mardi 18 février 2020

[TEST] Lumini sur Nintendo Switch

« La poésie est quelque chose de plus philosophique et de plus grande importance que l’histoire. » de
Aristote - La Poétique, Antiquité.

Il y a des œuvres, qui sans réelle histoire, arrivent pour autant à véhiculer un message. Que ce soit par l’image, par le son, ou encore par l’immersion, l’humain est capable de comprendre beaucoup de choses. Mais il est surtout capable de ressentir énormément d’émotions. Lumini est un jeu d’aventure, accompagné d’une ambiance poétique. Il est développé par Speelbaars et édité par 2Awesome Studio. Il est disponible sur tous les supports et notamment Nintendo Switch depuis le 24 janvier 2020 !


Parler de Lumini sans être trop élogieux aurait du être compliqué pour moi, c’est typiquement le genre de jeu qui me parle au plus profond de moi. Et pourtant, à cause de divers points négatifs, je ne pourrai pas porter autant d’éloges que je l’aurais voulu. Mais commençons déjà par ce qui m’a touché dans ce nouveau titre que je teste pour JGJP.

Parler de l’histoire d’un jeu peut s’avérer compliqué, surtout quand celle-ci est quasi inexistante. Ce n’est pas ce qui est important, mais bien ce que souhaite faire ressentir le titre lors de nos sessions de jeu : l’Émotion.

Oui, Émotion avec une majuscule, car Lumini est typiquement le genre d’aventure onirique qui se vit, plutôt qui ne se comprend. Tout comme un Journey, ou un Abzû, le titre n’a pas besoin de plus d’explications que ça dans son histoire. Tout est misé sur l’Émotion que ressent le joueur, ainsi que le voyage parcouru lors de sa partie.


On contrôle donc un essaim de créatures, ayant chacune ses propres capacités. Que ce soit celle qui a un boost de vitesse, ou encore celle qui peut porter des coups, ou même celle qui attire les objets vers elle, tout un petit panel de choix s’offre à nous. D’autan que nous pouvons changer de créatures au besoin et quand on veut. Le gameplay est donc très simple à prendre en main, ce qui le rend ainsi très accessible a quiconque veut vivre cette chouette aventure.

Ces créatures sont donc amenées à parcourir tout un tas de décors, aussi beaux les uns que les autres. Le tout en esquivant ou combattant des créatures adverses qui seront là pour nous ralentir, plus que nous tuer. Par contre il faut bien faire attention à son essaim, car une fois qu’un adversaire nous attaque, il tue une créature parmi notre essaim. Ce qui réduit petit à petit tout notre cargaison de bestioles !


Le voyage que l’on parcourt est vraiment magnifique, très reposant, zen et vraiment agréable. Mais alors, qu’est-ce qui m’empêche d’apprécier pleinement ce Lumini ? Eh bien ce sont les divers bugs (assez drôle quand on voit que nos créatures ont des formes d’insectes) qui ont jonché mon aventure onirique. Que ce soit avec de grosses chutes de framerate, au point où le jeu peut se trouver bloqué le temps d’un instant, ou encore les clippings à foison... Cela rend le tout très désagréable alors que nous étions censés vivre un moment de beauté et de poésie. Cela m’a sorti totalement de l’expérience que le jeu souhaite nous faire ressentir.

Finalement, au lieu d’y ressentir une forte émotion, on se retrouve avec une expérience de jeu, somme toute agréable, mais sans plus. C’est vraiment dommage au vu du potentiel poétique que dégage le jeu.

Test de Mystic Falco

Ce qu’on a aimé :
  • Une direction artistique très agréable
  • Une bande son vraiment superbe, pouvant facilement rivaliser avec des titres de Austin Wintory

Ce qu’on a moins aimé :
  • Beaucoup de bugs, qui entachent clairement l’aventure


Prix : 9.99€
Genre : Aventure
Taille eShop : 918,00 MB
Développeur / Éditeur : Speelbaars / 2Awesome Studio

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire