lundi 2 mars 2020

[TEST] Snack World : Mordus de Donjons GOLD sur Nintendo Switch

C’est la manette en main que nous nous retrouvons pour un nouveau test avec un nouveau jeu (ou plutôt un retour) auquel j’ai toujours voulu jouer, celui de Snack World : Mordus de Donjons GOLD sur Nintendo Switch. Ce jeu est édité et développé par un studio en qui j’ai une confiance aveugle, Level 5 ! Connu pour ses jeux aux ambiances enfantines, cet Action-RPG était auparavant sorti sur 3DS. Notez que cette mouture pèse environ 7 Go, prévoyez donc un peu d’espace si vous optez pour la version dématérialisée.


Une écriture au poil !
L’histoire ne dispose pas spécialement de fil rouge scénaristique. On y incarne un aventurier amnésique qui a été retrouvé aux abords de la ville et qui se retrouve à rendre service à sa royauté, la princesse et son père, le Roi. Dès le début, nous sommes confrontés à l’aspect humoristique et parodique que dispose le jeu, en offrant nos services à une princesse plus que capricieuse et de son père complètement gaga d’elle.

L’écriture de Snack World est un beau reflet des jeux de Level 5. Mélange enfantin et de jeux de mots à gogo, Snack World n’hésite pas à lancer différents un bon nombre de clins d’œil à des licences, comme Dragon Quest. Ce qui permet d’avoir une ambiance qui touche à la fois les plus petits comme les plus grands. N’oublions pas qu’ils cassent parfois le quatrième mur, chose que je trouve fort agréable. Malheureusement cela amène à avoir un plan assez pauvre au niveau du scénario, mais c’est un jeu qui n’est pas là pour le scénario comme vous avez pu le remarquer avec mes précédents mots. Ici, c’est aucune prise de tête et place à l’humour, mais surtout à l’exploration de donjons !


Des graphismes tout mignon !
Pleins de couleurs, les graphismes de Snack World sont d’une douceur sans nom. Mélangeant univers enfantin et divers monstres un poil plus monstrueux que les piètres écureuils qui crient : « Je suis trop jeune pour mourir ! ». Le chara design des personnages est très varié tout comme les monstres, en plus d’être vraiment parfaitement en lien avec l’ambiance du titre.

Les menus sont agréables et vous disposez même d’un téléphone portable, ils sont à la pointe de la technologie chez Snack World et Level 5 ! Je tiens à signaler que parfois certaines choses se retrouvent être mal indiquées dans les menus, mais ce n’est qu’un petit détail. Le level design s’avère être relativement classique, mais suffisant pour un jeu de cette envergure.


Une gameplay bien plus dur qu’on aurait pu l’penser !
Aux premiers abords, on pourrait croire que le jeu dispose d’un gameplay simpliste, mais c’est loin d’être le cas. Notre aventurier dispose d’un porte-jagras, une sorte de porte-clés, qui dispose de six emplacements pour des armes. Ce qui permet d’avoir un équipement sur mesure et les armes sont très nombreuses en termes de styles : Hache, Lance, Arc, Masse, Dague, Bouclier, Bâton et j’en passe... Il y a également deux emplacements pour des potions, l’une de guérison et l’autre d’augmentation de puissance. Chaque arme dispose de deux compétences actives, dont une qui agit comme une attaque ultime et qui doit se charger, sans oublier que même si l’arme est la même visuellement, celle-ci peut avoir des compétences actives différentes. N’oublions pas que les armes ainsi que les potions disposent d’un à deux passifs aléatoires. Nos outils de chasse sont particulièrement situationnels vu que certaines armes sont plus efficaces sur un type de monstres que les autres (couleurs ou familles de monstres). Qui plus est une jauge bleue, nommée PJ, est présente pour chaque arme, limitant l’utilisation d’une arme et forçant à changer d’outils de chasse.


Chaque donjon est généré aléatoirement et permet donc de n’avoir jamais le même donjon. Durant ces aventures, vous pouvez faire face à des événements aléatoires disponibles par des portes étranges, voire des mini-boss. Quand vous avez terminé une exploration, vous avez le droit à tout un tas de coffres qui vous sont offerts selon ce que vous avez accompli durant la quête (aucune potion de soin utilisée, fait le plus de dégâts, etc...). Dans les donjons, vous pouvez également capturer de façons aléatoires des monstres que vous avez combattus, voire même aidés, lors de vos quêtes. Ensuite vous pouvez en équiper trois pour qu’ils puissent vous aider en combat et trois autres qui pourront être incarnés (de façon individuelle) durant les combats.

Bien entendu un mode multijoueur est disponible au sein du jeu où vous pourrez faire des quêtes entre amis, montrer vos profils fait sur mesure et même échanger des objets sur le « bon coing ». Oui, oui, vous avez bien lu.


Mais alors Swordy, qu’en penses-tu ?
Alors il faut savoir que j’attendais ce jeu avec impatience. Étant un grand amoureux du studio en plus des A-RPG. Grosse mention à toute l’équipe française qui a dû se casser les dents pour traduire le jeu et y incorporer graphiquement ceux-ci.

Snack World se démontre comme étant enfantin, mais ce n’est qu’un emballage. En effet, il s’avère être assez difficile arrivé à un certain moment de l’histoire, même pour des joueurs expérimentés. Ceci n’est clairement pas un jeu approprié pour un enfant. Le seul plan où Snack World pêche, c’est clairement au niveau de la technique. La caméra s’avère être horrible par moments et je n’ai pas spécialement compris le choix de pouvoir la déplacer uniquement sur trois directions. Ce qui m’a le plus handicapé dans ce jeu, ce fut la latence de la touche pour esquiver, à partir du moment où vous appuyez et où le personnage fait sa roulade, il y a presque une seconde de délai, si je ne me trompe pas et c’est quelque chose de très important dans ce genre de jeu. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un jeu très répétitif dans ses quêtes, assez similaires, comme dans son gameplay pur, c’est pour cela que je conseille d’y jouer en petites sessions, sous peine de vous lasser.


Les points négatifs sont passés, place aux points positifs ! C’est clairement le genre de jeu que j’aime de tout cœur. Pourquoi ? Déjà l’humour qui y figure est à mourir de rire ! Si vous êtes bon public comme moi... J’ai pu faire les premières heures en compagnie de mon frère et on s’est bien fendus la poire. Collectionneur dans l’âme, Snack World est le jeu parfait pour moi et vous avez même une encyclopédie qui vous permet de suivre précisément l’avancement des acquisitions. Ce côté enfantin est aussi quelque chose que je recherche pour pouvoir m’évader de ces jeux trop sérieux qui inondent le marché.

Ce fut une aventure fort sympathique que je continue encore à l’heure actuelle, malgré sa répétitivité et j’espère ne pas vous en avoir trop dévoilé sur le jeu, histoire de vous laisser quelques surprises. Sur ce, merci à vous d’avoir lu ce test et à la prochaine !

Test de Swordy

Ce qu’on a aimé :
  • Très drôle
  • Les voix françaises qui accentuent l’effet humoristique
  • Sa grande durée de vie

Ce qu’on a moins aimé :
  • La caméra discutable
  • Répétitif à souhait
  • Les latences dans l’esquive du personnage


Prix : 49.99€
Genre : Action, Aventure, A-RPG
Taille eShop : 6 840 MB
Développeur / Éditeur : Level-5

Test réalisé depuis une version presse gracieusement fournie. Les images publiées dans ce test sont issues de nos propres sessions de jeu et la note attribuée reflète notre propre avis personnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire