jeudi 3 janvier 2019

[GeeKritique] Ma critique de The Isolator Tome 1 et Tome 2

Nouvelle découverte ce jour avec The Isolator, la nouvelle série de Reki Kawahara, l’auteur d’Accel world et Sword Art Online, au scénario accompagné de Naoki Koshimizu qui signe ici son premier manga niveau dessins. Cette série, éditée chez Ototo, nous plonge dans un univers SF où un jeune garçon se retrouve à lutter pour la survie de l’humanité !


Résumé de l’éditeur (Tome 1) :
Depuis l’horrible tragédie qu’il a endurée durant son enfance, Minoru Utsugi ne rêve que d’une chose : la solitude. Un mystérieux artefact venu d’un autre monde va exaucer le souhait du garçon en s’introduisant dans son corps et en lui procurant un pouvoir lui permettant de s’isoler des autres. Sa vie se retrouve alors bouleversée lorsque Minoru apprend que d’autres hommes et femmes ont subi le même sort que lui et développé des capacités surhumaines en accord avec leurs désirs les plus profonds. Mais les souhaits de chacun ne sont pas tous aussi inoffensif que celui du garçon, et d’étranges meurtres apparaissent Minoru arrivera-t-il à surmonter ses peurs et le désir de s’isoler pour protéger ceux qu’il aime ?

On suit dont un jeune lycéen de nature plutôt solitaire, en même quand on connaît son passé, qui aime pratique l’athlétisme. D’ailleurs Minoru est assez doué dans cette discipline et il le doit notamment à un pouvoir qui lui a été confié par un orbe une fois que le jeune garçon ait exprimé un certain souhait. Mais voilà, il découvre un beau jour qu’il n’est pas le seul détenteur de ce type de pouvoir et que d’autres orbes ont aussi confiés des pouvoirs à d’autres personnes. Ces dernières ne souhaitant pas utiliser ce pouvoir pour le bien-être d’autrui…

Niveau scénario on a connu mieux, on reste sur du déjà-vu avec un jeune homme qui n’a rien d’extraordinaire et qui écope de pouvoirs assez facilement. Après, il n’en demeure pas moins que certains aiment ce genre mais me concernant j’aurais apprécié qu’il en soit un peu différemment et que l’on pousse un peu plus loin niveau tempérament de personnage. Toutefois, en termes de contenu on a droit à certains mystères, de l’action mais ça n’enlève en rien les clichés du genre avec une jeune fille qui veut nouer une certaine amitié avec notre héros et cette même jeune fille qui se fait kidnapper. Du grand classique donc mais comme déjà dit certains apprécieront sûrement. L’action est plutôt bien mené, les combats bien mis en scène et les méchants ont plus de classe que les gentils. On découvre aussi pas mal de termes techniques sans pour autant savoir de quoi il en retourne exactement, le tout se développant un peu plus dans le second tome.

© REKI KAWAHARA / NAOKI KOSHIMIZU KADOKAWA CORPORATION

En ce qui concerne les dessins, c’est plutôt appréciables, bien que classique également. Je trouve que la série ne se démarque pas assez de ce qui se fait en général dans ce genre-là. On est loin des personnages charismatiques, énigmatiques, on reste vraiment dans du traditionnel, pas de réelle prise de risque ou de diversité. Des coups de crayons simples, précis mais qui n’en jette pas et c’est dommage. Cependant, le niveau remonte un peu lors des combats sans être transcendant non plus.

Ces deux premiers tomes vous feront passer le temps de manière correcte sans pour autant vous éblouir ou vous surprendre. Là où certains seront satisfaits de la tournure que prennent les événements, je dirais que me concernant la série pourrait se montrer davantage intéressante si les codes étaient cassés, au lieu de se cantonner à les conserver. La suite se montrera peut-être plus intense, qui sait… Mention spéciale tout de même à Naoki Koshimizu pour les dessins au niveau des Rupies (les méchants) et la dégaine de ces deniers.

GeeKritique de Samy Joe

 

The Isolator T.1 et T.2
Auteurs : Reki Kawahara (scénario) et Naoki Koshimizu (dessins)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire