mardi 15 octobre 2019

[TEST Redeemer: Enhanced Edition sur Nintendo Switch

Coucou les Dragons, c'est Laylorane ! Me voici de retour après avoir fait souffrir beaucoup de méchants à coups de poings et d’armes contondantes. Je me suis mise dans la peau d’un Kratos des temps modernes et j’ai fait parler mes poings. Laissez-moi aujourd'hui vous compter cette aventure !


I - Une retraite mouvementée !
Nous voici plongé dans l’histoire d’un ancien mercenaire à la retraite, qui recherche le calme et la plénitude dans un vieux temple shaolin... Mais cette douce retraite se voit menacée lorsqu’un énorme groupe armé prend d’assaut le temple, tue et capture quelques moines. Mais ceux-ci comprennent très rapidement qu’ils vont y laisser leur peau lorsque que notre retraité s’en mêle sérieusement.

II - Gameplay bourrin et mises à morts douloureuses...
Ce jeu est un excellent défouloir ! Vous avez passé une sale journée au travail, Redeemer est votre remède ! Nous avons le droit à différents styles de combat, tel que le catch, art martiaux et bien d’autres qui vous feront ressentir la douleur de vos ennemis. Car oui vous allez avoir mal pour eux. Mais il y quand même quelque chose qui a tendance à vous sortir du jeu : le temps de réponse du jeu est très ressenti. Il doit y avoir une seconde de latence entre le moment où vous appuyez sur les touches de votre manette et le moment où votre personnage réagit. C’est dommage. Alors ça se remarque à peine mais ça se ressent quand même à la longue.


Passons du côté des compétences car qui dit jeu bourrin dit compétences pour faire encore plus mal. Tout au long de votre sauvetage, vous allez récolter des rouleaux de papyrus qui sont l’équivalent de points de compétences. À vous de choisir la technique martiale qui vous donne le plus envie. Côté armes, nous démarrons tout doucement avec des bâtons, pelles et par la suite haches, lances et on termine par de bonnes mitraillettes. Oui c’est radical mais efficace pour se débarrasser rapidement des obstacles se dressant devant vous. Voilà, il me semble avoir fait le tour du côté gameplay. Je vous propose de passer à la suite.

III - Ambiance simple et bon graphisme
Le jeu se joue en vue de dessus à la Diablo avec des graphismes digne d’un comics. Ils sont simples, efficaces et me rappellent les graphismes de God of War avec une ambiance à la Batman. Oui l’association paraît étrange mais fonctionne très bien. Côté musique, ben je ne peux pas en dire grand-chose car je vous avoue qu’elle est totalement oubliable. Je n’en ai strictement aucun souvenir. D’habitude je suis capable de vous la fredonner mais là rien, nada, peanuts… Après j’avoue je ne joue pas à ce genre de jeu pour la musique. Généralement je me mets de la musique bien rock dans les oreilles et je détruis tout ce qui bouge. Côté design je le répète, notre “héros” ressemble très fortement à un Kratos des temps moderne. Le charisme est là !



IV - Pour conclure !
Ce jeu est vraiment bien pour les fins de journées difficiles où vous ne voulez pas réfléchir et juste foncer dans le tas et tout détruire. Et pour ça je vous le conseille. La chose qui me dérange le plus c’est vraiment cette latence qui se fait ressentir lors des déplacements et des combats. C’est un des points qui pourrait vraiment vous sortir du jeu et vous faire rager.

Après cette histoires riche en claques patriarcales totalement létale, Laylorane vous dis à la prochaine pour une nouvelle histoire.

Test de Laylorane


Ce qu'on a aimé :
  • Les ralentis de mise à mort
  • Les graphismes
  • Les cinématiques
  • Les combats bien défouloir

Ce qu'on a moins aimé :
  • Le temps de réaction entre action voulue et réaction du héros
  • La lourdeur du personnage dans ses mouvements
  • La musique inexistante

Prix : 29.99€
Genre : Combat, Action
Taille eShop : 4 015 MB
Développeur / Éditeur : Buka Entertainment / Koch Media 

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire