lundi 22 avril 2019

[TEST] Motorsport Manager sur Nintendo Switch

Amis pilotes bonjour ! Aujourd'hui ce n'est pas d'un énième jeu de course dont nous allons parler, mais bien d'un jeu de management. C'est donc Curve Digital qui s'occupe d'éditer Motorsport Manager pour notre Nintendo Switch, qui bien que sorti il y a plusieurs années sur PC et mobile, arrive dans une version complète, légèrement remaniée et agrémentée de quelques bonus spécifiques, entre nos mains de futur directeur d'écurie sportive de haut niveau .


Rares sont les jeux qui vous permettent de prendre en main une équipe d'une autre façon qu'avec le contrôle total des protagonistes. Sortie de Football Manager ou Pro Cycling, les jeux du genre se font rares. Je ne compte évidemment pas les titres de style gestion à la Sim City qui ne sont pas vraiment dans la même catégorie. Du coup, c'est avec un plaisir non dissimulé que nous nous sommes lancés dans la compétition, pour essayer de devenir la meilleure écurie de tous les temps ! Et mine de rien ça ne va pas être si simple.

Première chose à faire, créer son avatar, masculin ou féminin avec quelques possibilités de personnalisation, puis créer son écurie, via le nom, la couleur et évidemment le type de voiture, qui dépendra du choix de championnat auquel vous déciderez de participer.

Trois choix s'offrent à vous :
  • Les GT, où vous aurez une voiture de type sportive de Monsieur-tout-le-monde, mais en version survitaminée.
  • Les Prototypes, qui sont plus simplement les voitures qui participent aux courses d'endurance (style 24h du Man)
  • Les Formules 1, normalement pas trop besoin de les présenter, puisque ce sont les voitures les plus rapides sur circuit.


Évidemment, chaque championnat aura ses propres règles et restrictions (nombre de tours, ravitaillements, changement de pilotes en course etc...), qui du coup vous permettront de varier les plaisirs à chaque fin de saison si le cœur vous en dit. Donc ne tergiversez pas trop, vous pourrez goûter à l'ivresse de la vitesse dans chacun des modes proposés !

Ceci dit, comme nous sommes en présence d'un jeu de management, attendez vous à devoir penser à nombre de choses pendant votre saison. Heureusement, tout est expliqué pas à pas et même si les informations sont nombreuses, vous n'aurez aucun mal à vous y retrouver. D'autant que le jeu est entièrement traduit en français, ce qui aide vraiment à la compréhension des différentes subtilités du titre. Car oui, avant d'entamer une course il va falloir gérer pas mal de petites choses. Voici une liste non exhaustive pour vous donner une petite idée :
  • Les pilotes, leurs salaires, leurs recrutements, leurs contrats, leurs rivalités et leurs statistiques qui vont évoluer (entre autres)
  • Les mécaniciens et leurs contrats, ainsi que leurs capacités
  • Les ingénieurs qui vous aideront à faire évoluer la voiture en cours de saison (leur contrat aussi, valable pour tout votre personnel d'ailleurs)
  • Vos usines pour avoir plus de facilités à trouver de nouvelles pièces pour votre auto
  • Votre budget
  • Vos pièces à fabriquer (ou à voler, mais j'y reviendrai) entre chaque courses
  • Les sponsors que vous pourrez flanquer sur votre carrosserie et qui rapporteront plein de petits billets très importants
Et j'en oublie certainement quelques uns au passage...


Bref vous l'aurez compris, la gestion hors course est déjà très complète mais toujours très intéressante et pas forcément très longue à gérer. De toute façon, le nerf de la guerre sera votre pactole, qui vous aidera à avancer plus ou moins sereinement tout au long du championnat. Car comme dans toute compétition, plus vous avez d'argents et plus vous aurez de possibilités d'avoir des voitures compétitives ! Mais bon, avant d'avoir plein de pognons, il va falloir participer aux courses. Nombre de facteurs vont d'ailleurs déterminer votre évolution au sein de celles-ci.

