lundi 28 janvier 2019

[TEST] Crossing Souls Sur Nintendo Switch

Il y a des jeux qui croisent votre regard de joueur et vous vous dites à ce moment-là « humm, ce jeu est fait pour moi » ! Pourtant, lors de sa sortie vous passez à côté par on ne sait quelle magie noire et puis un jour vous pouvez enfin mettre la main dessus et vous y plongez totalement. Seulement, après quelques heures, vous vous souvenez précisément de ce que vous aviez pensé cette fois-là et le verdict tombe... Ce jeu est...


... créé par Devolver Digital. Ah pardon, vous pensiez que j'allais vous donner la réponse sans vous parler plus longuement de Crossing Souls ? C'est bien mal me connaître mes chères petites têtes blondes (brunes, rousses, chauves, à tresses... Barrer les mentions inutiles.) Crossing Souls, c'est un peu le Stranger Things, ou le Goonies (pour les plus anciens) du jeu vidéo. Dans un univers pixel art, vous aller diriger 5 jeunes amis dans une aventure qu'ils n'auraient jamais imaginée au premier abord, mais qui changera totalement la vision du monde !

À « pixel » Los Angeles en 1986, Chris l'acrobate, son frère Kevin « Monsieur-attire-problèmes », Charlène la fille qui n'a peur de rien, Matthew le cerveau et Big Joe la force de la nature, vont découvrir une étrange pierre rose en forme de pyramide qui va leur montrer qu'il existe un moyen de relier le monde des morts à celui des vivants. Malheureusement ils vont aussi découvrir tous les ennuis que cet incroyable trésor va leur apporter. Et ce sera à vous de les aider à surmonter les dangers tout en essayant de résoudre le mystère qui relie nos deux mondes. Voici donc pour le synopsis de l'histoire, inutile d'en dire trop, il est préférable de tout découvrir soit même tant il y aurait à dire juste sur le scénario.


En fait, ce jeu est un hommage aux années 80/90. Tout y transpire l'amour pour cette époque. La pâte graphique totalement inspirée des consoles 16-bits, avec un pixel art aux petits oignons est visuellement très agréable et surtout toujours lisible et colorée. On est loin des productions 8-bits illisibles juste pour faire style « retro ». D'autant que tout est fait pour nous mettre à l'aise, les détails fourmillent, il y aura toujours quelque chose à voir qui pourrait vous rappeler des souvenirs si vous avec connu cette époque ou en tout cas si vous y êtes attaché pour d'autres raisons plus personnelles. D'ailleurs nombreux sont les easter eggs disséminés ça et là qui vous feront sourire et encore plus quand vous profiterez des différents collectibles à dénicher dans le jeu qui pour le coup sont carrément des détournements parfaitement maîtrisés d’œuvres de cette époque. Fouiller les moindres recoins, sera la condition numéro une pour vous rendre compte que chaque découverte vaut le détour.

Autre point non négligeable, la bande son qui est à mon sens exceptionnelle. Elle se marie parfaitement avec l'ambiance du jeu, avec des sons très années 90 justement et nous fait presque autant voyager que les graphismes. Toujours la bonne musique au bon moment, avec des tons plus forts ou stressants selon la situation, mais jamais envahissante. Bref, c'est un régal pour les oreilles, un autre point très positif pour les amateurs de bonnes musiques.

Dès lors, on peut se concentrer sur le gameplay du jeu. Et là encore c'est une très bonne surprise. Tout répond au doigt et à l'œil, la fluidité des personnages est exemplaire, leur animation magnifiquement décomposée démontre que l'on est vraiment sur quelque chose qui a été travaillé, détaillé et du coup on s'immerge d'autant plus facilement dans l'aventure, surtout quand on n’a pas à s'inquiéter de savoir si tel ou tel personnage arrivera ou pas à sauter un obstacle. D'ailleurs chaque protagoniste aura ses propres caractéristiques. Et c'est l'une des parties le plus importantes du titre. En effet, en dépit de leur caractère bien différent, notre héros par exemple, sera le seul à pouvoir profiter du saut pour passer certains obstacles, mais ne pourra pas utiliser le pistolet laser ou simplement flotter quelques secondes dans les airs grâce à des chaussures à réaction dont seul Matthew pourra bénéficier. Du coup, ce sera à vous de switcher entre les amis et leurs talents pour réussir à passer une énigme, un passage de plateforme, ou simplement d'utiliser les meilleurs personnages dans un combat de boss nécessitant par exemple d'utiliser à bon escient les caractéristiques de chacun.


En fait le jeu mélange vraiment à merveille les genres. Les situations seront aussi nombreuses que variées et il va mettre parfois à rude épreuve aussi bien votre cerveau pour ses quelques énigmes retors (heureusement la plupart sont assez faciles à appréhender), que vos réflexes dans les différentes rixes de quartiers, jusqu'aux combats contres les non-vivants et certains gros boss bien costauds.

Mais il ne faudra pas oublier que grâce à la pierre de la Douat, vous allez pouvoir traverser du monde des vivants à celui des morts. Et ce, quasiment à n'importe quel moment et endroit du jeu mais en utilisant un personnage pouvant y accéder, car les conditions sont pour le peu particulières... Ce qui rajoutera encore quelques situations à gérer en plus. Mais rassurez-vous, tout est très bien pensé, et même ce switch n'aura aucune incidence pesante sur le déroulement du jeu. Bien au contraire, le tout est parfaitement intégré, vous vous surprendrez à le faire avec aisance. Le fait d'aller dans la Douat, mettra en exergue une autre des qualités du titre : son humour ! Alors attention, l'histoire et ce que vous allez vivre dans le jeu ne sont pas basés là-dessus, ou alors très peu.


La trame aura son lot de situations drôles, sérieuses ou dramatiques, mais à côté de cela nombreuses seront les anecdotes, PNJ, ou simplement éléments de décors qui vous tireront un sourire ou vous feront dire que les développeurs sont vraiment allez loin dans leur délire. Ils auront même pensé à quelques séquences de gameplay tirées d'autres styles de jeu, comme de la course, du shoot'em up et autre sauts d'obstacles dont je vous laisserai le plaisir de la découverte. Ceci dit, ce sont souvent les phases les plus ardues du jeu car elles impliquent réactivité et précision et ce n'est pas toujours le cas du gameplay associé. Mais la mort n'étant pas trop pénalisante vous pourrez recommencer plusieurs fois ces phases sans trop de soucis, hormis quelques cris rageurs.

Bref, profiter de l'histoire se fera donc sereinement pour vous et un peu moins pour nos héros. Leurs caractères bien trempés feront certainement mouche et il sera vraiment très facile de s'attacher à leur façon d'être et de vivre cette aventure peu commune. Et croyez moi, elle sera vraiment unique. Et pour mieux vous aider à en profiter, chaque personnage important rencontré aura sa biographie décryptée dans votre journal, ainsi que vos progrès dans l'avancée de votre périple et tous les collectibles que vous dénicherez seront eux mêmes détaillés (souvent avec humour) dans votre inventaire.


En parlant d'inventaire, vous n'aurez que peu d'objets à gérer. Vu que chaque personnage a sa propre « arme » vos seuls soucis seront la barre de stamina qui va diminuer à chaque coup ou action spécifique (sauter, dasher, coup de batte etc...) et qui peut vous laisser sans défense quelques secondes si vous l'utilisez non-stop (bah oui même les enfants fatiguent à un moment) vos cœurs qui forcément représentent votre barre de vie et qui sera propre à chacun. Et pour finir, on a les objets bonus à utiliser selon les situations : des sucettes cœurs pour vous redonner un peu de vie, des éclairs pour aveugler les ennemis quelques secondes et finalement des bombes pour faire exploser quelques murs ou planches de bois qui pourraient cacher quelques passages dérobés.


En conclusion Crossing Couls est certainement un de mes coups de cœur de l'année. Tout est fait pour vous donner envie de progresser, les personnages sont attachants, les graphismes magnifiques, les lieux visités nombreux et variés, les musiques entraînantes. Il y a de l'action, de la réflexion des situations improbables et drôles et une histoire bien ficelée qui ne vous laissera pas de marbre. Bref tout ce qu'il faut pour passer un très bon moment en compagnie de nos cinq héros ! Et si en plus vous êtes fans des années 80/90, alors vous ferez un retour vers le futur... Euh... l'enfance magistral. Du coup, maintenant que vous avez presque fini de lire ce test, je vous conseille de vous lancer dans l'aventure !

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • L'amour des années 80/90
  • Le pixel art magnifiquement retranscrit
  • La variété des environnements
  • Les personnages et leur personnalité
  • L'humour
  • 2,21 gigawats
  • L'histoire et son évolution peu attendue
  • Les clins d'œil nombreux aux films et musiques de l'époque
  • La musique en elle-même
  • La durée de vie très correcte
  • L'animation sans failles...

Ce qu’on a moins aimé :
  • … ou presque (pendant un certain boss)
  • Quelques défis corsés
  • Des petits bugs d'affichage


Prix : 14,99€
Genre : Aventure, Action, Arcade
Taille eShop : 3 376,41 MB
Développeur/Éditeur : Devolver Digital

Test réalisé depuis une version gracieusement fournie par l’éditeur. Les images publiées dans ce test sont issues du site Nintendo France et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire