mardi 31 décembre 2019

[TEST] Sparklite sur Nintendo Switch

Il y a des jeux qui se servent de leurs idées de gameplay et de game design, pour créer leur scénario. Généralement, cela permet de réaliser un tout cohérent dans les jeux en question. On va pas se mentir, c’est le genre de jeux que j’apprécie tout particulièrement. Alors quand le jeu est en plus bon et avec une difficulté assez relevée, cela attise totalement ma curiosité. Sparklite est un jeu indépendant d’aventure/action avec un zeste de RPG. Il est développé par Red Blue Games et édité par Merge Games. Il est disponible sur toutes les plateformes depuis le 14 novembre 2019 ! Et comme à notre habitude sur le site JeGeekJePlay, il sera question de la version Nintendo Switch.


Malgré ce que j’ai pu dire en introduction, l’histoire de Sparklite ne m’a pas particulièrement touché. Mais il faut avouer que l’avoir intégrée au sein même du gameplay en fait une force indéniable. Avant tout il faut savoir que Sparklite, en plus d’être un jeu typé action/aventure, fonctionne sur le principe d’un rogue-like. À bord de son hub central, un vaisseau qui reste dans l’atmosphère, il faudra retourner sur la terre ferme qui n’arrête pas de changer de forme. Et cela pour la simple est bonne raison du scénario !

Le Baron, l’entité maléfique de ce jeu, veut prendre le pouvoir grâce à l’énergie du Sparklite. Il faut savoir que le monde de Geodia, monde dans lequel nous évoluons, vie grâce à cette énergie mystique. De ce fait, l’énergie de ce joyaux est très important aussi bien pour le monde, que pour la puissance que celui-ci peut dégager. Évidemment c’est ce qui intéresse le Baron, qui s’en sert déjà en petite partie pour alimenter de terribles machines destructrices. Qui plus est, pour réduire à néant les efforts de notre héroïnes Ada, il se servira du pouvoir du Sparklite pour réarranger le monde afin de nous mettre des bâtons dans les roues.

C’est donc grâce à cette explication, que le rogue-like de ce jeu prend tout son sens ! Autant dans d’autres jeux finalement, nous passons à côté d’une explication, car ce n’est pas du tout l’intérêt du jeu. Autant là, c’est fait avec justesse et beaucoup d’intelligence.


Qui dit rogue-like, dit difficulté accrue, et encore... ! Je fus assez surpris de voir que l’on peut très vite venir à bout du jeu. Malgré quelques boss assez retords, nous arrivons rapidement au boss de fin, qui lui, par contre, est sacrément corsé ! Il m’aura fallu en tout et pour tout 7 heures pour réussir à vaincre les différents boss mécaniques et le Baron lui-même.

Comme tout bon rogue-like qui se respecte, les runs gagneront en facilité plus nous en faisons. Car Ada, lors de ses périples sur le monde de Geodia, pourra récupérer petit à petit de nouvelles armes et autres améliorations. D’ailleurs, le « build » que l’on peut faire avec les améliorations est ultra bien pensé. Nous pouvons changer toutes les améliorations comme bon nous semble, et surtout vis-à-vis de notre façon de jouer, tout en sachant que vous serez limité par un système de place. Par exemple, si vous préférez jouer safe, avec beaucoup de cœurs et une bonne défense, cela va impacter le nombre de places qu'il vous reste, pour mettre des améliorations de combat et inversement.


Le gameplay est lui aussi évolutif selon votre avancée dans le jeu. Ce qui est logique au vu des améliorations et armes que l’on débloque. Avec un dash, une clé à molette, un marteau et divers armes spéciales allant du ballon explosif, au tir laser, Ada a un sacré arsenal à sa disposition. Je dois dire que j’étais assez perturbé de voir que le gameplay repose aussi bien sur la vitesse d’exécution des coups et des esquives, que de la patience qu’il faut faire preuve pour venir à bout des boss. Attaquer aux bons moments pour éviter de faire une erreur qui peut nous coûter très chère. La richesse de ce gameplay est vraiment à découvrir, car en plus d’être plaisant, il nous pousse à nous surpasser, car même avec les améliorations, nous sommes loin de rouler sur le jeu.

Avec sa vue du dessus et un style pixel-art des plus somptueux, Sparklite a beaucoup d’arguments pour plaire. Que ce soit par la finesse de ses décors ou par ses FX (effets spéciaux), le jeu n’a de cesse que d’impressionner le joueur. Alors oui, j’ai bien conscience que ce n’est pas un style qui parle à tout le monde, mais il faut dire aussi que si vous êtes là, sur le site JeGeekJePlay, vous avez l’habitude de ce genre de jeu ! Et surtout vous savez à quel point les testeurs que nous sommes apprécient tout particulièrement ce style.


Donc oui, Sparklite est beau ! Malgré quelques réutilisations de textures et de décors, en même temps c’est tout le charme d’un rogue-like, je dois dire que le pixel-art est totalement maîtrisé et a su répondre à mes attentes de joueur. Vous l’aurez compris, Sparklite n’apporte pas beaucoup dans le genre du rogue-like par contre tout ce qu’il entreprend il le fait très bien. Entre son scénario qui répond au gameplay et inversement, un gameplay qui d’ailleurs est agréable à prendre en main, une sensation de « grandir » et de s’améliorer au fil de l’aventure, et des graphismes aux petits oignons, je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans l’aventure !

Aussi, vous pourrez retrouver ce titre sur l’eShop, au prix de 17,49€ jusqu’au 7 janvier 2020, passé cette date, le jeu sera a son prix normal, soit 24,99€.

Test de Mystic Falco

Ce qu’on a aimé :
  • Graphiquement, il n'y a rien à dire, c’est tout simplement somptueux pour peu que le pixel-art nous touche.
  • Le gameplay est suffisamment bien pensé pour ne pas être frustrant.
  • Un scénario qui répond aux règles de gameplay et de game design, ce qui créé un tout cohérent, ne peut être que salué !

Ce qu’on a moins aimé :
  • Un pic de difficulté assez élevé lors du boss final, qui est véritablement retord.


Prix : 24.99€
Genre : Action/Aventure
Taille eShop : 1 459,00 MB
Développeur / Éditeur : Red Blue Games / Merge Games

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire