lundi 2 mars 2020

[GeeKritique] Avis : Drifting Dragons Tome 1

S’il y a bien un univers que j’apprécie grandement c’est le steampunk ! Du coup, le jour où j’ai reçu bon nombre d’épreuves non corrigées sur les prochaines acquisitions des éditions Pika et que j’y ai vu Drifting Dragons, je ne pouvais qu’acquiescer un grand sourire. C’est donc avec grand plaisir que j’ai dévoré ce 1er tome, un tome aux décors magnifiques et au scénario alléchant ! Sur ce, je vous propose d’embarquer sur le Quin Zaza en remerciant son auteur, Taku Kuwabara, de nous offrir un voyage qui s’annonce épique et gourmand !


Résumé de l’éditeur :
Autrefois, nombreux furent les aventuriers à se mettre en quête des dragons colossaux qui se dissimulaient dans les cieux… Aujourd’hui, le Quin Zaza est l’un des rares dirigeables dragonniers encore en activité. Chacun a ses raisons d’embarquer et de poursuivre les dragons qui sillonnent les mers de nuages : pour l’argent, pour fuir la vie terrestre ou pour les denrées que ces créatures offrent ! Mais à chaque voyage, c’est la vie de tout l’équipage qui est en danger, entre tempêtes effroyables, attaques de pirates de l’air ou traques de dragons hostiles…

On est de suite plongé en plein cœur de l’action, en assistant à une chasse de dragon aux côtés de Mika, un chasseur casse-cou qui en connaît un rayon sur les dragons et de Tamika, une jeune recrue qui à première vue a un peu de mal avec le principe de tuer des dragons. C’est donc après une chasse réussie que l’équipage du Quin Zaza fait une petite escale en ville, histoire de faire le plein du navire mais aussi de se reposer. Toutefois, ils ne sont pas accueillis à bras ouverts… Mais cela aura peu d’importance car un dragon est repéré et il rôde au-dessus d’une ville. Ni d’une ni deux, ces chasseurs repartent à la chasse mais Mika flaire une chose anormale. Il semblerait que ce nouveau dragon appelle du renfort et qu’il s’agirait là de la mère du précédent dragon tué. Cette situation affecte moralement Takita, mais Mika la rappelle à l’ordre lui indiquant que si elle n’est pas prête à tuer alors c'est elle qui finira par mourir. Du coup, même si elle éprouve des remords, Takita n’aura d’autre choix que d’agir autrement pour se maintenir en vie. D’ailleurs, on découvre que Vany (diminutif de Vanabel) éprouve le même ressenti, elle n’est pas sans cœur mais elle doit bien faire le nécessaire pour vivre. Elle se confie même à Takita, lui avouant que jadis elle ne savait pas où aller ni que faire sur Terre. Elle a donc préféré embarquer à bord du Quin Zaza pour suivre la voie des airs.

On fait donc rapidement la connaissance de plusieurs personnages principaux avec bien sûr Mika qui est ici le grand héros. Force d’avancer dans les chapitres, on découvre d’ailleurs que c’est un fin cuisinier et que lors d’une chasse il fait tout pour conserver la chaire en bonne état. Il faut éviter de l’abîmer car ça la rend meilleure. Mika est un chasseur de dragons qui n’a pas froid aux yeux et n’hésite pas à user de grands moyens, allant jusqu’à sauter du navire pour chevaucher ledit dragon. Ces dragons sont chassés pour bien des raisons : pour leur viande, leur huile, leurs organes mais aussi en fonction des primes qui sont offertes pour tel ou tel spécimen.


Naviguer dans les airs est donc dangereux, avec tous ces dragons qui rôdent mais ces derniers ne représentent pas à eux seuls tous les dangers. En effet, on y retrouve aussi des pirates de l’air et ils n’agissent pas de mains mortes. C’est d’ailleurs ce qu’on pourra découvrir durant ce 1er tome. On constate donc que les 1ères bases du scénario sont ici posées et nul doute que d’autres événements seront prochainement mises en lumière. L’intrigue est prenante, l’action est bien menée et prend vie dans un univers steampunk dont je suis vraiment féru. Le rendu graphique est des plus réussis, on écope de dessins de très bonne facture, dont de belles double pages, sans dialogue aucun tout bonnement bluffantes. Aussi, on profite d’un travail abouti avec des dessins bien prononcés concernant les dragons. J’aime énormément les traits graphiques que nous offre Taku Kuwabara et bien que certaines cases peuvent être vide d’arrière-plan, ne mettant l’accès qu’un seul visage par exemple, on profite de très belles vignettes avec de beaux effets d’ombre où encore un fort dynamisme de l’action en cours. Une des plus belles scènes met par exemple en avant Mika et Jirô en pleine tempête qui se retrouve face à un dragon de belle envergure. Visuellement, cette scène est très réussie affichant une scène aux vignettes d’un noir profond qui entoure ladite créature. Juste magnifique !

Je pense m’arrêter là en ce qui concerne ce 1er tome de Drifting Dragons, histoire de vous laisser découvrir par vous-même. En tout cas, en ce qui me concerne c’est un grand oui après ce 1er tome qui ne manque pas de nous proposer aussi quelques recettes, mais faut-il encore parvenir à trouver des organes de dragons. Aussi, Tamika vous propose en bonus une petite leçon sur les diverses étapes à suivre lors d’une chasse aux dragons. Pensez donc bien à respecter la recherche, la chasse et le harponnage, le coup de grâce et le remorquage à bord.

Sur ce, je tiens à remercier Clarisse et les éditions Pika pour cette très bonne découverte et vous informe au cas où vous l'ignoriez qu'une adaptation animée sera prochainement disponible en exclusivité sur Netflix.

GeeKritique de Samy Joe

Drifting Dragons Tome 1
de Taku Kuwabara

Aucun commentaire:

Publier un commentaire