mercredi 6 février 2019

[GeeKritique] Ma critique de City Hunter Rebirth Tome 1

Annoncé par les éditions Ki-oon, le grand Ryo Saeba revient dans un spin-off pour le plus grand plaisir de ses fans. Bien que ce spin-off officiel soit validé par Tsukasa Hojo lui-même, c’est Sokura Nishiki qui s’occupe des dessins de ce City Hunter Rebirth. Alors que le film Nicky Larson et le parfum de Cupidon fait aujourd'hui son entrée dans les salles françaises, le premier tome de City Hunter Rebirth sera quant à lui disponible dès demain en librairie ! Sur ce, laissez-moi vous en toucher quelques mots…


Résumé de l’éditeur :
Kaori est une inconditionnelle de City Hunter. Son fantasme est de vivre de grandes aventures aux côtés de son idole, Ryo Saeba. Mais, célibataire à 40 ans et prisonnière d’un boulot ennuyeux, elle commence à perdre ses illusions de jeunesse...

Son quotidien morne bascule le jour où, percutée par un train à pleine vitesse, elle se réveille dans la peau d’une lycéenne dans le Shinjuku des années 80 ! Désorientée et à bout de nerfs, elle tente le tout pour le tout et trace le fameux XYZ sur le panneau de la gare...

Alors déjà, il faut savoir que je n’ai jamais lu la série City Hunter, par contre j’ai vu l’animé, y compris la série Angel Heart. Bref… Je découvre donc ce 1er tome de City Hunter Rebirth et déjà ce qui me saute aux yeux c’est le côté visuel ici présent. J’entends par là que les dessins sont vraiment de très bonne facture, on a l’impression que c’est le papa de City Hunter lui-même qui dessine la série. Si j’en viens à dire cela c’est suite aux recherches de planches de la série originale que j’ai faite sur le net. La ressemblance est vraiment frappante. De ce point de vue, c’est du tout bon je dirai et les fans de la série devraient sans nul doute apprécier cet esthétique ! Vous pouvez d'ailleurs le constater sans plus attendre en lisant les premières pages.

Pour ce qui est du scénario je dirais qu’au départ j’étais perplexe avec ce bond en arrière où « notre vielle héroïne » va se réveiller dans la peau d’une jeune lycéenne et vivre un certain fantasme qu’elle ressentait jadis, à l’époque de ses 40 ans. Force d’avancer dans les chapitres, on constate que l’humour tient une grande place dans ce tome mais ne fait pas tout ! L’action est elle aussi de la partie et les mécaniques vues dans la série animée sont elles aussi d’actualité. On appréciera de bons gags comme la présence de l’énorme massue ou encore la « beau gosse attitude perverse » de Ryo. Mais tout cela ne nous empêchera pas d’être ému, chacun l’est à sa manière et les fans de la série y trouveront sûrement leur bonheur.


Ce premier tome de City Hunter Rebirth, validé par Hojo lui-même, m’a offert un moment agréable de lecture. Les situations ici présentes sont intéressantes à découvrir car on les vit au travers du vécu de Kaori, elle qui connaît bien le « manga » et qui se retrouve donc à faire face à certaines scènes et non des moindres. Quand on se retrouve face à Ryo Saeba, un flingue à la main les jambes écartés et dévêtu de son pantalon, forcément on a le nez qui saigne… Elle qui voulait vivre un chapitre de la vie de son héros, la voilà servie ! Pauvre Kaori… ou pas.

GeeKritique de Samy Joe

Titre : City Hunter Rebirth T01
Auteur : Tsukasa HOJO / Sokura NISHIKI
Parution : 07-02-2019

Aucun commentaire:

Publier un commentaire