Premièrement il faut savoir que votre voiture aura 6 points sur lesquels vous pourrez intervenir mécaniquement. Bien qu'au début du jeu, vous n'en n'aurez que 2, voire 3, à gérer pour des raisons évidentes de budget et de championnat débutant, mais elle seront toutes très importantes. Vos ailerons avant et arrière pour la vitesse et l’appui dans les virages, les suspensions, la boite de vitesse, le moteur et les freins... A chaque fois que vous fabriquerez une pièce, celle-ci aura 2 statistiques : puissance et fiabilité. Et ce seront vos ingénieurs qui permettront d'améliorer ces deux caractéristiques.


Deuxièmement et non moins important, votre pilote. Ceux ou celles que vous aurez choisi, auront toute une ribambelle de caractéristiques qui leur permettront de devenir plus performant, et ce plus ou moins bien, tout au long de leur carrière. Ces dernières évolueront au fil du temps, jusqu'à atteindre un seuil qui sera unique à chaque pilote.

A vous de voir si du coup vous préférerez le garder, ou alors de tenter l'aventure avec un pilote différent, peut être meilleur, mais aussi plus cher.


Viendront ensuite les courses à proprement parler, ou cette fois il faudra choisir les bons pneus, faire de bonnes qualifications en tentant de trouver les réglages parfaits pour votre voiture (ce n'est pas votre rôle direct, vous ne pourrez pas choisir l'angle d'un aileron, ou les rapports de votre boîte de vitesse). Ceci se fera presque automatiquement, uniquement grâce à un système de spécifique au jeu.

En gros, vous avez un nombre de clef à molettes définis (qui pourra augmenter au fur et à mesure de votre périple), disons 10 pour commencer et vous aurez des cartes qui vous donneront un pourcentage de change d'améliorer les réglages de votre voiture en contrepartie de quelques unes de vos clefs. Ce nombre n'étant pas fixe c'est un peu la loterie. Exemple concret, pour augmenter de 15 % vos réglages, votre carte demande entre 0 et 5 clefs. Tirez la carte, si vous avez 0 ou 1 c'est génial, il vous restera 9 clefs et 3 essais autres essais. Si au final vous dépassez les 10 clefs, vos réglages sont foutus.


Une fois les qualifications passées, la course se lancera et vos pilotes seront les seuls maîtres à bord ou presque. Si vous n'avez pas d'influence directe sur le pilotages de ceux-ci, vous pourrez par contre leur donner des consignes de course. Plusieurs choix vous sont alors proposés :
  • 3 types d'attaques pour la puissance du moteur : économie d'essence, normal, ou puissance (qui aura pour effet de dépenser plus de carburant)
  • 3 types de conduites : douce pour économiser les pneus, classique, ou agressive (qui usera plus vite les pneus)
  • Utiliser la réserve de puissance gagnée tout au long de la course pour avoir un boost de quelques secondes (tout dépendra du championnat)


Toutes les spécificités évoquées plus haut auront évidemment un rôle stratégique, soit pour faire gagner plus facilement votre pilote, soit simplement pour éviter une éventuelle panne, ou tenter des coups de poker parfois gagnants au moment des arrêts au stand que vous gérerez aussi en choisissant l'instant T, les pneus à monter, le pilote à faire entrer en piste si besoin, ou la quantité de carburant à embarquer pour tenter d'aller au bout de la course.

Bref, vous l'aurez compris, vous ne serez pas un simple spectateur et c'est tant mieux ! Du coup les courses se suivront et beaucoup de petites choses viendront pimenter votre saison. 


Les sponsors changeront en fonction de vos résultats, de nouveaux pilotes seront intéressés par votre écurie, ainsi que de nouveaux membres pour votre staff. Et parfois vous aurez quelques bonnes, ou mauvaises surprises, car au final si votre argent est primordial, un autre système est à prendre en compte dans vos choix : votre « influence » !

Cette petite cagnotte représentée par un petit soleil bleu, c'est un peu votre cheat spécial dans le jeu. Votre concurrent à une nouvelle pièce mais vous ne pouvez pas encore la fabriquer ? Volez-la, au prix de quelques points d'influence ! Un pilote est récalcitrant à rester chez vous ? Influencez le ! Vous l'aurez compris, ces petits écarts de comportements pimenteront un peu votre gestion et feront ressortir votre côté tricheur. Mais rassurez-vous, les points sont longs à gagner et vos actions coûtent généralement assez chères pour que vous ne soyez pas tentés de les utiliser trop facilement et régulièrement !

D'ailleurs, même si vous n'êtes pas champion dès la première saison, vous pourrez très bien rester dans la même catégorie avec le budget et les améliorations gagnées tout au long de l'année pour tenter cette fois d'arracher le Graal. Vous êtes libres de changer de voiture, ou même de monter dans un championnat plus disputé, mais ce sera compliqué si lors de votre première saison vous avez déjà eu du mal ^^.


Bon peut être est-il temps de parler un peu des graphismes... Comme vous vous en doutez, ce n'est pas vraiment là-dessus que le jeu met l'accent. Étant donné que celui-ci vous fait passer le plus clair de votre temps dans des menus, il faut que tout soit lisible et facile d'accès. Et heureusement pour nous, c'est le cas ! Même s'il y a beaucoup d'informations à saisir au début, on s'y retrouve parfaitement dans la navigation entre les différents onglets. Rien de rébarbatif, c'est toujours clair et concis et si l'on est perdu on aura toujours un petit endroit pour trouver l'information que l'on recherche. Du coup c'est un point très positif !

Concernant les courses, elles sont animées en temps réel, en 3D avec plusieurs angles de vue possibles. Tout en restant toujours à distance raisonnable des voitures vous pourrez quand même profiter de la course de vos pilotes comme sur les diverses photos publiées dans ce test, ou tout simplement voir un plan général avec les voitures représentées par des points qui se déplacent sur le circuit. L'ensemble reste correct sans rentrer vraiment dans le détail. Ce n'est de toute façon pas ce qui est demandé au jeu, d'autant que vous pouvez accélérer la vitesse de celui-ci pour finir les courses (déjà rapides niveau chrono) plus rapidement.


Au niveau de la maniabilité, elle sera très basique, puisque votre principal défit sera de bouger votre curseur d'un endroit à l'autre de l'écran. Logiquement vous devriez vous en sortir, d'autant que pour les fans du jeu en nomade, le jeu vous permet d'utiliser le tactile à n'importe quel moment, ce qui simplifie grandement les choses.

Pour ce qui est de l'ambiance sonore, elle est plutôt agréable, les musiques collent parfaitement à l'ambiance générale du titre et se font plus discrètes le moment venu. Lors des courses, vous entendrez parfois les pilotes vous faire des appels radio et le ronronnement des moteurs vous fera presque croire que vous êtes sur la piste. Bon j'avoue j'exagère un peu, mais c'est plutôt pas mal dans l'ensemble. On est pas non plus sur un vrai jeu de courses, donc forcément ces éléments n'ont pas le même impact.


Vous l'aurez donc compris, si vous aimez le sport automobile, mais que vous avez l'âme d'un manager plutôt que d'un pilote, Motorsport Manager est fait pour vous ! Les possibilités sont vraiment complètes et difficiles à énumérer dans un seul test sans faire 15 pages. Le temps défile très vite une fois que vous commencez à vous pencher sur tous les aspects tactiques, financiers, techniques et que vous voyez les premières victoires arriver, votre plaisir sera décuplé. Sachez tout de même que vous pourrez personnaliser entièrement le jeu dans les options, mais ceci au risque de perdre un peu le challenge de base, donc soyez vigilant !

Mon seul bémol sera le fait de ne pas avoir de licences officielles pour les écuries, (vu que les circuits sont réels) ce qui aurait un peu plus agrémenté le jeu. Mais au final ce n'est pas très dérangeant.

Test de Muten Roby

Ce qu’on a aimé :
  • 3 types de monoplaces à manager
  • Le challenge pas trop rebutant
  • Créer son écurie de A à Z
  • 17 circuits officiels dont 1 spécifique à la Nintendo Switch
  • La quantité de choses à gérer
  • Modifier son monoplace à sa guise
  • Toujours quelque chose à faire, même en course
  • La satisfaction d'une stratégie rondement menée
  • Les adversaires sont coriaces mais pas imbattables

Ce qu’on a moins aimé :
  • Il manque les licences officielles
  • Parfois quelques ralentissements sur les courses, alors que techniquement c'est pas non plus foufou
  • J'aurais bien aimé une caméra embarquée !


Prix : 14,99€
Genre : Course, Sports, Simulation, Stratégie
Taille eShop : 1 337,98 MB
Éditeur : Curve digital

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie par l’éditeur. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire