mercredi 16 janvier 2019

[GeeKritique] Ma critique de JAGAAAN Tome 1

Grosse nouveauté 2019 aux éditions Kazé qui démarrent fort avec un manga dérangeant, choquant, malsain même mais indéniablement bien maîtrisé. JAGAAAN est une série déconseillée a une classe particulière de lecteurs, tant la vue de certaines vignettes ne manquera pas d'heurter leur sensibilité. Doté de dessins de Kensuke Nishida assez marquants et d'un scénario de Muneyuki Kaneshiro qui n'en demeure pas moins barré mais intriguant, JAGAAAN a de suite suscité mon intérêt ne serait-ce qu'après la lecture des premières pages. Il m'en fallait plus pour palier à cette soif de découverte et c'est aujourd'hui chose faite ! 


Résumé de l’éditeur :
Shintarô Jagasaki est un jeune flic de quartier qui jour après jour se fait humilier par de jeunes voyous et par ses collègues du commissariat. Son avenir semble tout tracé : fonder une famille avec sa copine et poursuivre sa vie insignifiante… Mais cette perspective lui donne la nausée et derrière son sourire de façade, se cachent de violentes pulsions meurtrières. Un jour, lors d’une mission de routine, il tombe face à face avec un mutant chaotique et ravageur ! C’est alors que la main droite de Shintarô se métamorphose… Face à la destruction et au désespoir, un héros au côté sombre vient de naître !

Faisons la connaissance d’un jeune flic, Shintarô Jagasaki, à peine respecté de son entourage et des citoyens. Quand on voit d’ailleurs comment il se comporte dans la vie, portant l’insigne et agissant de manière je-m’en-foutiste, cela n’étonne personne qu’on le considère comme un raté, un moins que rien. Il ne dégage aucune confiance et semble loin d’être un gars fiable, sérieux dans la vie. Tel un enfant, il utilise sa main pour faire comme si cette dernière était une arme et s’amuse à viser les passants, fier de crier « Pan-Pan ». Quotidien banal ? Peut-être mais pour un être humain doté de pulsions meurtrières cela risque de poser quelques soucis dans le futur. Et pour cause, les choses se bousculent et non des moindres quand Shintarô se retrouvez face à un homme qui se change en monstre. Une abomination même qui ne manquera pas de blesser le jeune flic à la main, lui taillant les doigts.

Un mal pour un bien car c’est alors que la vie du jeune jeune policier va basculer, son bras se transformant en arme ! Les faux « Pan-Pan » deviennent alors bien réel, Shintarô explose littéralement le mutant qui lui fait face. Que lui arrive-t-il ? Et que sont toutes ces choses étranges qui se passent dans ce premier tome ?

JAGAN © 2017 Muneyuki KANESHIRO, Kensuke NISHIDA/SHOGAKUKAN

Je ne compte pas y aller par 4 chemins, j’ai kiffé ce premier tome à bien des niveaux. Déjà, le scénario m’a bien branché, bien qu’il soit un peu tordu, ou WTF si vous préférez le terme. Surtout quand on découvre que les humains pris dans le collimateur des Xénopathes fous, appelés aussi Crapadingues, finissent par subir une horrible mutation. C’est alors que le pauvre corps de cette personne finit par prendre une apparence des plus monstrueuses, faisant ainsi ressortir ce que l’hôte a de plus mauvais en lui, se nourrissant de leurs pulsions et ses pensées les plus malsaines ! Et niveau malsain, on atteint un certain degré, assez élevé je dirais même mais la mise en scène est braiment bien orchestrée. Devenus des détraqués, ces anciens humains s’expriment par un excès de violence. Chaque être humain est différent, pense différemment et de ce fait dispose d’une mutation qui lui est propre. Les créatures sont ici variées et j’avoue que certaines d’entres elles font assez peur à voir, et d’autres terriblement bien pensées.

Quand on voit ce dont est capable Shintarô, on comprend qu'il s’est produit une chose assez étrange le concernant, car lui aussi est infecté mais cela s’est déroulé d’une toute autre manière. Seul son bras est pour lors touché par cette infection mais l’impact de cette mutation est très différente de celles causées par un Crapadingue. Qui plus est, Shintarô pourrait même inverser ce processus de transformation grâce à de petites boules de crottes qu’il doit manger. C’est d’ailleurs une bonne chose que Doku l’accompagne car ce sont ses propres boules de crottes qui permettent ce processus inversé. Cela semble assez drôle vu de la sorte mais la scène où Doku annonce cela à Shintarô se passe d’une manière inattendue. C’est une fois la première boule de crotte avalée par le jeune policier que Doku lui déclare alors qu’il sera JAGAAAN, le détraqué combattant et qu’il aura pour mission d’attraper tous les Carapadingues et de récupérer toutes leurs boules de caca. Comme c’est poétique…

JAGAN © 2017 Muneyuki KANESHIRO, Kensuke NISHIDA/SHOGAKUKAN

Une relation s’est donc installée entre Shintarô et Doku, cette chouette tenant bien son rôle auprès du jeune garçon et nous autres, lecteurs, ne manquons pas d’écoper de certaines explications. Je la considère comme la voix-off dans un animé, film ou série, et elle est la bienvenue. Doku est assez présent dans ce premier tome, nul doute que cette chouette soit importante, du moins pour le moment. Va savoir si elle ne va pas finir par se faire bouffer par une créature monstrueuse… Enfin bref.

D’ailleurs, je ne saurais comme décrire ces créatures et leurs diverses transformations auxquelles on assiste mais elles sont radicalement démoniaques et pourraient bien choquer certains lecteurs. J’avais déjà pu lire les premières pages de JAGAAAN que je trouvais déjà choquantes, perturbantes mais surprenantes aussi ! Je ne vous cache pas qu’en première impression on pourrait dire que ce premier tome c’est du grand n’importe quoi et oui le terme « grand » est ici important pour moi car c’est "grand" à la manière d'être grandiosement bien maîtrisé. Il est clair que les dessins sont d’une violence extrême et la nudité ou l’allusion au sexe ne manquent pas mais tout cela est terriblement bien dessiné ! C'est gore, glauque même, mais le coup de crayon est très propre et ne manque pas d’intensité. Je dirais même que les dessins dégagent une certaine puissance ! Les monstres sont bien détaillés, très choquants et leurs attitudes meurtrières n’épargnent personne. Les vignettes ne manquent pas de détails et la gestion du côté sombre est très percutante. D’autant que certaines scènes sont très jouissives usant d’un éclairage prononcé.


Le scénario bien barré mais original a su m’interpeller et malgré l'attitude de Shintarô qui ne se prend pas au sérieux, du moins au début, on découvre qu'il a d'autres choses à offrir. L'univers ici présent a également captivé mon attention notamment de par un design particulier, certes, mais qui fait mouche. Les détraqués sont travaillés avec précision, le chara design est limite à couper le souffle ! On profite de très belles planches et même si on n'est pas friand de ce style graphique on doit lui reconnaître que cela reste assez époustouflant pour notre rétine. On ne manque pas de rappeler à quel point le manga est violent, perturbant et qu'il n'est donc pas à mettre entre toutes les mains. Déjà quand on voit les choses malsaines qui traversent l'esprit de Shintarô... Sinon, me concernant, j'ai vraiment accroché à ce premier tome de JAGAAAN et me demande bien quelles tournures vont bien pouvoir prendre les prochains événements.

GeeKritique de Samy Joe


JAGAAAN Tome 1
Scénario : Muneyuki Kaneshiro
Dessins : Kensuke Nishida

Visiter le mini-site.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire