vendredi 5 avril 2019

[GeeKritique] Mon avis sur Les Liens du Sang Tome 1

La famille… Certaines relations ne sont pas toujours simples. Certaines le sont et d’autres le paraissent. Aujourd’hui nous allons brièvement nous attarder sur une nouvelle série disponible aux éditions Ki-oon qui traite d’un sujet que j’ai trouvé fort dérangeant. Cela traite de la relation entre une mère et son fils… Jusque-là rien d’anormal mais voilà cette mère est bien trop proche de son fils que ça en devient malsain. Laissez-moi donc vous donner mon avis sur ce premier tome de Les Liens du Sang !


Résumé de l’éditeur :
Vue de l’extérieur, la famille du jeune Seiichi est des plus banales : un père salarié, une mère au foyer, une maison dans une ville de province… L’adolescent va à l’école, joue avec ses amis, est troublé quand il pose les yeux sur la jolie fille de la classe. Tout est normal… ou presque. Il ne s’en rend pas compte lui-même, mais sa mère le couve beaucoup trop. 
Seiko traite encore son fils comme un bébé et, avec un mari toujours absent, son monde est d’autant plus centré autour de Seiichi. Ce dernier est incapable de résister : il se laisse lentement emprisonner dans le cocon. Trop jeune, il ne décèle pas la folie cachée derrière l’amour maternel. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard…

J’avais déjà proposé un avis sur Les Fleurs du Mal, un manga assez dérangeant de par la nature des sujets traités et Les Liens du Sang suite ce même chemin. Il semblerait que son auteur, Shuzo Oshimi, aime partager ce genre de problématique, dénonçant des troubles humains assez perturbants. Et j’avoue qu’après la lecture du premier tome de Les Liens du Sang j’en ressors perturbé et c’est peu dire.

Bien que l’histoire soit très bien mise en avant, avec des situations bien mises en scènes, on ne ressort pas indemne de cette découverte. Certains lecteurs n’éprouveront peut-être pas ce même ressenti, et tant mieux, mais me concernant cette lecture m’a chamboulé. Il en émane une ambiance des plus oppressantes avec cette mère qui couve bien trop son fils, aussi bien physiquement que verbalement. Tout est montré de manière subtile, chapeau bas d’ailleurs à l’auteur, ce tome est violent mais pas d’une manière physique. Tout réside au niveau psychologique avec des situations dérangeantes. On lit une chose, on pense que c’est anodin mais ce n’est pas le cas. Tout est à prendre en compte et l’auteur ne manque pas de mettre en avant les regards afin de ponctuer davantage la scène.

CHI NO WADACHI ©2017 Shuzo OSHIMI / SHOGAKUKAN

Seiko est une mère bien trop présente et ça en devient pesant. J’irai même jusqu’à employer le terme de relation nocive pour Seiichi. Force d’avancer dans la lecture, je me suis retrouvé bien trop souvent mal à l’aise. Mais comme je le disais précédemment, cela n’entrave pas l’histoire elle-même qui est ici mise en avant dans le sens où la narration est très propre et l’auteur nous montre un sujet très difficile avec grande aisance. Qui plus est, le rendu graphique est de bonne facture ! Et comme l’éditeur le fait si bien, on profitera d’un papier de qualité et d’une très belle couverture avec un effet granuleux. Du tout bon !

Les Liens du Sang s’annonce comme une série assez difficile à lire mais qui saura plaire sans nul doute à un grand nombre de lecteurs dont le genre ne gênera pas tant cela peut les toucher d’une toute autre manière. Nous avons ici entre les mains quelque chose de très fort qui ne laissera pas son lecteur indifférent, peu importe la manière.

GeeKritique de Samy Joe

Les Liens du Sang Tome 1
de Shuzo Oshimi
Lire les premières pages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire