la difficulté ne viendra pas forcément des combats eux mêmes (quoi que...), mais souvent plus du manque d'indices pour résoudre certaines énigmes. Alors certes elles ne sont pas très compliquées dans l'ensemble et auront même une certaine facilité dans certains cas, mais il faudra souvent chercher dans les labyrinthes qui vous sont proposés un peu à l'aveuglette. Malgré tout on fini toujours par s'en sortir, plus ou moins indemne. Mais n'allez pourtant pas croire que Bendy n'est qu'un simple jeu d'énigmes/action. L'histoire est belle est bien présente et pour ceux qui s'y plongeront, elle saura retenir votre attention tout du long de votre périple de 5 à 7 heures pour le premier run selon votre tendance à foncer ou à fouiller.

Tout cela étant dit, il faut bien parler de la technique du jeu, qui hormis ses couleurs bien choisies a d'autres qualités ou défauts à faire valoir. Les graphismes ont une touche assez travaillée, qui donnent au titre une identité propre et qui rappelle indéniablement les vieux cartoons du siècle dernier et de ce fait renforcent l'aspect un peu malsain du jeu, notamment grâce au personnage principal « Bendy » qui grâce à son sourire sur quasiment touts les dessins ou autres pancartes renforcent ce sentiment de mal-être constant. De ce fait, l'appréciation sera assez personnelle, mais le titre est quand même travaillé sur ce plan, bien que parfois un peu simpliste dans ses modèles 3D.


Techniquement, le jeu est assez fluide, mais à tendance à ne plus trop l'être dans les rotations rapides du joueur. Qui, même si elles sont paramétrables dans les diverses options du jeu, ne changent rien au fait que de ce côté-là ce n'est pas parfait et que la résolution est parfois capricieuses sur certains aspects assez importants du jeu.

Car si en portable ou en dock tout est assez détaillé et parfaitement lisible, parfois vous trouverez de vieux lecteurs de cassettes avec des histoires sur le studio, qui sont d'ailleurs très intéressantes pour comprendre les personnages et le passé de vos anciens collègues. Mais comme tout est parlé en anglais, tout le monde ne comprendra pas. Heureusement, il y a une note traduite en français qui s'affiche à l'écran en même temps que la cassette est lue. Et c'est là que le bât blesse... C'est illisible !!! Que ce soit sur la TV où c'est légèrement atténué ou en mode portable il est quasiment impossible de lire ce qui est écrit tant l'écriture est floue ou dédoublée. C'est à chaque fois une épreuve pour nos yeux de déchiffrer le texte et on finit par laisser tomber. Du coup on perd une grosse partie de l'histoire si l'on n'est pas parfaitement bilingue...


En marge de la technique globale du jeu, pendant le test 2 bugs sont venus entacher mon aventure : le premier lorsqu'un des personnages qui m'accompagne devait m'ouvrir une porte et qu'il est resté coincé dans un ascenseur sans aucun moyen de le faire sortir et qu'il a failli me faire recommencer le jeu, et le second qui est intervenu après la fin du jeu qui débloque un chapitre caché, auquel je n'ai jamais pu avoir accès car le jeu bloquait sur l'écran de chargement. Ayant contacté l'éditeur, nous attendons de savoir si un patch correctif sera mis en place, ou si nous n'avons tout simplement pas eu de chance avec notre version.

Heureusement, l'ambiance musicale qui n'est pas en reste va vous faire rapidement oublier ces détails frustrant, car elle fera tout pour vous plonger un peu plus dans le stress et l'angoisse. Petites mélodies entraînantes façon cartoon, grincements, bruits de pas ou vieux projecteurs, chaque son sera parfaitement distillé pour vous imprégner un peu plus dans l'univers. Lorsque les moments seront d'ailleurs tendus, la musique s'emballera pour vous faire paniquer un peu plus et les hurlements des monstres, ou autre éructations de leur part sera parfaitement audible à votre grand désespoir.

Le gameplay est donc la dernière partie abordée et que dire si ce n'est que le jeu est très bien calibré, vous pouvez donc régler les options de visée à votre convenance et tout répond au doigt et à l’œil. De ce côté-là, il fait les choses bien, seule votre dextérité sera mise à contribution. Les armes n'étant pas quelque chose de permanent dans le jeu, vous aurez parfois à ruser pour éviter certains combats mortels pour Henry, mais le jeu n'étant pas trop punitif, même la mort n'est pas quelque chose qui vous pénalisera, donc ne la craignez pas, mais évitez là quand même !


En conclusion, Bendy and the Ink Machine est un jeu vraiment intéressant. Son univers unique, son histoire bien ficelée malgré un début un peu poussif à mon sens et son ambiance glauque et oppressante en font un jeu qui se parcourt avec plaisir et angoisse. Il aurait été plaisant de vous parler plus longuement des événements qui s'y passent, des petits détails qui fourmillent et qui vous font vous poser de nombreuses questions tout au long de l'aventure, mais ça aurait valu à vous enlever des surprises. Il y a quelques moments un peu rageants, d'autres plus gratifiants et un final vraiment intéressant qui font que si on se lance dans l'aventure, on en ressort forcément content. Ceci dit, un patch serait indispensable pour profiter du jeu à 100 % !

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • L'ambiance unique
  • Les graphismes travaillés
  • L'histoire bien plus complexe qu'elle n'en a l'air
  • La fin
  • Recommencer l'histoire et comprendre
  • Certains personnages travaillés
  • Bendy

Ce qu’on a moins aimé :
  • Des ralentissements
  • Des textes illisibles parfois
  • Quelques bugs bien dérangeants
  • La mise en place un peu longue de l'histoire
  • 5 à 7 heures de jeu qui en font un jeu un poil court au final


Prix : 29.99€
Genre : Énigmes, horreur, action
Taille eShop : 5 216,67 MB
Développeur / Éditeur : Joey Drew Studios Inc / Maximum Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par le distributeur. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire