mardi 2 juin 2020

[GeeKritique] Avis : Shibuya Hell Tome 1 et Tome 2

Il y a plusieurs semaines déjà, j’ai eu l’opportunité de recevoir divers premiers tomes en épreuves non corrigées des nouvelles licences acquises par les éditions Pika. J’avais donc pu lire le 1er tome de Shibuya Hell mais j’ai préféré attendre avant de vous en parler, souhaitant vous donner mon avis à un moment plus proche de la sortie en librairie. Qui plus est, ce sont les 2 premiers tomes de Shibuya Hell qui sont de sortie et quoi de mieux donc que de vous donner un avis plus complet sur ces 2 tomes en question. Shibuya Hell est un manga de survival-horror écrit et dessiné par Hiroumi Aoi, mettant en scène des poissons bouffeurs d’humains ! À mon avis, après la lecture de cet article, vous ne verrez plus les poissons rouges du même œil… 


Résumé de l’éditeur
Shibuya, quartier ultra branché de Tokyo. 14h50. J’ai toujours espéré qu’un événement bousculerait un jour mon quotidien de lycéen un peu morne. Le genre de rebondissement que le cinéaste amateur que je suis peut voir dans ses films préférés… mais pas ce genre-là. J’ai vu des passants se faire dévorer par ces… poissons géants, qui sont apparus tout à coup, flottant partout dans le quartier… Ces créatures sont réelles. Ce ne sont ni des effets spéciaux ni des trucages. Et elles ont faim de chair humaine. Moi et d’autres survivants tentons de leur échapper, mais tout porte à croire que nous sommes bel et bien coincés dans cet enfer…

Je vous voir venir, à vous dire « Mais comment on peut faire un survival avec des poissons ?! », ou encore « C’est n’importe quoi, un suvival-horror avec des poissons tueurs ! »… Eh bien je peux vous dire que vous seriez bien surpris par ce manga, du moins déjà ces 2 premiers tomes, et de ce qu’ils  contiennent. Ne vous fiez pas aux apparences car le scénario n’est pas des plus classiques. Au contraire, je trouve la manière dont les héros sont mis en lumière assez originale. « Et en quoi cela peut-il bien être original ? », me direz-vous. Je vais vous la faire courte avant d’en parler plus amplement tome par tome. Déjà le scénario a su me surprendre et me tenir en haleine, tout au long du 1er tome, où on découvre « le héros ». Jusque-là, normal, à la rigueur on pourrait même décrocher car ça démarre d'une manière « classique » mais voilà, le second tome va complètement changer la donne, mettant en scène un tout autre personnage, qu’on considérera lui aussi comme un « héros ». En somme, tout bascule d’un tome à l’autre et le second tome saura davantage vous tenir en haleine. Croyez-moi ! 

Pour ce qui est du 1er tome, on fait la connaissance d’un jeune lycéen, Hajime Tsukiyoda, dont la passion est le cinéma. Il rêverait même d’en faire son métier et ne manque pas de tourner quelques vidéos amateurs, dira-t-on. Mais voilà, un beau jour, pour une raison que tous ignorent, il se produit une situation des plus inattendues. Tout le quartier de Shybuya se retrouve alors pris au piège, entouré d’une sorte de mur, où moult poissons volants, d’une taille énorme, se mettent à dévorer des humains ! C’est comme si, tous se retrouvaient enfermés dans un bocal à poissons dans lequel ces derniers régneraient en maître. Notre héros n’a d’autre choix que de prendre ses jambes à son cou… L’histoire prend très vite forme, on ne perd pas de temps avant que l’horreur et la tuerie soient mises en place. La survie sera alors primordiale et pour se faire Hajime ne sera pas seul. En effet, il va rencontrer d’autres personnes, toutes au caractère bien trempé, ce qui va nous changer nous autres lecteurs car Hajime est un gars lambda, tout ce qu’il y a de plus banal. Je vous épargne certains détails, mais sachez que ce 1er tome est très dynamique, violent et il nous tient judicieusement en haleine, au travers d’événements qui se déroulent sous nos yeux, dont la violence nous donne froid dans l’dos. Je m’arrêterai là pour ce qui est du 1er tome, dont la fin nous laisse sur un cliffangher haletant et qui amène sur le second héros que j’évoquais plus haut et dont le tempérament diffère grandement de celui d’Hajime. 


Place au second tome donc avec la mise en lumière de celui qu’on nomme « Le Furet de Shibuya », un sans-abri considéré comme étant le gars plus fort du quartier. Je ne vous cache pas que ce protagoniste est bien plus charismatique qu’Hajime et sans vouloir trop en dire, ce Furet de Shibuya va clairement faire basculer la donne ! Du moins c’est mon ressenti car même si ce héros reste encore énigmatique, il émane de lui un je-ne-sais-quoi de fascinant. On a envie d'en découvrir davantage à son sujet et vous verrez que certaines surprises sont de tailles le concernant. On ne manque pas de constater que les codes du simple survival n’ont ici pas leur place. Certes le rythme est très soutenu, et ce pour les 2 tomes, mais la manière dont le scénario prend forme donne un tout autre aspect au vécu des personnages. Et le Furet de Shibuya s’en donne à cœur joie ! Ce dernier montre de quoi il est capable, n’ayant vraiment rien à voir avec Hajime, et la violence fait rage. Bien que le tome 1 soit violent, le second monte encore d’un cran mais le tout est dessiné d’une manière très maîtrisée. Mais attention, l’action ne fait ici pas tout, une bonne dose de frissons vous sera aussi offerte, sans oublier la présence de quelques rebondissements intéressants. J’aime aussi le chara-design que nous offre Hiroumi Aoi, que ce soit au niveau des personnages ou de leurs postures et ce même au niveau des poissons ! Il faut bien avouer que certains d’entre eux ont d’la gueule, qui plus est ils savent s’en servir pour dévorer toute race humaine. Désolé pour cette allusion un peu glauque. 

Que vous dire de plus si ce n’est que ces 2 premiers tomes ont su me captiver alors que je faisais parti des personnes intriguées par une telle annonce d’acquisition de la part des éditions Pika. Mais force est d’avancer dans les chapitres que l’on découvre un scénario intense en plus d’une mise en scène originale, cassant les codes du simple survival. L’action est ici menée tambour battant et le design du manga envoie vraiment du lourd ! Les dessins sont de qualité, l’encrage aussi et la découpe de vignette est plutôt vive, ponctuant énergiquement certaines actions. Je ne peux que vous conseiller de découvrir vous aussi Shibuya Hell, surtout si vous êtes adeptes du genre, d’autant que la lecture de ces 2 tomes donne clairement envie d’en apprendre davantage ! 

Et comme d’accoutumé, je remercie Clarisse et les éditions Pika pour l’envoi de ces 2 tomes me permettant une découverte des plus originales. 

GeeKritique de Samy Joe 

Shibuya Hell Tome 1 et Tome 2 
de Hiroumi Aoi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire